Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

284,759,788 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Le Centre de lavage de cerveau de Shanghai, un centre de détention secret du Bureau 610 pour persécuter les pratiquants de Falun Gong

 

Écrit par un correspondant de Minghui à Shanghai, Chine

 

 

(Minghui.org) La pratiquante de Falun Gong Mme You Xiuying, 72 ans, a été arrêtée par la police de Shanghai pour avoir propagé de l’information sur la persécution du Falun Gong le 26 août 2016. Elle a été condamnée à une peine d’un an de prison le 19 mai 2017.

 

Les autorités ont récemment informé sa famille que comme elle refuse toujours d’abandonner la pratique du Falun Gong, le Bureau 610 planifie de la transférer au Centre de lavage de cerveau de Shanghai pour « éducation complémentaire » quand sa peine de prison se terminera.

 

Le Centre de lavage de cerveau de Shanghai, aussi connu comme « École d’éducation juridique de Shanghai », est l’établissement de détention secret du Bureau 610, où les pratiquants sont forcés d’abandonner leur croyance par l’utilisation d’endoctrinement coercitif.

 

Selon l’information collectée par le site Internet Minghui, au moins 279 pratiquants ont été détenus au Centre de lavage de cerveau de Shanghai depuis le début de la persécution du Falun Gong en 1999, et 28 d’entre eux y ont été détenus de multiples fois.

 

Le nombre de détentions correspond à la tendance de la persécution

 

https://fr.minghui.org/media/article_images/2017/0911/graph011.jpg

Fig.1. Distribution annuelle des détentions au Centre de lavage de cerveau de Shanghai

 

La distribution annuelle des pratiquants détenus au Centre de lavage de cerveau de Shanghai a notamment atteint un pic en 2001 avec 33 pratiquants détenus, en 2009 avec 27 détenus, et de nouveau en 2014 avec 20.


Le pic de 2001 est peut-être dû à la tristement célèbre fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen en janvier 2001. La mise en scène de la propagande a été promue à travers la Chine alors que le régime communiste tentait de trouver une justification pour poursuivre la persécution. Cela indique aussi une intensification de la persécution du Falun Gong.

 

Le pic en 2009 pourrait être attribué aux Jeux Olympiques de 2008 à Pékin, lorsque les autorités ont pris des mesures drastiques contre tous les dissidents. Le nombre de pratiquants détenus au centre de lavage de cerveau est passé de 12 en 2007 à 25 en 2008, et a fait un bond jusqu'à 27 en 2009. Vingt-et-un ont été détenus en 2010 quand Shanghai a accueilli l’Exposition Universelle. Le nombre de détentions est tombé à 14 détenus en 2011 après la fin des grands événements.

 

En 2014, le nombre de pratiquants au centre de lavage de cerveau a de nouveau augmenté et est passé à 20. Ceci pourrait avoir été lié à la fermeture des camps de travaux forcés en 2013, qui a détourné les pratiquants de Falun Gong des camps vers les centres de lavage de cerveau.

 

Pratiquants de Falun Gong détenus au Centre de lavage de cerveau de Shanghai (PDF)

 

Pratiquants trompés ou forcés à assister aux sessions d’endoctrinement

 

Parmi les pratiquants qui ont été détenus dans ce centre de lavage de cerveau, certains ont été trompés ou forcés par la police et le personnel du comité de voisinage à se dénoncer, alors que d’autres ont été transférés directement depuis des prisons, camps de travaux ou centres de détention après l'expiration de leurs peines.

 

Les membres du comité résidentiel ont poussé certains pratiquants par la tromperie à aller au centre de lavage de cerveau en leur disant qu’ils seraient libérés en quelques jours. On a dit à certains d’aller au poste de police ou au bureau du comité de voisinage et de là, ils ont été emmenés au centre de lavage de cerveau.

 

Les autorités ont parfois menacé les pratiquants qu'on allait mettre un terme à leurs salaires ou même à leurs emplois dans le but de les forcer à se dénoncer.

 

Dans certains cas, la police arrête les pratiquants et les emmène au centre de lavage de cerveau.

 

Avant le 16e Congrès du Parti communiste en 2002, un agent de police est allé chez la pratiquante Mme Xia Haizhen et a tenté de la tromper en lui disant d’aller au centre de lavage de cerveau. Quand Mme Xia a refusé d'obtempérer, plusieurs agents ont fait irruption chez elle, l’ont prise et emmenée directement au centre de lavage de cerveau.

