Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

281,637,239 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


 

Un fils emprisonné pour sa croyance se voit refuser une visite au chevet de sa mère mourante

 

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Hubei

 

 

(Minghui.org) Un résident du canton de Xishui purgeant 7 ans pour sa foi n’a pas été autorisé à dire au revoir à sa mère, pas même au téléphone.

 

La famille de M. Zhang Xinzi a appelé la prison de Shayang le 12 février 2017 et a désespérément demandé qu’il soit libéré pour voir sa mère mourante. Un garde leur a dit : « Nous pouvons permettre à n’importe quel prisonnier de rentrer chez lui, mais pas aux pratiquants de Falun Gong ! »

 

La mère de M. Zhang, 99 ans, est morte quelques heures plus tard, ce jour-là. Ses derniers mots ont été : « Mon fils a subi une injustice. Il est une bonne personne et le gouvernement ne devrait pas le garder emprisonné pour sa pratique du Falun Gong. »

 

M. Zhang a été arrêté le 3 août 2010 pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. On a entendu le policier, Guo Jianli, dire : « Mon but est de détruire sa famille et de le voir incapable d’élever ses enfants ou prendre soin de ses parents âgés ! »

 

M. Zhang a initialement écopé d’un an de « rééducation » dans un camp de travaux forcés, mais avant même qu’il ait terminé sa peine, le tribunal local l’a condamné à 7 ans de prison.

 

Les gardiens ont tenté, sans succès, de forcer M. Zhang à renoncer à sa croyance. En représailles, ils ont révoqué les visites de sa famille et l’ont soumis à diverses formes de torture. L’impitoyable violence a gravement endommagé sa vue.

 

 

Traduit de l’anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/3/14/162489.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/3/11/344116.html