Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

322,306,853 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Dissoudre la persécution avec la pensée droite


Le Maître m'aide à traverser un grave karma de maladie

 

Écrit par un pratiquant de Falun Dafa de la province de l'Anhui, Chine

 

 

(Minghui.org) J'ai 72 ans et j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en novembre 1996. Au cours des vingt et une dernières années, j'ai vécu de nombreuses expériences de cultivation mémorables. J'aimerais partager un incident de grave karma de maladie que j'ai vécu il y a quelques années et comment le Maître (le fondateur du Falun Dafa) et mes compagnons de cultivation m'ont aidé à surmonter cette tribulation.

 

De nombreux pratiquants de ma région ont été arrêtés un jour d'août 2014. Le coordinateur local a choisi une approche pour les secourir et m'a demandé d'informer d'autres sites de pratique.

 

Développer de la fièvre

 

Parce que ces sites étaient éloignés, un compagnon de cultivation m'a conduit sur une moto. Quand nous avons atteint une banlieue, un vent fort et froid a commencé à souffler soudainement. Le pratiquant m'a demandé si j'allais bien et si j'avais froid. J'ai dit que j'allais bien, mais j'ai développé de la fièvre plus tard dans la nuit.

 

J'ai commencé à tousser et j'ai eu du mal à respirer au moment où je me suis couché. Le lendemain matin, je toussais et toussais, et j'avais la gorge chaude et douloureuse. J'ai vomi et j'ai vu que c'était rouge. J'ai immédiatement crié : « Vous, les forces anciennes, devez arrêter ! Je ne vous reconnais pas ! »

 

Je n'ai pas beaucoup toussé plus tard dans la journée, mais tout mon corps me faisait mal la nuit comme si j'étais percé par des aiguilles acérées. Chaque nuit, je devais dormir assis, appuyé contre le mur. Parfois, j'étais réveillé par un mal de tête et je me rendais sans cesse aux toilettes.

 

J'ai eu de la fièvre pendant dix jours et j'ai vomi du sang pendant sept jours.

 

Après plusieurs jours, j'ai de nouveau eu de la fièvre pendant une semaine et j'ai vomi du sang. Une grosse bosse est apparue à l'arrière de mon genou droit. Plusieurs bosses douloureuses sont apparues plus tard sur ma taille et ma poitrine.

 

Au milieu de tout cela, les compagnons de cultivation et moi-même allions souvent chez une pratiquante pour étudier le Fa et aider à émettre la pensée droite pour elle alors qu'elle avait un karma de maladie. Elle a persisté pendant un certain temps, mais a finalement décidé de voir un médecin. Elle a reçu un diagnostic de cancer du poumon à un stade avancé.

 

Après être allé chez elle un certain temps, j'ai commencé à présenter des symptômes similaires. Mon état s'est aggravé au fil des jours, alors j'ai décidé de ne plus y aller. Les pratiquants qui sont venus me voir m'ont transmis ses salutations et elle a été plus tard heureuse d'apprendre que ma santé s'améliorait.

 

En regardant en arrière, j'étais réellement inquiet au début de mon karma de maladie, car quelques pratiquants qui étaient décédés avaient aussi eu un cancer du poumon. J'ai rapidement nié cette pensée négative.

 

Ne pas vouloir reconnaître les forces anciennes

 

Un jour, j'étais sur le point de descendre d'un autobus quand soudain je ne pouvais plus bouger ma jambe droite. Une dame m'a aidé à descendre de l'autobus. J'ai marché lentement dans la rue. Les gens ont remarqué que j'avais de la difficulté à marcher et m'ont demandé si j'allais bien. J'ai dit que j'allais bien parce que je ne voulais pas reconnaître la persécution des forces anciennes et leur donner de l'énergie.

 

J'avais besoin de marcher beaucoup chaque jour, alors j'ai demandé au Maître d'enlever la bosse derrière mon genou.

 

Elle a disparu le lendemain, mais je ne pouvais toujours pas dormir la nuit et je souffrais beaucoup. J'ai donc fait davantage les exercices et étudié le Fa, car je me souvenais de ce que le Maître a dit :

 

« … cultiver et pratiquer était la meilleure forme de repos... » (« Enseignement de Fa à la première conférence de Fa en Amérique du Nord »)

 

Je regardais constamment à l'intérieur pour essayer de trouver les lacunes qui donnaient aux forces anciennes une excuse pour me persécuter.