 

Vue d’ensemble du centre de lavage de cerveau

 

Le Centre de lavage de cerveau de Shanghai dirigé par Jiang Qiqiong, l’ancien chef du camp de travaux forcés de Shanghai ayant une formation en psychologie, a un ensemble de procédures pour endoctriner les pratiquants et les forcer à abandonner la pratique du Falun Gong.

 

Chaque pratiquant est détenu dans une pièce séparée. Ils n’ont pas la permission de sortir sans autorisation ou de parler à d’autres pratiquants détenus. Deux membres du personnel les surveillent sans arrêt et enregistrent tout ce qu’ils font dans le but de mettre en place des plans d’endoctrinement personnalisés. Le personnel décide ou non de leur permettre de contacter leurs familles, selon qu’ils pensent si ce contact augmentera le succès de l’endoctrinement.

 

Pour augmenter leur stress mental, on ne dit pas aux pratiquants combien de temps ils seront détenus préalablement. Le centre de lavage de cerveau détermine aussi s’ils sont ou non « qualifiés pour avoir leur diplôme » en fonction de comment ils sont « transformés ».

 

Contrairement aux prisons et aux camps de travaux, les conditions de vie et la nourriture dans le centre d’endoctrinement sont excellentes. C’est un stratagème pour déguiser le but de ce qui se passe à l’intérieur. Profitant d’un tel confort, certains pratiquants baissent leur garde et coopèrent avec le centre.

 

Procédures spécifiques

 

Une fois admis au centre de lavage de cerveau, on dit à chaque pratiquant de remplir un formulaire. C’est le premier test, donnant au personnel un indice si oui ou non la personne peut être endoctrinée avec succès.

 

Pendant les sessions d’endoctrinement journalières, les pratiquants étudient intensivement la Constitution, la loi criminelle et autres règlements dans le but de leur faire penser qu’ils ont violé la loi en pratiquant le Falun Gong.

 

À la fin de chaque session, ils doivent écrire ce qu’ils ont appris. Parfois, ils doivent aussi répondre à des questions sur eux-mêmes. Les réponses sont utilisées par le personnel pour chercher à identifier les faiblesses qui peuvent être ciblées dans le lavage de cerveau.

 

Une fois que le personnel sent que le pratiquant a commencé à accepter qu’il ou elle a violé la loi en pratiquant le Falun Gong, ils passent à l’étape suivante, qui est de faire croire au pratiquant que c’est la faute du Falun Gong s'il a violé la loi et a été persécuté.

 

Si le pratiquant continue à accepter l’endoctrinement, le personnel lui fait croire que le Falun Gong n’est pas bon et qu’il ne devrait pas le pratiquer.

 

À l’étape finale, le personnel du centre de lavage de cerveau dit aux pratiquants qu’ils sont les seuls à vraiment se soucier d’eux. À ce moment-là, ils persuadent les pratiquants à signer des déclarations préparées de renonciation au Falun Gong. Une fois que le pratiquant la signe, le lavage de cerveau est considéré comme avoir réussi.

 

Harcèlement après la libération

 

Avant que les pratiquants ne soient libérés du centre de lavage de cerveau, ils doivent assister à une réunion avec des représentants du centre, du Bureau 610 et de leur comité résidentiel, pour démontrer qu’ils ont été « transformés avec succès ».

 

Une fois que les pratiquants sont libérés, le personnel du centre d’endoctrinement fait des appels téléphoniques de suivi ou des visites à domicile comme moyen de renforcer les « résultats de l’endoctrinement ».

 

La torture mentale conduit à un rapide déclin

 

Pour beaucoup de pratiquants, l’intense endoctrinement et l’intimidation dans l’environnement isolé du centre de lavage de cerveau était trop dur à supporter, et cela a parfois conduit à des dépressions nerveuses ou à une rapide détérioration de leur santé.

 

En août 2012, Mme Yu Jingyan a été emmenée au centre d’endoctrinement et soumise à un intense lavage de cerveau. Quand elle a été libérée fin 2012, elle a commencé à avoir les symptômes d’un accident vasculaire cérébral. Elle a été hospitalisée pendant deux semaines et souffre maintenant d'une hémiplégie totale.

 

Mme Zhou Xianwen a été emmenée au centre d’endoctrinement quatre fois au cours des 18 dernières années. Elle a développé un problème cardiaque après 24 jours dans le centre de lavage de cerveau, en octobre 2012. Elle a été libérée en novembre 2012.

