Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

289,993,664 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Des policiers tabassent et arrêtent le mari âgé de plus de 60 ans lors de la fouille du domicile d'une pratiquante

 

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Shaanxi, Chine

 

 

(Minghui.org) Les policiers Dou Haibin et Dong Xin, du poste de police de Chengguan du département de police du canton de Liquan, ville de Xianyang, province du Shaanxi, se sont rendus chez Zhao Ya pour la harceler pour la troisième fois le 21 août 2017.

 

Le mari de Mme Zhao était seul à la maison quand la police est arrivée. Il a demandé aux agents de montrer leurs papiers d'identité (ID) et leur mandat de perquisition.

 

« Mon uniforme est mon identifiant », a répondu l'un d'entre eux.

 

Ils ont fouillé chaque pièce et ont jeté à terre une broderie avec les mots « Authenticité-Bienveillance-Tolérance » qui était sur le mur.

 

Lorsque le mari de Mme Zhao a verrouillé la porte de la chambre de leur fille, un policier a couru et l'en a empêché. L'autre s'est précipité et les deux policiers l'ont jeté au sol et lui ont tiré les bras derrière le dos. Un policier a pressé sa jambe contre son cou pendant plus de 20 minutes, ce qui fait qu'il ne pouvait pas bien respirer.

 

Lorsque les villageois ont vu ce qui se passait, ils sont venus arrêter la police. Ils ont tous commencé à réprimander la police.

 

L'un d'entre eux a déclaré : « C'est contre la loi de frapper les gens. Laissez-le partir. » Un autre a dit : « Pourquoi êtes-vous debout sur lui ? La façon dont vous le traitez est barbare. » Un homme a crié : « Il a plus de 60 ans et fait de l'hypertension artérielle. » D'autres villageois ont suggéré : « Enregistrons ces mauvais traitements et téléchargeons-les sur Internet. »

 

L'un des policiers a déclaré aux villageois : « Cette broderie avec Authenticité-Bienveillance-Tolérance est une preuve. Ce qui se passe ici n'est pas votre affaire. »

 

Il a téléphoné et six autres policiers sont arrivés. Huit policiers ont emmené le mari de Mme Zhao au poste de police.

 

Le mari de Mme Zhao a refusé de coopérer avec la police et a dit au chef du poste : « Je n'ai rien fait d'illégal. Vos gens m'ont battu et m'ont blessé aux bras, aux jambes, aux mains et au visage. Vous envisagez de m'arrêter ou de me tuer ? »

 

Le chef s'est excusé. Le mari de Mme Zhao a dit : « Vos gens se sont emparés de la broderie avec Authenticité-Bienveillance-Tolérance, d'argent en liquide et d'un carnet. Pouvez-vous me dire lequel de ces mots est mauvais ? »

 

Le chef de police n'ayant aucune réponse a libéré le mari de Mme Zhao.

 

Organisme impliqué dans la persécution :

Département de police du canton de Liquan : + 86-029-35621510

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/9/7/165327.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/8/29/353097.html