 

Le Maître a dit :

 

« … vous devez assurément cultiver ce qu'il vous revient de cultiver, pour ce que vous ne pouvez pas cultiver, ce que vous ne pouvez pas ressentir, ce dont vous n'êtes pas conscient, ou même ce sur quoi vous ne pouvez pas agir alors que vous en êtes conscient, le Maître s'en occupera. Bien sûr, ça ne veut pas dire que quand vous voyez des attachements dont vous ne pouvez pas vous débarrasser, vous pouvez utiliser l'excuse : ''J'en suis incapable.'' et ainsi vous déresponsabiliser. (Le public rit) Ça ne va pas. Ce que je dis, c'est concernant la structure de votre être et de votre façon de penser, ce que vous n'arrivez pas à reconnaître et dont vous ne pouvez pas vous occuper, alors le Maître va assurément s'en occuper. » (« Enseignement de la Loi à la conférence de Loi internationale à New York »)

 

Alors que j'émettais la pensée droite, j'ai dit au Maître : « Il m'est très difficile d'endurer la douleur. Aidez-moi à éliminer les attachements que je ne peux pas détecter et aidez-moi à me reposer. »

 

Je me suis couché et j'ai très bien dormi pendant près de deux heures.

 

Le jour suivant, j'ai regardé la photo du Maître avec des larmes qui roulaient sur mes joues. Je me suis incliné devant le Maître. Aucun mot ne peut décrire ma reconnaissance pour ce que le Maître a enduré pour moi.

 

J'ai essayé de me recoucher après avoir émis la pensée droite. Encore une fois, j'ai dormi pendant plus de deux heures. Dès lors, je pouvais dormir la nuit sans difficulté et la toux s'est arrêtée aussi.

 

Bien que j'eusse perdu beaucoup de poids, je me sentais parfaitement bien. Lorsque certaines personnes m'ont posé des questions sur ma perte de poids, j'ai dit : « Ça n'a pas vraiment d'importance. Je me sens en bonne santé ! »

 

Mes deux enfants habitent loin et sont occupés tous les jours. Mes petits-enfants doivent aussi aller à l'école, donc personne ne savait vraiment ce que j'avais vécu. Des semaines et des mois plus tard, ils ont finalement découvert ce qui m'était arrivé et m'ont demandé pourquoi je ne leur avais pas dit. J'ai répondu : « Si je vous l'avais dit, ne m'auriez-vous pas traîné à l'hôpital ? Cela aurait été encore pire ! »

 

Regarder à l'intérieur pour trouver mes problèmes

 

Pendant tous ces jours, j'ai continué à chercher ce que je ne pouvais pas détecter. Finalement, je l'ai trouvé.

 

Je fabriquais des boulettes de riz chez un collègue dans les années 1980. Un voyant est venu et a dit qu'il pouvait lire dans mes pensées. J'ai refusé l'offre, mais mon ami m'a incité à le laisser faire. Le diseur de bonne aventure m'a dit quelque chose sur moi et ma famille qui était très précis. Puis il a dit que je ne vivrais que jusqu'à 69 ans. J'avais alors 40 ans et souffrais de nombreuses maladies. Je ne voulais pas vraiment vivre, alors je lui ai dit que je serais très heureux si cela était vrai.

 

J'avais 69 ans quand j'ai eu le karma de maladie. Ma rencontre avec le diseur de bonne aventure était dans mon esprit jusqu'à ce que je commence à pratiquer le Falun Dafa. Même si je n'y étais pas trop attaché, parfois je mentionnais ce que le diseur de bonne aventure avait dit quand je discutais avec des amis. Maintenant, je comprends que ce sont les forces anciennes qui avaient arrangé que je vive jusqu'à 69, mais que le Maître prolonge ma vie.

 

J'ai passé la tribulation, mais je suis très clair sur le fait que la vie que le Maître prolonge est pour que je puisse bien faire les trois choses. Le Maître a dit :

 

« … si l'orientation de votre pensée dévie un tant soit peu du chemin, vous mettrez votre vie en danger puisque votre temps de vie est écoulé depuis longtemps. » (Zhuan Falun)

 

Je suis vraiment reconnaissant envers le Maître de m'avoir sauvé. Je voudrais également remercier tous les pratiquants qui m'ont aidé et encouragé.

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/1/1/167232.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/12/7/A9-357551.htmlx