Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

281,833,340 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Un ingénieur meurt suite à la persécution du Falun Gong, la famille poursuit en justice l’ancien président chinois

 

Écrit par un correspondant de Minghui

 

 

(Minghui.org) Les membres de la famille de M. Chen Guoxiang ont déposé une plainte pénale contre l’ancien dictateur chinois Jiang Zemin, qui a initié la persécution du Falun Gong en 1999.

 

M. Chen, un ingénieur des mines de la ville de Chifeng, en Mongolie intérieure, est mort en décembre 2005 à l'âge de 55 ans après avoir été torturé pour son refus de renoncer à sa croyance dans le Falun Gong. Les autorités ont à plusieurs reprises arrêté, détenu et extorqué de l'argent à sa femme, son fils cadet et sa fille, qui étaient aussi des pratiquants.

 

L'épouse de M. Chen, Mme Jia Guiqin de la ville de Chifeng, a commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1998. Peu de temps après, son hyperplasie osseuse, ses douleurs à la jambe et son inflammation nasale qui la dérangeaient depuis des années ont disparu. Elle a cessé de se préoccuper des gains financiers et son caractère n’était plus emporté. Les changements spectaculaires sur sa santé et de sa personnalité ont amené son mari et ses enfants à devenir eux aussi des pratiquants.

 

Une famille heureuse a alors été déchirée après que la persécution a commencé en juillet 1999. Dans sa plainte, Mme Jia a fait ce récit.

 

Mon mari meurt après avoir été torturé deux fois dans un camp de travaux forcés

 

La police a arrêté et détenu mon mari en juin 2000 et l’a emmené dans le camp de travaux forcés de Tumuji pour trois ans.

 

Dans le camp, il a été battu, privé de sommeil pendant deux semaines et soumis au lavage de cerveau. Mon mari a été torturé jusqu'à perdre le contrôle de ses intestins et s’est presque retrouvé en état de choc. Les gardiens ont battu devant lui notre fils cadet, qui était dans le même camp à l'époque.

 

Après avoir été libéré en avril 2003, au lieu de le laisser rentrer à la maison, les autorités l'ont envoyé dans un centre de lavage de cerveau et torturé pendant deux semaines.

 

Deux mois plus tard, la police est entrée dans la chambre du dortoir de mon mari au travail et a trouvé des textes du Falun Dafa après une fouille illégale. Ils l’ont arrêté et placé dans le camp de travaux forcés de Wuyuan pour trois ans.

 

Les gardes lui ont fait des électrochocs à plusieurs reprises sur la plante des pieds avec des matraques électriques, ce pendant plus d'un mois. Sous la douleur physique extrême et la pression mentale, il a tenté de se suicider à deux reprises.

 

La torture à long terme a pris un lourd tribut sur sa santé. Il avait une grave accumulation de fluide dans la poitrine et la cavité abdominale, une tuberculose pulmonaire et une insuffisance cardiaque. Même alors qu’il était hospitalisé, la police continuait à le menotter au montant du lit.

 

Ne voulant pas prendre la responsabilité de sa mort, les autorités nous ont appelés pour que nous le ramenions à la maison. Nous avons dû quitter notre domicile pour éviter davantage de persécution. Huit mois plus tard, mon mari est mort sur la route, à l'agonie.

 

La souffrance de mon plus jeune fils

 

Mon plus jeune fils, M. Chen Yujin, était un voyou qui passait beaucoup de temps dans les salles de jeux et de billard. Après avoir pratiqué le Falun Gong, il est devenu une personne différente. Il était poli et responsable.

 

Il a été arrêté en juillet 2000 pour sa croyance et enfermé pendant trois ans dans le même camp de travaux forcés que son père. Après quoi il a été torturé au centre de lavage de cerveau de Chifeng pendant deux semaines en avril 2003.

 

Un mois après avoir été libéré, mon fils a été emmené à nouveau et torturé dans un centre de détention pendant trois mois.

 

En novembre 2011, la police a arrêté mon fils et a fouillé notre maison sans s'identifier. Les autorités l'ont mis dans un camp de travaux forcés pour mineurs d’avril 2012 à décembre 2013.

 

La police a placé mon fils en résidence surveillée après sa libération et l’a étiqueté comme fugitif. En conséquence, il était incapable de travailler et de soutenir sa famille.

 

La souffrance de ma fille et de moi-même

 

La police a arrêté ma fille, Mme Chen Huimin, alors qu'elle était au travail, dans la ville de Chifeng en octobre 2001. Elle a été torturée dans le camp de travaux forcés pour femmes de Hohhot pendant deux ans.

 

J'ai été torturée dans le camp de travaux forcés de Tumuji de juin 2000 à août 2001. Pendant deux mois de novembre 2001 à janvier 2002, j’ai été incarcérée dans un centre de lavage de cerveau. Pendant deux semaines, en mars 2003, j’ai été torturée dans un autre centre de lavage de cerveau. Pendant que j'étais incarcérée, ma maison a été pillée deux fois et une quantité importante d'argent a été volée.

 

La souffrance de mon fils aîné

 

Mon fils aîné, Chen Quanshi, était le seul non-pratiquant dans la famille immédiate. Les autorités l'ont emmené dans un camp de travaux forcés et l'ont forcé à renoncer publiquement au Falun Gong. Il a refusé et a été humilié devant une foule.

 

Il travaillait dans une école et les autorités ont mis en place deux enseignants pour le surveiller 24 heures sur 24. Lorsque les autorités n’ont pas pu nous trouver, ils sont allés à son domicile et à son lieu de travail pour le menacer. Ils ont même harcelé ses beaux-parents. La pression exercée sur lui et sa famille était énorme.

 

Pertes financières et ostracisme de la part de la famille et des amis

 

Au cours des années de persécution, les autorités ont à plusieurs reprises confisqué nos biens, et notre maison a été cambriolée pendant que nous étions incarcérés. Nous n’étions pas autorisés à travailler librement sans être persécutés, mon entreprise a été contrainte de fermer. Nous avons connu une immense perte financière et la situation était désastreuse.

 

La famille et les amis qui ne savaient pas pourquoi la persécution était foncièrement mauvaise ont pris leurs distances. Le frère de mon mari l’a humilié et l’a renié quand il lui a rendu visite dans un centre de détention. Nos voisins ont aidé les autorités à nous surveiller.

 

Voir également :

 

M. Chen Guoxiang, un pratiquant de Falun Dafa, meurt sous la persécution

 

Historique

 

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

 

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 17 dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

 

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L'organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l'exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

 

La loi chinoise permet aux citoyens d'être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l'ancien dictateur.

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/12/13/160313.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/12/5/338539.html