Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

273,726,994 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une femme du Heilongjiang dépose une plainte criminelle contre l'ancien dictateur pour la souffrance subie dans un centre de lavage de cerveau

 

 

(Minghui.org) Le 18 juin 2015, Mme Chen Dongmei, employée de la Ferme Tangyuan dans la province du Heilongjiang, a déposé une plainte criminelle contre l'ancien dictateur Jiang Zemin.

 

Elle a été arrêtée en 2012 et a subi une énorme pression psychologique quand elle a été détenue dans un centre de lavage de cerveau pendant 81 jours.

 

Mme Chen a été arrêtée de nouveau en 2014 et a été libérée deux mois plus tard. Sa libération n'a pas mis fin aux mauvais traitements. Son employeur a téléphoné à son mari et l'a menacé, en insistant pour qu'il surveille les faits et gestes de son épouse. Sa famille a subi une pression intense à cause de l'arrestation et du harcèlement des autorités.

 

Ci-dessous sont les détails de l'épreuve subie par la famille.

 

« Enfer sur Terre »

 

Mme Chen a été arrêtée le 3 septembre 2012 par le Bureau 610. Les agents lui ont menti, disant qu'elle devait être emmenée pour des « séances d'entraînement ». Cinq heures plus tard, elle est arrivée au Centre de lavage de cerveau de Qinglongshan. Après son arrivée, les quelques premiers mots qu'elle a entendus des agents là-bas ont été « ici, c'est l'enfer sur terre ».

 

Mme Chen et de nombreux autres pratiquants ont été forcés d'écrire chaque jour des « déclarations de garantie » pour diffamer le fondateur du Falun Gong, menant certains d'entre eux à une dépression nerveuse.

 

Elle s'est aussi fait prélever des échantillons de son sang et son urine a été collectée. Mme Chen a perdu du poids dû au tourment mental. Sa famille était malade d'inquiétude pour elle.

 

Rédiger une plainte criminelle au centre de lavage de cerveau

 

Mme Chen a mandaté son avocat pour déposer une plainte contre le Bureau 610 le 13 novembre 2013.

 

Elle et son avocat sont allés au Parquet le 2 janvier 2014 pour soumettre sa plainte. Elle a également décrit ses tribulations au juge qui a reçu sa plainte. Le juge lui a demandé de retourner à la maison et d'attendre des nouvelles.

 

Le soir du 15 janvier 2014, Mme Chen était chez un parent lorsque des agents du Bureau 610 sont arrivés et l'ont emmenée au département de police. Ils l'ont interrogée pour savoir pourquoi elle était allée au Parquet pour soumettre sa plainte. Ils ont pris sa photo de force et prélevé des échantillons de son sang avant qu'elle soit libérée peu avant minuit.

 

Expérience personnelle de l'incident de Jiansanjiang

 

Mme Chen fait partie des pratiquants impliqués dans l'incident de Jiansanjiang, lors duquel sept pratiquants de Falun Gong et quatre de leurs avocats ont été arrêtés dans un hôtel après avoir demandé la libération d'amis et de clients emprisonnés au Centre de lavage de cerveau de Qinglongshan à Jiansanjiang. (Les arrestations et mauvais traitements ultérieurs en détention ont été désignés comme l' « incident de Jiansanjiang »)

 

Le 20 mars 2014, Mme Chen et son avocat sont allés au Centre de lavage de cerveau de Qinglonshan et ont vu d'autres pratiquants et leurs familles attendant dans le froid. Ils attendaient que trois autres pratiquants soient libérés.

 

Pendant qu'ils attendaient, le personnel du département de police est venu et les a pris en vidéo. Tout le monde est parti après avoir attendu pendant deux heures. Sur le chemin du retour, sept voitures les suivaient. Le groupe a décidé de trouver un hôtel pour y passer la nuit avant d'aller au Parquet le lendemain.

