Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

276,389,399 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


L'histoire suggère que le régime communiste ment sur sa source d'organes pour les greffes

 

Écrit par Sima Tai

 

 

(Minghui.org) Lorsque le 26e congrès international de la Société de Transplantation (TTS) a eu lieu à Hong Kong en août, le Parti communiste chinois (PCC) a affirmé que la Chine n’utilisait que des organes de prisonniers condamnés à mort pour les greffes et que l'allégation de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers d'opinion était, par conséquent, « un mensonge ».

 

Ironiquement, il y a seulement dix ans, le régime communiste avait affirmé que la Chine n’avait jamais utilisé les organes de prisonniers condamnés à mort pour les transplantations et, par conséquent, l'accusation que leurs organes étaient utilisés était « un mensonge ».

 

Les articles suivants ne sont qu'un échantillon de ce qui a été rapporté alors dans le Quotidien du Peuple, Xinhua et d' autres média porte-parole du PCC :

 

« C’est de la calomnie de dire que la Chine prend les organes de condamnés à mort »

 

« Le ministère de la Santé : « Prendre les organes de condamnés à mort sans consentement est une déclaration grossièrement inexacte »

 

« Réfutation du ministère de la Santé sur le sophisme que la Chine prend les organes de prisonniers condamnés à mort sans consentement »

 

« Le ministère de la Santé : La source des organes destinés à la transplantation vient principalement des dons de citoyens décédés »

 

« Le motif ultérieur des médias étrangers en déclarant que la Chine prend les organes de prisonniers condamnés à mort »

 

 

En 2012, cependant, les gros titres ont commencé à changer :

 

« Le ministère de la santé : Les prisonniers condamnés à mort sont la principale source d'organes pour les greffes de la Chine "

 

L'histoire se répète

 

Le PCC n’admet généralement jamais sa culpabilité. Pourquoi a-t-il tout d'un coup changé son histoire ? Était-ce pour couvrir un autre mensonge beaucoup plus grand et encore pire ?

 

Essaie-t-il de dissimuler le fait que les organes sont prélevés sur des prisonniers d'opinion, y compris les pratiquants de Falun Gong ?

 

Il y a dix ans, le PCC a nié l'accusation qu'il prenait des organes sur des prisonniers condamnés à mort. Maintenant, il l’admet comme un fait. Le monde entier sait que le PCC avait menti précédemment.

 

Maintenant, le PCC nie l'accusation selon laquelle il prend des organes sur des prisonniers d'opinion.

 

Dans un avenir pas trop lointain, le monde entier saura que le PCC avait menti à nouveau.

 

La théorie « seulement les organes de condamnés à mort » ne tient pas la route

 

Dans son rapport « Preuve à toute épreuve et irréfutable », l'Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) a identifié une faille dans le mensonge du PCC :

 

Selon les dossiers d'Amnesty International, de 1995 à 1999, la moyenne annuelle des prisonniers condamnés à mort exécutés en Chine était d'environ 1680 par an. Entre 2000 et 2005, le nombre moyen était de 1616 par an.

 

« Les chiffres officiels publiés en Chine pour les greffes de rein dépassent de loin le nombre de prisonniers condamnés à mort. Huang Jiefu déclare que le volume annuel de greffe de rein est de 5500 à 10 000 ce qui dépasse déjà de loin le nombre de prisonniers condamnés à mort. L'enquête de la WOIPFG indique que de 2000 à 2005, la Chine a effectué au moins 12 200 transplantations rénales par an. »

 

Les médias chinois ont également enregistré un grand nombre de transplantations d'organes.

 

Le China Economic Weekly a rapporté en septembre 2013 que l’Hôpital populaire de l’Université de Pékin avait effectué 4000 transplantations hépatiques et rénales en un an.

 

Guangzhou Daily a rapporté le 13 mars 2013, que Huang Jiefu, président du Comité de dons d’organes en Chine et ancien vice-ministre du ministère de la Santé, avait effectué plus de 500 greffes de foie en 2012.

 

Un autre mensonge du PCC mis à jour

 

La Chine a tenu une réunion spéciale de la transplantation chinoise d'organes un jour avant le congrès TTS. Le Global Times et d’autres médias contrôlés par le PCC ont immédiatement affirmé que cela « montre que le monde de la transplantation d'organes chinois a été vraiment accepté par la Société de transplantation ».

 

Dr. Philip J. O'Connell, le président de la TTS, a rejeté la déclaration du PCC le jour suivant. Lors d'une conférence de presse, le Dr O'Connell a déclaré que « personne ne pouvait interpréter » ce qu'il a dit aux représentants chinois comme signifiant que le système de transplantation d'organes de la Chine avait été « vraiment accepté par la Société de transplantation ».

 

« Ainsi, ils peuvent le dire, mais ce n'est pas ce qu'est la vérité », a déclaré le Dr O'Connell.

 

L'essence de ce mensonge était une tentative du PCC pour faire accepter et légitimer ses pratiques de transplantation d'organes par la communauté internationale.

 

La communauté internationale a des normes éthiques strictes sur les transplantations d’organes. La Chine est loin de répondre aux normes, sans parler du fait qu'elle a violé les principes humains fondamentaux en se livrant au prélèvement d'organes à vif.

 

Le PCC n'a pas pris la peine d'ajuster ou de réguler ses pratiques afin de répondre aux normes internationales. Au lieu de cela, il a juste menti, en espérant que cela pourrait tromper la TTS. Il a fait valoir qu'il n’utilisait que les organes de prisonniers condamnés à mort auparavant, et qu'il a adopté un règlement pour cesser d'utiliser ces organes le 1er janvier 2015, et qu'il avait donc fait une amélioration spectaculaire et devait par conséquent être accepté par la communauté internationale.

 

Les gens devraient se rendre compte de ses mensonges.

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/10/158623.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/8/22/333368.html