Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

281,833,340 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


Débat à la Chambre des communes du Royaume-Uni : « Prélèvements forcés d’organes : Chine »

 

Écrit par un correspondant de Minghui

 

 

(Minghui.org) Le 11 octobre 2016, la Chambre des communes du Royaume-Uni a organisé un débat visant à discuter du sujet : « Prélèvements forcés d’organes : Chine ». Le débat a été diffusé sur la BBC.

 

M. Jim Shannon, député, a présidé le débat. Il a ouvert la discussion en soulignant l’importance de considérer la question des prélèvements forcés d’organes sur les pratiquants de Falun Gong en Chine. Il a déclaré :

 

« L’idée de quelqu’un se voyant retirer ses organes et se réveillant dans un bain de glace a longtemps été une légende urbaine. Toutefois, le débat d’aujourd’hui n’est pas basé sur une histoire d’horreur à l’approche d’Halloween ; Ce n’est pas imaginaire. C’est une horreur qui n’est que trop réelle en Chine. Étant donné qu’elle a été portée à notre attention, je pense que nous avons un rôle à jouer en renvoyant ce scenario au domaine de la légende urbaine. C'est pourquoi le débat est si important. »

 

Il a présenté une chronologie de comment ces crimes perpétrés par le régime communiste chinois ont émergé :

 

« Cette histoire, qui est presque trop affreuse pour y croire, a été révélée pour la première fois au mois de mars 2006, lorsqu’une femme a déclaré que pas moins de 4000 pratiquants de Falun Gong avaient été tués pour leurs organes à l’hôpital où elle avait travaillé. J’ai eu le privilège de rencontrer une partie des familles de ces personnes à la Chambre, et une organisation de charité était aussi impliquée, donc nous connaissons certaines de ces histoires de première main…

 

« Une semaine plus tard, un médecin militaire chinois a non seulement corroboré le récit de la femme, mais a prétendu que de telles atrocités se déroulaient dans 36 camps de concentration à travers le pays. Il a dit qu’il avait aussi vu personnellement des pratiquants de Falun Gong transportés en nombres massifs à travers le pays dans des wagons à bestiaux, la nuit et sous étroite sécurité. Les gens penseront peut-être que cela relève de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, mais le transport de personnes dans des trains à bestiaux est bien réel. Comme je l’ai dit, cela a lieu la nuit et sous étroite sécurité.

 

« En 2006, deux personnalités canadiennes - David Kilgour, un ancien député, et David Matas, un avocat des droits de l’homme – ont publié un rapport pour la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine, dans lequel ils donnaient de la crédibilité aux déclarations selon lesquelles les autorités chinoises prélevaient les organes de membres du groupe exécutés. Les victimes étaient détenues dans des camps de concentration avant la dissection, après quoi les restes étaient immédiatement incinérés comme si les autorités pouvaient se débarrasser de la preuve de leurs méfaits en les incinérant aussitôt.

 

« C’est en juillet 2006 que David Kilgour et David Matas ont publié leur rapport de 140 pages, tirant ''la regrettable conclusion que ces allégations étaient vraies''.

 

« L’enquête révélait la nature 'à la demande' des transplantations d’organes en Chine ; il y a une abondance d’organes en dépit de l’absence d’un système de donation. Dix ans plus tard, le 22 juin 2016, ils ont publié une mise à jour de leur rapport. Elle montre l’expansion incessante de la capacité de transplantation – les prélèvements forcés d’organes ayant été mis en lumière en 2006 – les facteurs à l’origine de la croissance de cette industrie, et le rôle du Parti au pouvoir, des agences du gouvernement et des individus en place mettant en œuvre et perpétuant l’assassinat systématique de prisonniers d'opinion pour leurs organes. Nous parlons de ceux dont la croyance est le Falun Gong, ceux de croyance chrétienne, qui ont été persécutés, de gens purgeant des peines en prison et ceux d’autres groupes ethniques. »

 

Plusieurs collègues législateurs de M. Shannon se sont joints au débat afin d’exprimer leurs opinions sur la question.

 

M. Patrick Grady, député de Glasgow Nord, a déclaré :

 

« Beaucoup des questions qu’il a soulevées concernent un bon nombre de nos électeurs : un certain nombre m’ont contacté à ce sujet et j’ai également présenté des questions suite au contact des électeurs. Partage-t-il ma déception du peu d’engagement du gouvernement sur la question ? Nous comprenons qu’ils doivent s’engager positivement et sensiblement avec le gouvernement chinois, mais une question concernant autant d'électeurs devrait être prise au sérieux. »

 

M. Martyn Day, représentant Linlithgow et East Falkirk, a commenté que « la qualité de l’information qui a été impartie était remarquable ». Il a résumé la discussion de M. Shannon :

 

« Le député a dit deux choses que je répèterai, parce qu’elles résument pour moi le débat tout entier. Il a dit que ce qui se passe en Chine est ''presque trop affreux pour y croire'' et il a souligné que le message qui doit ressortir est que des gens sont tués sur demande pour leurs organes. »

 

M. Shannon a conclu le débat en disant :

 

« J'exhorte le gouvernement à travailler dur pour internationaliser la question afin de nous réunir tous ensemble pour assurer que nous puissions efficacement persuader la Chine d'arrêter la transplantation forcée d'organes. Si nous pouvons faire cela, cette Chambre travaillera à l’unisson avec ceux qui dans le reste du monde veulent voir ces honteuses et terribles transplantations d’organes prendre fin. »

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/10/30/159748.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/10/26/336796.html