Le 12 janvier 2018

« Je suis une pratiquante de Falun Gong ! »

 

Écrit par une pratiquante de Falun Gong en Chine

 

 

(Minghui.org) Un soir, après avoir soupé chez notre enfant, mon mari nous a ramenés à la maison sur son tricycle motorisé. C’était le soir du Festival de la mi-automne 2015 et il faisait très froid. Il n’y avait aucun autre véhicule qui circulait dans la ville sauf un taxi qui roulait rapidement à environ dix mètres devant nous. La moto de mon mari était très rapide aussi, et les deux véhicules avançaient à toute vitesse le long du côté droit de la route venteuse.

 

Accident de voiture

 

Soudain, le taxi a fait un virage serré à gauche, et nous avons dû dévier vers l'autre côté de la route. Mon mari a freiné et j’ai été éjectée de la moto.

 

Lorsque j’ai repris connaissance, mon mari et le conducteur du taxi étaient debout côte à côte et me fixaient. J’étais incapable de bouger ni de parler. Je pouvais sentir que mon cœur avait arrêté de battre, et mes faibles pensées priaient le Maître de me sauver. Du plus profond de mon cœur, j'ai crié : Maître, sauvez-moi, Maître, sauvez-moi…

 

Pour finir, mon cœur a commencé à battre à nouveau, et j'ai pu bouger légèrement. J’ai signalé au conducteur de m’aider à me lever. Cependant, je n’en ai pas été capable. Mon cœur me faisait très mal et j’avais l’impression que j’allais perdre connaissance. Je me suis appuyée sur le conducteur, à demi assise et à demi étendue. Je continuais de supplier le Maître de m’aider.

 

Clarifier les faits au conducteur

 

Le conducteur était un jeune homme d’environ 30 ans. Il avait peur et il me tenait dans ses bras et ne cessait de me demander : « Est-ce que ça va ? »

 

Après un temps, je me suis sentie un peu mieux, et mon cœur ne me faisait plus autant mal. J’étais capable de parler par intermittence. Je lui ai demandé de m’aider à m’asseoir. Je lui ai dit que j’allais bien, et qu’il n’avait pas besoin de s’en faire. Je lui ai dit que je suis une pratiquante de Falun Gong et que Maître Li s’occupait de moi. Je lui ai aussi dit qu’il était chanceux que je sois une pratiquante, sinon il aurait eu bien des problèmes.

 

Il disait encore et encore qu’il avait beaucoup de chance. Mon mari a dit : « Tu devrais te dépêcher d’aller à l’hôpital pour qu’ils t’examinent. »

 

J’ai dit : « Pas besoin de faire peur à ce garçon. Il est si tard, et s'il était riche, il serait déjà à la maison pour le festival. Ne vois-tu pas qu'il est le seul chauffeur de taxi sur la route ? Les gens sont tous à la maison pour célébrer le festival. »

 

J’y ai pensé un peu plus : si nous le laissons nous amener à l’hôpital, cela va prendre beaucoup de temps et coûter beaucoup d’argent. Ils devront faire des radiographies et des photos. Combien tout cela allait-il coûter ? Combien de jours devrait-il travailler pour faire autant d’argent ? Mon Maître ne voudrait pas que je lui fasse subir ça. Le Maître demande à ses élèves de penser aux autres d’abord en toutes circonstances. Je dois penser à s’il peut le supporter ou pas. On doit toujours suivre Authenticité, Bienveillance et Tolérance.

 

J’ai dit : « Cher enfant, tu as réellement été témoin de la façon d’agir d’un réel pratiquant de Falun Gong. N'est-ce pas différent de la calomnie du Falun Gong à la télévision ? »

 

Il a répondu : « Oui, c’est différent. »

 

Je lui ai demandé de ne plus être trompé par les mensonges. J'ai expliqué comment l'incident des « auto-immolations » place Tiananmen était un coup monté et comment Jiang Zemin est poursuivi dans le monde entier pour sa persécution du Falun Gong. Il sera certainement tenu en justice. Je lui ai alors raconté beaucoup de faits sur le Falun Gong.

 

Finalement, je lui ai expliqué la raison et la méthode pour renoncer à son adhésion au Parti communiste chinois afin de lui assurer un bon avenir. Il m'a demandé avec empressement de l'aider à démissionner des Jeunes Pionniers, l'une des organisations de la jeunesse du Parti.

 

Je lui ai alors demandé de m’aider à me lever. Toutefois, je ne pouvais pas mettre de poids sur ma cheville droite, comme si elle était cassée. Il m’a remise sur la moto. Nous avons alors remarqué que les freins et le coffre étaient cassés. Le conducteur nous a demandé ce qu’il devait faire. Je lui ai dit de ne pas s’en faire, que nous allions nous en charger.

 

J’ai dit : « Tu peux juste partir. Il est tellement tard, et ta famille doit t'attendre. S’il te plaît, dis leur de ne pas s’en faire et de se souvenir "Falun Gong est bon" et "Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon". Vous serez protégés en cas de catastrophe. Tu dois également conduire prudemment à l’avenir. »

 

Croire en Maître, guérir en une semaine

 

Le lendemain, les côtés de mes côtes ont gonflé, et ma poitrine et mon dos me faisaient très mal. J’étais encore incapable de toucher le sol avec mon pied droit. Je n'avais aucune force, et j'avais la sensation que tout mon corps était sur le point de s’effondrer. Lorsque ma famille m’a vue ainsi, ils ont tous insisté pour que je me rende à l’hôpital. Je leur ai dit de ne pas s’en faire parce que j’étais sous la protection du Maître et que j’allais à coup sûr aller mieux.

 

Mon frère était contrarié que nous ayons simplement laissé le conducteur partir sans lui demander un sou. Nous n’avions même pas noté sa plaque d’immatriculation. Mon frère a dit que ce n’aurait pas été exagéré de demander au conducteur de taxi d’aider à réparer notre moto. Je lui ai dit qu'il ne nous avait pas coupé la voie délibérément.

 

En tant que pratiquant, je ne pensais qu’au conducteur et comment mon comportement avait changé sa perception des pratiquants.

 

Cela fait près de vingt ans que je pratique, et bon nombre de mes amis et membres de ma famille ont eu des expériences miraculeuses parce que je suis une pratiquante de Falun Gong. Une fois qu’ils ont compris que mon esprit était ferme, ils ont cessé d’insister pour que je me rende à l’hôpital.

 

J’ai enduré la douleur sévère et j’ai étudié sans arrêt les livres de Dafa et fait les exercices. Mon corps guérissait rapidement, jour après jour. Il m'a fallu seulement une semaine pour m’en remettre complètement. De nouveau, ma famille a été témoin d’un miracle du Falun Gong. Je remercie de nouveau le Maître de m’avoir sauvée.

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/1/4/167472.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/11/29/9D-354055.html