Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

279,090,717 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Chercher vers l'intérieur pour élever son xinxing


[Célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa] Un ruisseau propre dans un monde boueux

 

Écrit par Jingxin, une pratiquante de Falun Dafa de la province du Heilongjiang, Chine

 

 

(Minghui.org) Nous sommes entourés d'un monde coloré dès notre naissance. Nous apprenons ensuite à nous protéger au fur et à mesure que nous grandissons. Nous devenons sophistiqués, impures et même rusés alors que nous devenons corrompus par la société. Les soi-disant expériences nous mettent sur nos gardes et nous ne traitons plus les gens avec sincérité.

 

Je suivais cette tendance avant de pratiquer le Falun Dafa, une voie de cultivation qui contraint une personne à maintenir de hauts critères moraux.

 

J’ai ensuite commencé à suivre le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance du Falun Dafa. Mon cœur n’était plus affecté par le gain et la perte ou d’autres intérêts personnels. Je n’étais pas facilement perdue dans la sentimentalité personnelle.

 

Je n’accepterai pas ce qui ne me revient pas

 

Je suis une vendeuse dans un magasin de jades. C’est une industrie très rentable. Par conséquent, si un client particulier ignore la valeur du jade, une vendeuse peut vendre une pièce à un prix très élevé. Certaines vendeuses font de leur mieux pour retirer autant d’argent que possible de leurs clients.

 

Je n’étais pas habituée à ce genre de vente et ne savais pas comment gérer la question, parce que les vendeuses partageaient les bonus selon le chiffre d’affaires. En d’autres termes, si je ne vendais pas le jade à un prix élevé, mes collègues obtiendraient moins de bonus. Je me suis inquiétée de ce qu'elles penseraient de moi.

 

Cependant, compte tenu de mon étude du Fa solide, j’ai compris que tant que j’essayais de faire mon travail de mon mieux, j’obtiendrais ce que je méritais. Je ne devais pas être attachée à combien je pourrais vendre. Au lieu de penser à combien je pouvais retirer du client, j’ai servi honnêtement tous les clients. J’ai présenté nos produits aux clients, je ne les ai pas forcés à acheter quoi que ce soit et les ai laissés choisir en toute tranquillité ce qu’ils voulaient.

 

Passer des tests

 

Peu à peu, j’ai créé ma propre clientèle. Et mon chiffre d’affaires n’était pas moins que mes collègues, ce qui m’a donné une plus grande confiance. Je n’ai pas laissé l’avidité s’insinuer dans mon cœur, mais il y avait encore beaucoup de tests qui m’attendaient.

 

Les vendeuses faisaient normalement des colliers, des bracelets, des pendentifs de jade ou des cordes ornementales quand elles avaient plus de temps libre. Les prix varient de dix à cent yuans. Lorsque certaines des ventes n’étaient pas consignées dans les livres, mes collègues empochaient l’argent.

 

J’ai hésité et puis décidé de suivre le principe du Falun Dafa. J’ai enregistré chaque transaction de vente dans les livres, quoi que les autres vendeuses fassent.

 

Ma patronne était une fonctionnaire et avait d’autres entreprises à s’occuper, donc elle venait rarement à notre boutique et ne contrôlait jamais nos comptes. Elle établissait seulement un premier prix pour chaque produit. Les vendeuses décidaient du prix de vente et enregistraient les comptes elles-mêmes.

 

Les vendeuses empochaient une certaine quantité des ventes. Si je ne mettais pas d’argent dans mes poches, mes collègues s'inquiéteraient que je le dise à la patronne. Voir les autres vendeuses gagner des milliers de plus chaque mois était aussi un grand test pour moi.

 

« Je ne vais pas garder une partie des recettes », ai-je dit à mes collègues. « Je respecte mes principes pour faire les choses. Je ne vais pas dire à la patronne ce que vous faites, parce que la patronne ne m’a pas demandé de vous surveiller. Je vais accepter seulement ce que je devrais obtenir. Ce que vous faites n’a rien à voir avec moi. »

 

Elles étaient soulagés. Elles savaient aussi que je pratiquais le Falun Dafa, car je leur avais raconté les faits sur Dafa et la persécution.

 

Seule personne à ne pas être congédiée

 

Quand je voyais ma patronne, je me sentais mal à l’aise. Elle était très accommodante et gentille avec nous. Pourtant, mes collègues profitaient de sa confiance.

 

Un jour, elle a découvert ce que ses employées faisaient. Un client s’est présenté à la boutique pour retourner la marchandise. Notre patronne se trouvait dans le magasin à ce moment-là. Le prix de vente et le prix enregistré dans les livres étaient différents. Elle n’a rien dit et la vie a continué. Mais personne ne savait ce qui allait arriver.

 

Je lui avais déjà dit que le Falun Dafa est une voie de cultivation de l’école de Bouddha, que les pratiquants suivent le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance pour devenir de meilleures personnes. Je l’avais aussi aidée à démissionner du Parti communiste chinois (PCC) et des organisations de la jeunesse. Je lui avais exprimé mes pensées au sujet de la cultivation, le principe « sans perte, pas de gain » et d’autres histoires. Nous avons eu une bonne conversation. Elle ne m’a rien demandé sur le travail.

 

Toutefois, avec le temps, les autres vendeuses ont été remplacées. Je n’ai pas été congédiée, parce que ma patronne s’est rendu compte que je respectais vraiment les principes de Dafa.

 

Les pratiquants brillent comme de l’or

 

Chaque pratiquant de Falun Dafa brille comme de l’or. Ils sont comme un ruisseau propre dans ce monde boueux. Par leurs actions, les pratiquants montrent à tout le monde la grandeur du Falun Dafa.

 

Je souhaite à Maître Li un joyeux anniversaire. Bien que nous ne voyions pas le Maître, le Maître s’occupe toujours de nous. Je vous remercie, Maître.

 

 

Traduit de l’anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/5/13/163516.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/5/9/346781.html