Le 14 novembre 2017

Le sauvetage d’un pratiquant détenu

 

Écrit par un pratiquant de Falun Gong en Chine

 

 

(Minghui.org) Un pratiquant de Falun Gong a été arrêté au cours du premier semestre 2016 pour avoir distribué des documents de clarification de la vérité du Falun Dafa. Après que les pratiquants locaux ont entendu parler de l’incident, ils ont expédié des lettres d’appel aux organismes juridiques concernés.

 

Effort préliminaire au sauvetage

 

Alors que les pratiquants s’interrogeaient encore sur la nécessité d’engager un avocat de la défense pour le pratiquant détenu, je l’avais fait sans les consulter. Les autres pratiquants ne connaissaient pas l’avocat, mais ils étaient d’accord avec ma recommandation.

 

La veille de la rencontre avec l’avocat, j’ai préparé des documents à utiliser dans l’effort de sauvetage. J’ai d’abord écrit une lettre concernant l’historique des faits semblable à celle que j’avais rédigée il y a quelques années au nom d’un membre de ma famille, ce qui avait contribué à faire connaître l’arrestation.

 

Après avoir signé le contrat avec l’avocat, il nous a accompagné, moi, un membre de la famille du pratiquant détenu et quelques pratiquants, au centre de détention. Bien qu’on m’ait demandé de discuter de la lettre avec la famille du pratiquant arrêté, j’ai eu une hésitation et je l’ai remise à l’avocat. Ce n’était pas une bonne décision, puisque les gardiens ont confisqué l’historique de l’affaire et ils ont menacé de créer des ennuis.

 

J’ai été surpris et j’ai pensé qu’il devait y avoir quelque chose qui n'allait pas pour que cela arrive. Quelle qu’en soit la raison, il était illégal pour les gardes de confisquer la lettre ; nous ne devions pas l’accepter. Après discussion, l’avocat et le membre de la famille du pratiquant détenu ont compris mon intention. Mais j’ai quand même senti qu’il y avait quelque chose que j’avais mal fait.

 

Après avoir discuté de la question avec d’autres pratiquants, j’ai trouvé mon attachement fondamental concernant ce problème. Tout d’abord, j’avais utilisé cette même méthode de sauvetage il y a plusieurs années, mais il est fort probable qu’elle ne convenait plus en 2016. De plus, j’ai écrit l’historique de l'affaire avec la mentalité de montrer les autres du doigt et de prouver que j’avais raison.

 

Je ne m’étais pas concentré sur la clarification des faits aux personnels des services juridiques et je m’étais seulement soucié de secourir ce pratiquant. De plus, j’avais aussi pensé qu’il n’était pas correct que l’avocat soit menacé. J’étais déterminé à être plus lucide la fois prochaine et à communiquer avec les autres pratiquants à l’avance.

 

Actions fondées sur le Fa

 

Nous avons pensé qu’il serait utile de trouver les coordonnées du juge préliminaire afin d’envoyer des lettres pour clarifier la vérité et de téléphoner.

 

L’avocat a essayé de trouver l’information, mais les gardes ont refusé sa demande et l’avocat n’a pas voulu insister davantage. Toutefois, sans la coopération de l’avocat, ce serait difficile d'aller plus loin.

 

Un autre pratiquant a fait remarquer que le fait que j’étais si concentré sur l’effort de sauvetage aurait pu avoir pour résultat que l’avocat ait agi de façon négative. Cela m’a fait réaliser que je n’avais pas été calme. Je n’avais pas laissé le Fa me guider et je m’étais seulement fié à mon expérience passée.

 

Quand le but n'a pas été atteint, j'ai réagi comme une personne ordinaire et je n'ai pensé qu’à l’effort de sauvetage. Je me suis énervé quand l’avocat n'a pas coopéré avec moi. Cela a ouvert une faille pour que les facteurs pervers interfèrent avec moi. J’aurais dû faire le contraire en abandonnant mes notions égoïstes et en clarifiant la vérité à ceux qui travaillaient dans le domaine juridique.

