Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

287,024,735 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une pratiquante de Shenyang poursuit Jiang Zemin pour sa souffrance physique et mentale

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Liaoning, Chine

 

 

(Minghui.org) Beaucoup de pratiquants de Falun Gong (aussi connus sous le nom de Falun Dafa) ont exercé leur droit de poursuivre en justice l'ancien dictateur Jiang Zemin pour avoir lancé la persécution du Falun Gong et leur avoir causé de grands dommages et d'énormes souffrances au cours des 17 dernières années. Plus de 200 000 pratiquants et leurs familles ont déposé de telles actions en justice depuis mai 2015.

 

Mme Dong Mei de Shenyang a déposé une plainte au sujet des années de torture subie dans divers centres de détention, camps de travaux forcés et centres de lavage de cerveau. Voici un extrait, dans lequel elle détaille certaines des tortures et des abus dont elle a été victime.

 

Persécution au centre de transformation de Longshan

 

J'ai été détenue pendant plus d'un mois en novembre et en décembre 1999.

 

J'ai souffert de diverses formes de torture physique pour avoir fait les exercices du Falun Gong. J'ai été obligée de m'accroupir ou de me tenir debout avec les deux mains contre un mur pendant de longues heures. Quand j’échouais à garder les deux bras droits à cause de la fatigue, les gardiens m'électrocutaient avec une matraque électrique.

 

Les gardiens m'ont souvent emmenée dans leur bureau et m'ont forcée à m'accroupir avec les deux mains sur la tête. Ils me donnaient alors des coups de pied et m'électrocutaient, faisant en sorte que mon corps entier entrait en convulsion.

 

Torturée au camp de travail de Longshan

 

Au camp de travail, les gardes ont encouragé les collaborateurs à torturer et à essayer de transformer les pratiquants. Quand j'ai refusé de lire des documents calomnieux et de renoncer à ma conviction, les collaborateurs m'ont non seulement frappée, tiré les cheveux et frappé la tête contre le mur, mais m'ont également traînée sur le sol en béton, causant ainsi de graves blessures à ma cheville.

 

Une fois, plusieurs gardiens m'ont maintenue sur le sol en béton et ont tordu mes mains derrière mon dos. Ils m'ont brutalement battue et en même temps, ont crié des obscénités dans mes oreilles.

 

Reconstitution de torture : coups brutaux

 

À cause de la torture sévère, j'avais des maux de tête aigus, un constant bourdonnement dans les oreilles et je transpirais de façon incontrôlable. Mes jambes étaient très douloureuses et j'en ai progressivement perdu la sensation ; je n'ai pas pu marcher sans aide pendant plus de deux mois.

 

Les gardiens ont alors changé de tactique. Ils m'ont forcée à m'asseoir sur un petit banc pendant de très longues heures chaque jour. Ils ont ordonné aux détenus de me surveiller et de me réveiller vers 4 heures du matin.

 

D'autres pratiquants et moi avons alors entamé une grève de la faim en signe de protestation.

 

J'ai été menottée à une chaise. Ils ont marché sur une image de Maître Li (le fondateur du Falun Gong) tout en me gavant par le nez avec un tube. Lorsque le tube d'alimentation a été retiré, du sang est venu avec ce dernier.

 

Ils m'ont aussi obligée à marcher sur le portrait du Maître et m'ont menacée : « Si vous continuez votre grève de la faim, nous ferons en sorte que tous les pratiquants marchent sur le portrait. »

 

Je me sentais très faible et je me soutenais à peine. J'ai perdu connaissance le troisième jour.

 

En plus de la torture, j'étais également obligée de faire du travail dans les ateliers. Le travail durait plus de 10 heures chaque jour et dépassait parfois minuit.

 

Au cours de la première année de détention, j'ai dû appliquer de l'adhésif sur des boîtes en PVC pour la compagnie Shengjie Wax. La salle de surveillance où nous travaillions était petite et encombrée de prisonniers. En raison d'un manque d'air frais et de la forte odeur d'adhésif, j'ai souffert de maux de tête, de peau enflée, d'yeux irrités et de toux.

 

En juin 2002, j'ai été obligée de ficeler des fils métalliques, des perles et des feuilles séchées, puis d'appliquer un adhésif sur les métiers. En raison des produits chimiques corrosifs impliqués, mes doigts sont devenus noirs, puis se sont cassés et infectés. C'était extrêmement douloureux alors que je devais tourner l'artisanat avec ma peau cassée. La douleur était insupportable. Mes articulations sont devenues engourdies et mes doigts étaient déformés.

 

En 2003, j'ai été obligée de déchirer des bandes de peau de tofu seché en fines lanières. Je les ai déchirées avec mes mains nues au début et j'ai souffert de cloques. Même si des outils nous ont été fournis plus tard, en les tenant pendant de longues heures cela a rendu mes ongles noirs et ils se sont séparés de ma chair.

 

J'ai été incarcérée au camp de travail de Longshan à partir du 24 août 2001. Mon mandat a été prolongé de trois mois.

 

Gavée au centre de lavage de cerveau de Zhangshi

 

Le jour prévu de ma libération (8 octobre 2003), j'ai été envoyée illégalement au centre de lavage de cerveau de Zhangshi pendant plus de deux mois.

 

J'ai immédiatement fait une grève de la faim pour protester. Les détenus ont commencé à me maltraiter physiquement. Une nuit, j'ai montré des lèvres pâles, de l'essoufflement, un pouls faible et une pression sanguine extrêmement faible. J'étais proche de l'effondrement.

 

Le quatrième jour de ma grève de la faim, les gardiens m'ont maintenue sur une chaise et ont commencé à me gaver brutalement. Ils m'ont pincé le nez et m'ont ouvert la bouche avec une cuillère en métal. J'étais dans un monde de souffrance.

 

Reconstitution de torture : Gavage

 

Se déplacer

 

J'ai fermement insisté sur ma croyance. Après ma libération, j'ai quitté mon domicile pendant des années pour éviter d'être arrêtée. Plus tard, on m'a refusé quand j'ai demandé ma carte d'identité, ce qui m'a rendu difficile de devenir une employée.

 

Quand j'ai trouvé un emploi de financement dans un hôtel en 2006, la police a fait pression sur le directeur général de l'hôtel pour me congédier.

 

Les bénéfices du Falun Gong pour la santé

 

Ma mère a commencé à pratiquer le Falun Gong en été 1996. Peu de temps après avoir commencé à cultiver, ses nombreux problèmes physiques, y compris l'insomnie, la neurasthénie et la tuberculose, ont disparu.

 

Je suis vite devenue une pratiquante. J'ai suivi le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et je suis devenue plus gentille, attentionnée et honnête. La maladie de peau qui me tourmentait depuis 20 ans a disparu peu de temps après que j'ai commencé à cultiver.

 

Historique

 

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

 

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 17 dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

 

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L'organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l'exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

 

La loi chinoise permet aux citoyens d'être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l'ancien dictateur.

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/12/1/160172.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/11/18/91-337831.html