fr.minghui.org - version française du site Minghui

Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

312,327,737 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Commencer la cultivation


[Célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa] Dafa a mis fin à 18 ans de séparation

 

 

(Minghui.org) L'âpre ressentiment que j'entretenais envers la famille de mon mari et qui avait duré pendant 18 ans est enfin désamorcé, grâce au Falun Dafa

 

Nous nous sommes marié en 1971. On nous a alloué un appartement social où nous avons élevé deux filles. Plus tard la mère de mon mari et ses deux plus jeune frères non mariés se sont installés chez nous.

 

Malheureusement, trois ans plus tard, on a diagnostiqué chez mon mari une tumeur maligne au cerveau. Au cours des trois années suivantes, il a passé la plupart de ces journées à l'hôpital.

 

J'étais épuisée par le fait que je devais prendre soin de lui et élever nos enfants pratiquement toute seule. Ni mon mari ni moi n'avions de gros salaires. Petit à petit, à cause des frais médicaux nous avons fait des dettes.

 

J'aurais tellement voulu que ma belle-mère et mes beaux-frères qui vivaient sous le même toit que nous nous prêtent main forte, même si c'était seulement du soutien pour une journée ou qu'ils nous offrent un peu de réconfort spirituel.

 

Au lieu de cela tout ce que j'ai reçu était de me faire battre froid, des accusations, et des paroles mauvaises.

 

En 1976, mon mari était au seuil de la mort. Ma belle-famille voulait prendre l'appartement à leur compte si quelque chose arrivait à mon mari, alors ils ont fait semblant de m'aider. Ils ont suggéré que tant que j'étais encore jeune je devrais refaire ma vie, divorcer de mon mari, quitter la maison et laisser derrière moi ma fille aînée qu'ils élèveraient. J'ai refusé net.

 

Quand les membres de ma belle-famille n'ont pas pu avoir ce qu'ils voulaient, ils ont commencé à me faire des difficultés. Mes beaux-frères ont commencé à avoir des exigences quand à la nourriture et la boisson. Ma belle-mère battait mes enfants, cherchait querelle avec moi, et de façon générale me rendait la vie très pénible. Parfois même il lui arrivait d'inviter des gens pas très nets pour la soutenir et pour me menacer de mauvais traitements physiques.

 

Pour finir, je n'ai plus d'autre choix que de demander l'aide des services sociaux, des postes de police et des services judiciaires mais sans résultat. Mais, les fonctionnaires avaient quand même peur que je subisse de graves dommages physiques, ils m'ont donc persuadé de m'en aller avec les enfants pour le moment.

 

Comme j’hésitais, de frustration, ils m'ont dit, « Ne voyez-vous pas de quel genre de personne il s'agit ? Qui pourrait garantir votre sécurité. Si vous ne partez pas, tôt ou tard nous irons la-bas pour ramasser votre cadavre ».

 

Peu de temps après cela, ma belle-famille a enlevé ma fille aînée de son école et l'ont envoyée ailleurs.

 

Mon cœur souffrait et saignait. Ah, comme je les haïssais !

 

Dix jours après avoir été forcée de quitter chez moi, mon unité de travail m'a informé que mon mari venait de mourir.

 

J'ai vite accouru à l'appartement mais ma belle-famille avait déjà procédé à la crémation de mon mari.

 

J'étais complètement bouleversée par la tristesse et la colère. J'ai tellement pleuré que je me suis évanouie. Quand j'ai repris conscience, ma fille de cinq ans pleurait à mes côtés. Mes collègues de mon unité de travail pleuraient des larmes de sympathie et d'indignation pour moi et ma fille.

 

Par la suite, j'ai découvert que la famille de mon mari avait fait main basse sur l'argent pour les dépenses funéraires ainsi que sur son salaire, en revanche mon appartement avait été repris par l'unité de travail pour éviter qu'ils ne fassent main basse aussi sur l'appartement.

 

La famille de mon mari a même emporté les bons alimentaires dont nous avions tous besoin pour acheter de la nourriture.

 

Ce qui a ajouté l'insulte au préjudice,c'est que mes deux beaux-frères sont allés dans mon unité de travail répandre la rumeur selon laquelle j'avais fait subir des maltraitances à mon mari, que notre deuxième fille était un enfant adultérin et qu'ils allaient me battre sauvagement pour venger leur frère.

 

Certaines personnes ont vraiment cru à leurs mensonges haineux.

 

J'étais remplie de sentiments de haine et de revanche. J'ai porté plainte contre eux. Le procès a duré deux ans et bien que je l'ai gagné et je n'ai réussi qu'à ramener ma fille aînée à la maison.