 

Mme Wang Yijin a aussi eu une crise cardiaque pendant son séjour de 87 jours au centre d’endoctrinement en 2014.

 

Drogues psychiatriques et torture physique

 

Si les pratiquants résistent à l’endoctrinement, le personnel utilise des drogues psychiatriques ou la torture physique dans le but de les « transformer ».

 

Drogues psychiatriques

 

M. Wu Liyou a été emmené au centre d’endoctrinement en 2012. Le personnel mélangeait des drogues neurotoxiques dans sa nourriture afin d’endommager sa mémoire et le convaincre d’abandonner la pratique du Falun Gong. Le chef du Bureau 610 local a parlé à M. Wu régulièrement et a réalisé qu’il tenait encore à sa croyance, alors ils ont augmenté le dosage de la drogue.

 

Quand M. Wu a été libéré un mois plus tard, il avait des symptômes d’Alzheimer et sa famille a remarqué que sa mémoire s’était sévèrement détériorée. Il avait aussi développé sur tout le corps des taches rouges qui le démangeaient.

 

M. Du Zhilong, 74 ans, a été détenu dans le centre d’endoctrinement en 2014. Il était en bonne santé lorsqu’il est arrivé, mais un mois plus tard, sa mémoire et sa vision s’étaient détériorées significativement. Il ne pouvait plus soutenir une conversation et avait de la difficulté à penser. On pense qu’il a reçu des drogues neurotoxiques.

 

De plus, cinq pratiquants ont souffert de dépression mentale, montrant des signes de démence et étaient incapables de parler après qu’on leur a injecté des drogues psychiatriques en 2005.

 

Nourri de force

 

M. Lin Mingli a été envoyé au centre d’endoctrinement en 2001 après avoir été arrêté pour avoir eu des documents de Falun Gong. Initialement, on lui a dit qu’il y serait détenu pendant un mois, mais les autorités ont prolongé sa peine deux fois car il refusait de renoncer à pratiquer le Falun Gong.

 

Quand M. Lin a fait une grève de la faim pour protester contre la détention, le personnel du centre de lavage de cerveau l’a nourri de force. Ils ont entré et sorti à répétition le tube dans son estomac pour augmenter sa souffrance. Ils ont fait cela plusieurs fois, jusqu’à ce que son œsophage soit rompu. Il tremblait dû à l’intense douleur pendant le gavage. Le tube était couvert de sang et sa bouche était aussi remplie de sang. Il a ensuite été emmené dans un hôpital pour un traitement d’urgence.

 

Autres victimes

 

Quand les pratiquants de Falun Gong sont persécutés dans les centres de lavage de cerveau, ils ne sont pas les seules victimes. Les membres de leurs familles souffrent aussi du stress de la persécution et s’inquiètent constamment pour la sécurité de leurs êtres chers.

 

Dans certains cas, les autorités n’informent pas les familles des pratiquants une fois qu’ils ont été emmenés au centre de lavage de cerveau, laissant les familles chercher les pratiquants partout.

 

Certains pratiquants sont les seuls soutiens de famille de leur foyer, leur absence cause alors une énorme pression financière à la maisonnée.

 

Voir aussi en chinois :

 

https://www.minghui.org/mh/articles/2016/5/26/329248.html

 

En anglais :

 

Gaining Freedom After Being Rescued by Canada: Mr. Lin Mingli Shares His Experience of Persecution in China

 

Mr. Ye Xiaoping Faces Unlawful Trial, His Mother-in-Law and Wife Hospitalized Due to Abuse in Detention

 

Ms. Wang Yijin of Shanghai Suffers Persecution at Qingpu Brainwashing Center

 

Shanghai City "Law Education School:" An Isolated Prison Used to Torture and Brainwash Falun Gong Practitioners

 

En français :

 

Le Bureau 610 de Shanghai menace d’envoyer une femme de 73 ans dans un centre de lavage de cerveau

 

La persécution des pratiquants de Falun Gong par le PCC durant le premier mois de L'Expo universelle de Shanghai 2010

 

M. Wu Liyou de Shanghai de nouveau arrêté, on ne sait pas où il se trouve

 

Un enseignant de Shanghai reçoit des drogues neurotoxiques au centre de lavage de cerveau de Fengxian

 

Le centre de lavage de cerveau de Shanghai continue de persécuter les pratiquants du Falun Gong : Statistiques de mai 2014

 

 

Traduit de l’anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/9/5/165307.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/8/18/352648.html