Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

276,918,845 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une femme de Changsha jugée pour avoir affiché des banderoles de Falun Gong

 

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Hunan, Chine

 

 

(Minghui.org) Mme Yang Tianliu, une pratiquante de Falun Gong de Changsha dans la province du Hunan, a été jugée par le tribunal du canton de Changsha le 22 février 2017 pour avoir accroché des banderoles afin de sensibiliser les gens à la persécution du Falun Gong. Son avocat a défendu son innocence.

 

Au cours du procès, le procureur Li Dongnan a déclaré que Mme Yang avait été filmée en train d’accrocher deux banderoles avec les mots « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » par des caméras de surveillance. Li Dongnan a passé les vidéos de Mme Yang accrochant les banderoles et d’elle quittant son domicile, ainsi que de son trajet jusqu’à la station d’autobus et en train de monter dans l’autobus pour rentrer à la maison.

 

Li Dongnan a également énuméré une douzaine de témoins l’ayant vue accrocher les banderoles et il a présenté des livres du Falun Gong et des documents connexes qui avaient été confisqués au domicile de Mme Yang.

 

Mme Yang a dit que déployer les banderoles était pour permettre au public de connaître les faits à propos de la pratique et qu’elle ne violait aucune loi.

 

L’avocat de Mme Yang a fait valoir que l’accusation d’« utiliser une organisation sectaire pour saper l’application de la loi » n’avait pas de corrélation avec le Falun Gong. Il a dit que la pratique du Falun Gong n’est rien d’autre que l’exercice de sa liberté de croyance et devrait être protégé par la loi. Il a ajouté que l’action d’accrocher des banderoles de sa cliente venait de bonnes intentions et que Authenticité-Bienveillance-Tolérance sont des valeurs universelles positives.

 

Il a souligné que les actions de sa cliente ne violaient aucune loi. Il a indiqué qu’aucune loi en Chine ne stipule expressément qu’il est illégal de pratiquer le Falun Gong et donc il n’y a aucune base juridique pour les accusations portées contre elle.

 

Le procureur et le juge ont alors affirmé qu’on pouvait dire « Falun Dafa » ou « Authenticité-Bienveillance-Tolérance », mais que cela n’allait pas de dire que cela était « bon ».

 

Le juge a finalement ajourné le procès sans rendre de verdict.

 

Cinq mois à languir en détention

 

Mme Yang, 63 ans, était une employée retraitée de l’Usine de machinerie métallurgique du Hunan. Elle a été arrêtée chez elle le 29 septembre 2016. La police a fouillé sa maison et l’a envoyée au centre de détention no 4 dans la ville de Changsha. Elle s’est vu refuser les visites familiales. La police qui l’a arrêtée a dit que son arrestation avait été ordonnée par les autorités supérieures.

 

Avant l’arrestation, elle venait d’être détenue dans un centre de lavage de cerveau pendant trente jours au début du mois d’août pour avoir assisté au procès d’un autre pratiquant de Falun Gong. Elle a été soumise à un lavage de cerveau intensif et n’a pas été autorisée à parler à d’autres pratiquants du Falun Gong ni à faire les exercices du Falun Gong. Quand elle s’est mise en grève de la faim pour protester contre sa détention arbitraire, le personnel du centre de lavage de cerveau l’a forcée à recevoir des injections.

 

D’après sa famille, Mme Yang a perdu beaucoup de poids au cours des cinq mois de détention. Presque tous ses cheveux sont devenus gris. Elle avait un air complètement hagard et semblait en mauvaise santé.

 

Le tribunal départemental de Changsha a soudainement changé le lieu du procès pour le centre de détention du canton de Changsha quelques jours avant le procès, endroit pour lequel il n’y avait pas de transports publics. Seules 10 personnes ont pu assister au procès et toutes sont passées par des contrôles de sécurité très stricts.

 

L’une de ceux présents au procès a dit que son fils avait reçu un appel téléphonique menaçant après qu’elle a quitté la maison, qui déclarait qu’elle était sous surveillance, qu’elle devait rester à la maison et ne devait pas assister au procès.

 

Amélioration miraculeuse de sa santé après avoir pratiqué le Falun Gong

 

Mme Yang a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2004. Elle a connu des améliorations de santé surprenantes en quelques mois. Sa belle-mère de 90 ans, qui avait un cancer du sein en phase terminale, a également récupéré après avoir récité « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ».

 

Sa mère, qui a 80 ans, est tombée dans les escaliers et s’est blessée au coccyx. Les médecins ont prédit qu’elle devrait rester alitée pendant au moins trois mois. Elle a entièrement récupéré en six semaines, également après avoir récité « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » chaque jour.

 

Témoin du pouvoir de guérison miraculeux du Falun Gong, Mme Yang était déterminée dans la pratique et espère la partager avec plus de gens qui souffrent de problèmes de santé.

 

Le ministère de la Sécurité publique sous le Parti communiste chinois (PCC) a lancé le projet « Skynet » en 2004. En conséquence, des caméras de surveillance ont été installées sur les routes principales ayant des volumes élevés de circulation dans les grandes villes et cantons à travers la Chine. En 2011, plus de 60 000 caméras ont été installées dans la ville de Changsha, qui ont coûté plus de 800 millions de yuans (environ 116 millions de dollars).

 

Ces caméras ont été utilisées pour surveiller les pratiquants de Falun Gong afin de maintenir la « stabilité sociale » pour le PCC, en d’autres termes, contrôler les citoyens chinois.

 

 

Traduit de l’anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/3/11/162457.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/2/28/343665.html