 

À partir de là, j'ai rompu tout contact pour moi même et mes filles avec la famille de mon mari.

 

Pendant plus de neuf ans depuis mon mariage et mon entrée dans la famille, j'ai en fait épuisé toute mon énergie vitale. J'avais à peine plus de 30 ans, mais j'avais déjà des cheveux blanc. Je faisais de l'insomnie, et j'avais des vertiges, de la tachycardie, une ischémie cardiaque, de l'hypoglycémie, de l'hypotension, des fibromes, une hernie discale lombaire et des désordres de l'équilibre. Je suis devenu très irritable.

 

Afin de survivre et pour mes filles, j'ai juré que je continuerais à vivre quel que soit la dureté de la vie devant moi.

 

Afin de trouver un traitement et un remède à mes maladies, j'ai pris des médecines occidentales, j'ai cherché un traitement chinois aux plantes, j'ai appris plusieurs types de qigong et je me suis tournée vers le Bouddhisme, mais rien n'y faisait.

 

Bénie par Dafa

 

En 1996, quand j'étais dans dans une mer de désespoir, une amie m'a donné le livre Zhuan Falun en me disant que ce livre serait bon pour ma santé physique et spirituelle.

 

Quand j'ai ouvert le livre et que j'ai vu la photo de Maître Li Hongzhi (le fondateur du Falun Dafa), j'ai éclaté en larmes incontrôlables. J'avais l'impression d'être comme une enfant perdue qui a enfin trouvé le chemin du retour à la maison.

 

Dafa a guéri les blessures dans mon cœur et chassé ma haine. Mes griefs ont été remplacés par la gratitude. Mon désespoir s'est transformé en joie. Mon teint pâle et hagard s'est changé en un teint rosé. Toutes mes maladies ont disparu. J'ai pris du poids.

 

Dafa m'a aidé à comprendre le sens de la vie. Je savais que les racines profondes du ressentiment envers la famille de mon mari étaient causées par le karma.

 

Le Maître a dit :

 

« ...si tu n'es pas capable d'aimer ton ennemi alors tu ne pourras pas réussir ton xiulian » (Enseignement du Fa à la conférence de Fa à Houston)

 

Les paroles du Maître ont dissout mes 18 années de ressentiment envers la famille de mon mari.

 

Je pris mes filles avec moi et nous sommes allés rendre visite à ma belle-mère et à mes beaux-frères, ainsi mettant fin à 18 années sans contact entre nous. Quand ma belle-mère est décédée, je suis allée avec mes filles à ses funérailles.

 

Quand la sœur aînée de mon mari est tombée malade après sa retraite et n'a eu personne pour s'occuper d'elle, mes filles ont arrangé son transfert dans une maison de repos et ont payé tous les frais. Nous allions lui rendre visite et lui apportions les plats qu'elle aimait bien.

 

Quand un de mes beaux-frères a eu un cancer, mes filles l'ont aidé avec ce dont il avait besoin. Quand l'autre beau-frère a eu du diabète, elles allaient souvent lui rendre visite. Les gestes généreux de mes filles les ont tellement touchés qu'ils ont commencé à se sentir coupables pour ce qu'ils avaient fait dans le passé.

 

Quand mon père est décédé il y a deux ans, les enfants de mes beaux frères nous ont remboursé en étant là et en donnant leur aide selon leurs possibilités. Leurs actes ont également touché ma mère et ma sœur qui sont têtues.

 

Aujourd'hui, nous nous rendons souvent visite. A chaque fois je partage des documents d'information sur le Falun Dafa avec eux. Je parle avec eux des changements physiques que j'ai eu après avoir pratiqué le Falun Dafa. Je leur explique pourquoi nous devrions tous renoncer à être membre du Parti communiste. Un par un, je les ai aidés à démissionner du parti et de ses organisations affiliées. Je leur rappel qu'il faut se souvenir de réciter souvent: « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ».

 

Le Maître a dit

 

« La compassion peut faire fondre Ciel et Terre en printemps » (« La Loi rectifie l’Univers ») dans Hong Yin Vol II)

 

C'est le changement qui s'est fait en moi qui a opéré le changement en eux. Pour mes 66 ans, une vingtaine de membres de la famille de mon mari sont venus me souhaiter un joyeux anniversaire. Ils m'ont même apporté un grand gâteau d'anniversaire. Nous avons tous passé un moment formidable ensemble.

 

La brouille qui a duré pendant 18 années entre la famille de mon mari et moi est enfin terminée. Tout cela est grâce au Falun Dafa.

 

Merci à Dafa ! Merci Maître !

 

 

Traduit de l'anglais en France

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/5/22/150683.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/5/17/309424.html