Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

322,306,853 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une pharmacienne à nouveau emprisonnée pour sa croyance, interdite de visites familiales

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Jiangxi, Chine

 

 

(Minghui.org) Une pharmacienne du canton de Yongxiu a été à nouveau condamnée à la prison pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.

 

Mme Ge Ling, 65 ans, a été arrêtée le 21 avril 2016, et emmenée au centre de détention de la ville de Jiujiang, où elle a été torturée si brutalement qu'elle a eu besoin de soins d'urgence.

 

Elle a comparu devant le tribunal du canton de Yongxiu le 19 octobre 2016. Seul son mari a été autorisé à assister au procès. Son avocat a plaidé non coupable en son nom, car aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong. Le président l'a condamnée à quatre ans de prison. Le tribunal intermédiaire de la ville de Jiujiang a statué, en février 2017, confirmant le verdict initial et elle a été admise à la prison pour femmes de la province du Jiangxi peu après.

 

Son mari n'a pas été autorisé à lui rendre visite en prison au cours des dix derniers mois.

 

Ce n'est pas la première fois que Mme Ge est ciblée pour sa croyance. Elle a été arrêtée pour la première fois en novembre 2000 et a été condamnée à trois ans de travaux forcés. La police l'a à nouveau arrêtée le 6 décembre 2004 et l'a envoyée dans un camp de travaux forcés pour deux nouvelles années. Par la suite sa peine a été prolongée jusqu'au 26 février 2007. Elle a été arrêtée pour la troisième fois le 1er novembre 2008 et condamnée à trois ans de prison.

 

Selon des sources internes, Mme Ge est très faible et a du mal à se tenir debout à la suite de sa dernière arrestation. Son mari s'inquiète de savoir si elle a subi le genre de torture qu'elle a enduré lors de ses incarcérations précédentes.

 

Torturée brutalement dans un camp de travail

 

Mme Ge a été envoyée deux fois au camp de travaux forcés de Majialong, dans la ville de Jiujiang, et a été torturée à chaque fois.

 

Accrochée par les menottes

 

Mme Ge a été suspendue par les menottes, les pieds touchant à peine le sol. Une telle torture durait souvent plusieurs jours d'affilée, causant une douleur insoutenable.

 

Forcée de s'agenouiller sur un petit banc

 

On a forcé Mme Ge à s'agenouiller sur un petit banc pendant des heures. Les gardes lui ont aussi fourré du riz dans la bouche pendant qu'elle était à genoux. Quand elle l'a recraché, les gardes ont fait des petits tas avec le riz l'ont forcée à manger tous les grains par terre.

 

Des briques accrochées autour du cou

 

Mme Ge avait les mains tordues derrière le dos et fixées à un cadre de porte. Les gardes ont alors suspendu par des chaînes de métal jusqu'à six briques mouillées autour de son cou pendant quarante heures.

 

Illustration de torture : des briques accrochées autour du cou

 

Mise à l'isolement et sauvage bastonnade

 

Mme Ge a été maintenue à l'isolement pendant près d'un an. Les gardes ont ordonné aux toxicomanes de la battre régulièrement. Elles l'ont souvent attrapée par les cheveux et lui ont cogné la tête contre le mur. Elles lui ont aussi donné des coups de poing et des coups de pied. Ses dents de devant ont été cassées en raison de la sauvagerie des coups. Elle a été obligée d'avaler le sang qui coulait de sa bouche.

 

Pour étouffer ses cris, elles ont augmenté le volume du téléviseur au maximum. Une fois, elles l'ont presque étranglée en utilisant un drap de lit roulé en corde.

 

Gavée

 

Mme Ge a fait une grève de la faim pendant plus d'un mois et a été gavée de force. Ses narines se sont infectées.

 

Privée de sommeil

 

Mme Ge a été privée de sommeil pendant deux nuits consécutives.

 

Un travail d'esclave

 

Mme Ge a également été forcée de travailler pendant de longues heures sans salaire. Sa vue s'est rapidement détériorée et elle a été injuriée pour ne pas être arrivée à terminer son quota.

 

Elle a également reçu l'ordre de passer la serpillière, de plier les édredons de tout le monde et de grimper aux endroits élevés pour nettoyer les fenêtres.

 

Interdiction d'utiliser les toilettes

 

Mme Ge a été victime de représailles pour avoir informé sa famille de sa situation dans le camp de travail. Les gardes ne l'ont pas autorisée à utiliser les toilettes pendant plus de six heures. Sa vessie a été douloureuse pendant les quelques jours qui ont suivi.

 

Voir aussi :

 

Mme Ge Ling est condamnée de nouveau à deux ans de travail forcé.

 

Ms. Ge Ling, a Pharmacist at the Yongxiu County Chinese Medicine Hospital in Jiangxi Province, Is on the Brink of Death from Persecution

 

 

Traduit de l'anglais en France

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/1/1/167174.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/12/25/358271.html