Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

277,009,216 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Un ancien agent de patrouille frontalière est détenu à la prison de Hulan pour avoir déposé plainte contre Jiang Zemin

 

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Heilongjiang en Chine

 



(Minghui.org) Le pratiquant de Falun Gong, M. Li Hongshan, actuellement incarcéré à la prison de Hulan dans la province du Heilongjiang, a déposé plainte contre Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du Parti en Chine. La plainte explique en détail la persécution subie par M. Li et a été envoyée depuis la prison le 6 octobre 2016.

 

M. Li, 44 ans, est originaire du canton de Suibin, dans la province du Heilongjiang. Parce qu'il était pratiquant de Falun Gong, il a été condamné illégalement à trois ans de prison par le tribunal de Daxin le 11 juin 2015. Il a été incarcéré au quartier no 5 de la prison de Hulan.

 

Voici le récit personnel des expériences vécues par M. Li :

 

2003 : Torturé par la police de la place Tiananmen

 

Je suis allé à la place Tiananmen pour montrer une banderole le 22 avril 2003, pour intenter une action cherchant justice pour le Falun Gong. J’ai été arrêté par deux agents de police du poste de police de Tiananmen et j’ai été soumis à une forme de torture connue sous le nom de nouer la corde.

 

Reconstitution de torture : nouer la corde

 

2003 : Licencié sans raison et condamné à cinq ans de prison

 

J’étais commandant adjoint de la patrouille frontalière de Suibin du Département de police de la province du Heilongjiang. J’ai été licencié sans raison en décembre 2003. J’ai alors été condamné illégalement à cinq ans de prison par le tribunal du canton de Suibin parce que je pratiquais le Falun Gong.

 

Pendant que j’étais incarcéré à la prison de Jiamusi en 2006, ma femme a été mise sous pression par le Bureau 610 et la police locale du canton de Suibin pour qu'elle divorce.

 

Je suis retourné dans ma ville d'origine après ma libération de prison en 2008. La police locale a rejeté ma candidature d’emménagement, alors je suis allé à Pékin où on m’a offert un emploi à temps partiel.

 

2014 : Une peine de trois ans de prison

 

J’ai été arrêté et emmené au poste de police du village de Beizang le 25 août 2014 pour avoir distribué des documents de clarification à Pékin. J’ai été condamné à trois ans de prison par le tribunal de Daxin.

 

En septembres 2014, j’ai entamé une grève de la faim pour protester contre mon emprisonnement illégal et j’ai été gavé par les policiers. Les deux gardiens et les autres prisonniers m’ont battu. Ils ont également diffamé le Falun Gong et le fondateur du Falun Gong, Maître Li Hongzhi.

 

C'est un prisonnier du nom de Chen qui m’a le plus souvent torturé. Il m’a dit qu’il suivait les ordres donnés par le Parti.

 

Je lui ai dit que la bonté sera récompensée par la bonté tandis que faire du mal sera suivi de rétribution. Il a répondu : « S’il y a un enfer, je vais mourir tout de suite ! » Il est décédé cette nuit-là.

 

Ceci a choqué beaucoup de gens. Le Bureau de supervision des prisons à Pékin a mené une enquête pour connaître la cause de son décès. De nombreuses personnes dans la prison pensent qu’il pourrait leur incomber un sort similaire s’ils persécutaient le Falun Gong eux aussi.

 

J’ai été transféré au Premier centre de détention de Pékin à la mi-décembre 2014 et je suis actuellement incarcéré à la prison de Hulan dans la province du Heilongjiang.

 

Commencer à cultiver et pratiquer le Falun Gong

 

M. Li a un baccalauréat en droit. Avant de cultiver et pratiquer le Falun Gong, il était agent de police à la brigade de patrouille frontalière à Suibin.

 

Le travail à la frontière en patrouille était très dur et stressant et M. Li a fini par développer une névrose chronique. Il souffrait constamment de maux de tête et ne dormait pas bien. Il a visité de nombreux médecins, mais aucun ne pouvait l’aider et son état de santé s’aggravait.

 

M. Li a commencé à cultiver et pratiquer le Falun Gong en mai 1998. Après trois mois, il a guéri de toutes ses maladies.

 

Peu de temps après avoir commencé la cultivation et pratique, il a quitté son poste à la patrouille frontalière et a eu plusieurs emplois après cela. Quand il était courtier d’assurance, représentant commercial ou accrédité comme agent de formation, il a suivi le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et il a toujours essayé d’être compatissant et humble.

Historique

 

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

 

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 17 dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

 

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L'organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l'exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

 

La loi chinoise permet aux citoyens d'être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l'ancien dictateur.

 

 

Traduit de l'anglais en Belgique

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/11/25/160077.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/10/28/336890.html