Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

291,726,057 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Un homme du Anhui de 80 ans emprisonné sans avoir été mis en examen ou jugé

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Anhui, Chine

 

 

(Minghui.org) Dans la ville de Fuyang un homme de 80 ans a été emprisonné sans avoir jamais fait l'objet d'un mandat d'arrêt et sans avoir été jugé non plus.

 

M. Wang Xuebin a été ciblé parce que des policiers locaux ont capturé une de ses connaissances, M. Liu Yun, en visite chez lui, le jour où ils essayaient d'arrêter M. Liu.

 

M. Liu et M. Wang pratiquent le Falun Gong, une discipline spirituelle qui est persécutée par le régime communiste chinois. M. Liu a déjà purgé trois années de travaux forcés pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong. La police est à nouveau venu pour lui le matin du 26 septembre 2017. Il n'était pas là, mais il est rentré chez lui dans l'après-midi pour découvrir qu'ils étaient passés.

 

M. Liu a immédiatement décidé de faire passer ses documents du Falun Gong à M. Wang. La police l'a retrouvé alors qu'il était en train d'effectuer son deuxième voyage chez M. Wang et l'a arrêté dès qu'il a quitté M. Wang.

 

Trois agents sont allés chez M. Wang tard dans la soirée, ont défoncé la porte et ont essayé de s'emparer de lui. Ils se sont arrêtés lorsque sa femme leur a dit qu'il venait de sortir de l'hôpital local deux jours avant.

 

Un plus grand nombre de policiers sont venus le lendemain matin pour harceler le couple âgé. Trois d'entre eux sont restés toute la nuit pour les surveiller.

 

Un troisième groupe de policiers est arrivé les 28 et 29 septembre, avec chaque jour deux agents qui restaient toute la nuit. Un agent a donné son nom : Zhang Mingliang.

 

Près d'une dizaine d'agents, dont deux en blouse de laboratoire, se sont présentés le 30 septembre. Ils ont fait sortir M. Wang par ruse et l'ont mis dans un véhicule officiel qui n'était pas une ambulance.

 

La femme de M. Wang a demandé à aller avec lui mais a été repoussée. On ne lui a pas dit non plus où ils l'emmenaient. Elle et ses enfants ont passé la semaine suivante à chercher partout et sont finalement tombés sur la troisième prison de la province d'Anhui, où un garde a confirmé qu'un homme du nom de Wang Xuebin avait été admis le 30 septembre.

 

Une autre semaine est passée et un agent de police a appelé la femme de M. Wang pour dire qu'ils détenaient tous les « suspects du Falun Gong » qu'ils craignaient pouvoir aller faire appel à Pékin avant le 19e Congrès du Parti, qui devait s'ouvrir le 18 octobre.

 

 

Traduit de l'anglais en France

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/11/24/166516.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/11/18/356842.html