Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

276,918,845 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Partages et compréhensions entre les pratiquants


Nourrir les démons engendrés par son propre esprit

 

Écrit par un pratiquant de Falun Gong en Chine

 

 

(Minghui.org) Après avoir pratiqué pendant un certain temps, en août 1999, j'ai remarqué que mon esprit était devenu plus clair et que je rencontrais rarement l'attachement à la peur dans ma cultivation et pratique. De plus, mon cœur n'était pas touché lorsque les autres me critiquaient ou m'insultaient et je ne ressentais plus de douleur au cours de la méditation assise.

 

Ainsi, j'ai commencé à sentir que ma compréhension du Fa devenait de plus en plus profonde. Je sentais que je m'élevais très rapidement. En conséquence, j'ai commencé à développer l'attachement à la suffisance.

 

Ma fille a commencé à pratiquer le Falun Gong quand elle était très jeune. Son troisième œil était ouvert et elle me racontait souvent les nombreuses scènes merveilleuses qu'elle avait vues dans les autres dimensions.

 

Un jour, elle m'a dit combien j'avais l'air puissant et divin dans les autres dimensions, et comment j'avais bien cultivé par rapport aux autres. J'ai commencé à me sentir satisfait de moi-même, ce qui m'a rapidement mis en alerte.

 

Cependant, plus je l'écoutais, mieux je me sentais. Je n'ai pas réussi à voir que mon attachement à la suffisance avait créé une faille que les forces anciennes pouvaient exploiter.

 

Puis, j'ai remarqué que des principes en apparence très élevés m'étaient montrés, les uns après les autres. J'ai commencé à sentir que les autres pratiquants de ma région étaient restés loin derrière moi dans la cultivation.

 

Je suis resté distant et indifférent envers les idées et suggestions de mes compagnons de cultivation et, pensant que quoi qu'ils disent, cela reflétait leurs attachements humains. Je pensais que seules mes idées et compréhensions étaient basées sur le Fa.

 

Un jour, ma fille m'a dit que j'avais atteint un niveau si élevé dans ma cultivation et pratique que je n'avais plus besoin de pratiquer les exercices de Falun Gong. Ainsi, dès ce jour-là, j'ai arrêté de les faire.

 

Plus tard, elle m'a dit : « Abandonner la vie humaine, ce n'est pas la même chose qu'abandonner la vie et la mort. Ne pas craindre la destruction complète d'une forme humaine et de son esprit, c'est vraiment abandonner la vie et la mort. »

 

Elle a ajouté : « Tu as le Fa profondément ancré dans le cœur, donc tu n'as plus besoin d'étudier le Fa ; tu dois seulement cultiver ton esprit. Ne plus être attaché au Fa, n'est-ce pas la même chose que ne plus craindre la destruction de la forme humaine et de son esprit ? Tu as atteint un niveau extrêmement élevé. Aucun pratiquant autour de toi n'a cultivé et pratiqué aussi bien que toi ! »

 

Comme j'étais incapable de voir que ma fille et moi étions tous deux en train de nourrir les démons engendrés par notre propre esprit, j'ai arrêté d'étudier le Fa. Peu après, j'ai commencé à me sentir mal et je n'arrivais plus à passer la moindre épreuve de comportement.

 

Comme je commençais à remettre en question l'état de ma cultivation, ma fille m'a dit : « Tu te sens comme ça parce que tu supportes beaucoup de karma que les autres pratiquants sont incapables de porter. Tu t'élèves rapidement ! »

 

Plusieurs pratiquants sont venus me parler après avoir senti que je m'enfonçais de plus en plus dans une impasse. Mais j'ai refusé de les écouter et ai pensé que ce qu'ils disaient n'était que des compréhensions humaines.

 

Maître Li a aussi essayé de me donner quelques indications au cours de cette période mouvementée dans ma vie, mais j'ai laissé les forces anciennes me tromper encore et encore. Avec le temps, plus personne n'est venu me parler et plus personne n'a partagé les nouveaux enseignements du Maître avec moi.

 

Par une journée enneigée, un pratiquant âgé est venu à mon domicile et m'a apporté le dernier enseignement du Maître, « Aller vers la plénitude parfaite ». Après l'avoir lu, j'ai immédiatement pris conscience que mon état de cultivation était chaotique.

 

J'ai recommencé à lire le Zhuan Falun. Mais, j'avais beau essayer, je ne pouvais pas lire une phrase complète. J'ai pensé : « Il y a quelques mois, je pouvais lire les livres de Dafa, alors que les autres regardaient la télévision dans la même pièce. Je pouvais me concentrer très facilement. Maintenant, je n'y arrive plus. » J'ai commencé à réellement ressentir la gravité de ma situation.