 

Le lendemain matin, Mme Chen est allée dans la salle de l'avocat et a vu que quelques pratiquants étaient déjà là, attendant son retour. Quelques minutes plus tard, plusieurs policiers en civil ont fait irruption, les instruisant de ne pas bouger et ont commencé une fouille corporelle. Elle a vu un pratiquant se faire traîner hors de la salle avec sa veste remontée sur la tête.

 

Plusieurs pratiquants incluant Mme Chen ont été malmenés par la police alors qu'ils étaient emmenés de l'hôtel au département de police.

 

Pendant qu'ils étaient interrogés, Mme Chen et d'autres pratiquants ont essayé d'expliquer les faits au sujet du Falun Gong à la police. Ils ont été enfermés dans une pièce très froide cette nuit-là.

 

Deux jours plus tard, le 22 mars 2014, les pratiquants ont été emmenés à l'hôpital pour des examens physiques. Dans l'après-midi, ils ont été emmenés dans un autre centre de détention, mais comme leur pression sanguine était haute, le centre de détention a refusé de les accepter.

 

Mme Chen a été interrogée à de multiples reprises durant ses quatorze jours de détention. Ses effets personnels ont été conservés par le département de police.

 

Mme Chen et trois autres pratiquants ont été menottés le 5 avril 2014 et emmenés dans un autre hôpital pour un examen médical approfondi. Elle a ensuite été détenue pendant 30 jours.

 

Les pratiquants suspectent que tous les examens physiques étaient liés à la pratique de prélèvements forcés d'organes sur des prisonniers de conscience que fait le régime.

 

L'épreuve de la famille de Mme Chen

 

Mme Chen est retournée à la Ferme Tangyuan le 5 mai 2014. Son mari et deux parents étaient allés au centre de détention pour la ramener chez elle.

 

Après son retour à la maison, elle a été alitée pendant cinq jours, incapable de se lever.

 

Plus tard, elle a appris que son avocat avait été arrêté et battu, lui brisant quatre côtes. Elle a confirmé cela un mois plus tard, quand elle a finalement pu appeler son avocat.

 

Le Bureau 610 a appelé son mari fin septembre 2014 et ils lui ont dit de surveiller les faits et gestes de Mme Chen.

 

Plus tard, sa fille lui a envoyé un message touchant, exprimant ses inquiétudes pour elle et l'assurant de son soutien : « Maman, tu sais que Papa t'aime et que moi aussi. Nous sommes inquiets pour toi, alors nos mots sont un peu durs. Papa a souffert de s'être inquiété pour toi. Nous n'avons jamais cessé d'être inquiets depuis que tu as été libérée. Ne nous blâme pas de nous soucier de toi et ne te sens pas sous pression. Je dors mieux depuis que tu es revenue et Papa a également cessé de boire. Nous ne t'empêchons pas de réclamer justice et nous n'allons jamais te tourner le dos. Je te soutiens et je t'aime beaucoup. Papa ne supporte pas que tu parles, mais il t'aime plus que tout. Je comprends que défendre la liberté est important pour toi. Peut-être que dans plusieurs années, tu sera louée pour ton courage et tu pourras te tenir la tête haute. »

 

Historique

 

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

 

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 17 dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

 

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le Bureau 610, le 10 juin 1999. L'organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l'exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

 

La loi chinoise permet aux citoyens d'être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l'ancien dictateur.

 

Voir aussi :

 

Pratiquants torturés brutalement au centre de lavage de cerveau

 

L'enfer sur terre – L'expérience de Mme Chen Dongmei au centre de lavage de cerveau de Qinglongshan

 

Des pratiquants de Falun Gong dans un état critique, des avocats battus, une ville assiégée

 

Sept pratiquants transférés en secret après que quatre avocats aient été battus à Jiansanjiang

 

Cas notable de violation des droits de l'homme dans le Heilongjiang : Quatre des onze personnes font face à une condamnation illégale

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/10/10/159487.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/28/335501.html