 

Quand je suis retourné au centre de détention avec l’avocat, il n’y avait pas de mauvaises pensées dans mon esprit. L’avocat a changé d’attitude et a essayé de prendre rendez-vous avec le juge préliminaire. Cette fois-ci, le membre de la famille du pratiquant détenu avait écrit un historique de l'affaire et une lettre au juge préliminaire. Les deux lettres ont par la suite été ajoutées au dossier par le juge.

 

Poursuivre les actions de clarification de la vérité

 

La famille a engagé un autre avocat. Nous avons ensuite décidé d’envoyer des lettres de clarification de la vérité au parquet. De plus, l’avocat nous a laissé lire le profil de l'affaire, ce qui nous a aidés à découvrir les raisons de l’arrestation.

 

Lorsque l’avocat a rencontré le pratiquant détenu, plusieurs pratiquants sont restés à proximité pour émettre la pensée droite. Nous avons échangé nos points de vue et nous avons réalisé que nous ne devions pas nous attacher uniquement au sauvetage du pratiquant détenu, mais aussi prendre en considération ceux qui travaillaient dans les services juridiques. Si nous pouvions tout faire en nous basant sur le Fa et traiter tout le monde avec compassion, leur côté bienveillant pourrait émerger.

 

Nous avons également reconnu l’importance de clarifier la vérité aux membres du parquet, en particulier à la jeune procureur qui avait travaillé sur l’affaire. On m’a demandé de lui écrire une lettre et on m’a rappelé de l’écrire en me basant sur le Fa. J’ai appris que la procureur était responsable de la condamnation d’un autre pratiquant. Par conséquent, il ne suffisait pas de parler du point de vue de la loi karmique et de la rétribution, mais de façon à favoriser ses pensées positives.

 

Nous avons donc inclus quelques articles du site internet Minghui, comme celui intitulé : « Le Falun Dafa apporte l’espoir à une mère désespérée et à son fils mourant », une histoire très émouvante.

 

J’ai écrit au début de la lettre : « J’espère sincèrement que vous pourrez en apprendre davantage sur ceux qui pratiquent le Falun Gong et pourquoi ils le pratiquent. Ceci vous renseignera sur les raisons pour lesquelles ils persistent dans leur croyance dans un environnement aussi hostile. S’il vous plaît, mettez temporairement votre point de vue de côté et entrez dans les mondes intérieurs de ces pratiquants pour voir ce qu’ils pensent. »

 

Éveiller la compassion

 

Après avoir posté cette lettre, j’ai senti que la communication avec la procureur s’était un peu améliorée. J’ai réalisé que cette affaire était la routine pour elle. Si elle connaissait un peu la vie du pratiquant, sa compassion pourrait être éveillée.

 

J’ai écrit une autre lettre avec l’aide du pratiquant détenu ; l’histoire de la vie du pratiquant. C’était exactement ce qu’une personne ordinaire lirait, y compris les expériences de la grande révolution culturelle, la poursuite d’une carrière et l'expérience de la souffrance après avoir été envoyé dans un camp de travaux forcés et en prison.

 

Une percée dans l’affaire

 

L’affaire du pratiquant détenu a été renvoyée au département de police après avoir été gardée pendant plusieurs mois par le parquet. Dans une certaine mesure, cela a empêché le pratiquant d’affronter de nouvelles persécutions. C'était le résultat du soutien du Maître, ainsi que de la coopération des pratiquants locaux et étrangers. L’affaire est toujours en cours, mais j’ai acquis l’expérience nécessaire pour de futures opérations de sauvetage.

 

Au cours du processus de sauvetage, j’ai d’abord tout fait en me basant sur les notions des gens ordinaires et je me suis trop concentré sur l’aide au pratiquant détenu. Mais j’ai appris l’importance de collaborer avec les autres pratiquants et de rédiger des lettres d’appel basées sur les principes du Fa.

 

 

Traduit de l’anglais en Suisse

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/11/1/166242.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/9/19/349775.html