 

Alors que je me forçais à étudier le Fa, de nombreuses pensées déviées ont fait surface, essayant de me persuader d'arrêter de lire. Je me suis continuellement rappelé d'arrêter d'être attaché aux soit-disant compréhensions de haut niveau.

 

De cette façon, j'ai renforcé ma conscience principale, ce qui m'a aidé à repousser ces mauvaises pensées. J'ai remarqué que l'interférence qui était causée par mes propres failles s'amoindrissait.

 

Ma vitesse de lecture a augmenté au point que je pouvais lire quatre leçons le matin et quatre autres l'après-midi. Je pratiquais aussi les exercices entre mes temps de lecture. Tout cela a eu lieu pendant les congés d'été de mon unité de travail.

 

Quelques semaines plus tard, après avoir lu « Les démons engendrés par son propre esprit » dans le Zhuan Falun, j'ai réalisé que le Maître avait exactement décrit mon ancien état de cultivation. J'étais heureux que le Maître m'ait aidé à surmonter cette immense tribulation, mais je ressentais aussi un profond regret pour avoir répétitivement échoué dans cette épreuve.

 

Un jour, après avoir lu le Fa, j'ai commencé à faire la méditation assise. J'ai soudain ressenti un malaise extrême dans mon corps. Je me suis arrêté, me suis couché sur le lit et ai senti comme une puissante roue tourner dans mon bas-ventre.

 

Ensuite, j'ai senti comme des cordes dans mon corps directement connectées à la roue en rotation. Les cordes ont commencé à s'emmêler dans la roue et à devenir de plus en plus tendues.

 

J'ai commencé à suer abondamment tandis que mon corps se recroquevillait sur lui-même à cause de la douleur insupportable. Je savais que le Maître était en train d'ajuster mon Falun déformé et les mécanismes énergétiques après avoir vu que j'avais pris conscience de mon erreur. J'ai remercié le Maître encore et encore dans mon cœur.

 

Lorsque je n'ai plus pu supporter la douleur, j'ai dit au Maître dans mon esprit : « Je ne peux plus endurer la douleur. Pouvez-vous terminer d'ajuster mon corps demain ? » Quelques secondes plus tard, tous les symptômes avaient disparu. Je me suis levé, suis allé aux toilettes et ai éliminé un grand nombre de caillots de sang noir. Après cela, je me suis senti rajeuni.

 

Je suis retourné dans ma chambre poursuivre la méditation assise. J'ai immédiatement remarqué qu'il y avait un puissant champ d'énergie autour de mon corps et je me sentais léger comme une plume. C'était un sentiment merveilleux !

 

J'ai aussi réalisé que je traversais presque les mêmes épreuves de xinxing que celles que j'avais rencontrées lorsque j'avais commencé à pratiquer. J'ai alors compris que je recommençais la cultivation à zéro. Bien sûr, j'ai commencé à comprendre combien j'avais dévié.

 

Mais j'ai finalement réussi à rattraper les autres pratiquants, sous la gouverne du Maître. Je suis allé à Pékin faire appel du droit de pratiquer librement le Falun Gong en Chine.

 

Cet incident m'a rendu pleinement conscient de la nature sérieuse de la cultivation et pratique et de la grande compassion du Maître.

 

La raison pour laquelle je n'ai pas complètement abandonné la pratique est que j'ai toujours gardé cette pensée : « En tant que pratiquant, tout ce que j'ai m'a été donné par le Maître. Je respecterai donc le Maître à jamais. » Je crois aussi que c'est la raison pour laquelle les forces anciennes ne m'ont pas totalement détruit.

 

J'ai fermement désintégré mon attachement à la suffisance. Je réalise maintenant que je n'avais pas une compréhension claire de ma relation avec Dafa et mes compagnons pratiquants.

 

J'avais toujours pensé que j'avais une relation prédestinée plus forte avec le Maître et que j'étais intrinsèquement différent de ceux qui m'entouraient. Je n'avais pas compris que chaque pratiquant est aussi une particule du Fa.

 

Bien que chaque pratiquant viennent d'un niveau différent, cela n'indique pas nécessairement l'état de cultivation d'une personne ni leur niveau actuel.

 

Ce n'est qu'en ayant une compréhension correcte de ma relation avec Dafa et mes compagnons de cultivation que je peux véritablement me cultiver, remplir mes vœux préhistoriques et assister pleinement le Maître dans la rectification de Fa !

 

 

Traduit de l'anglais en Belgique

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/7/25/157961.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/6/25/330320.html