Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

315,502,338 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une vie de plus due aux atrocités à la prison de Benxi, province du Liaoning

 

Écrit par un correspondant de Minghui, province du Liaoning, Chine

 

 

(Minghui.org) Dans une enquête de suivi sur la mort de M. Lu Yuanfeng, nous examinons les circonstances de son emprisonnement à la prison de Benxi dans la province du Liaoning et examinons la politique pénitentiaire et provinciale responsable non seulement de la mort de M. Lu, mais pour les morts et les blessures de nombreux autres pratiquants de Falun Gong également persécutés là-bas.

 

M. Lu Yuanfeng de la ville de Shenyang est mort 21 jours après avoir purgé trois ans pour avoir distribué des documents dénonçant la persécution du Falun Gong par le régime communiste chinois, une discipline spirituelle basée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

 

M. Lu Yuanfeng

 

La carte d'identité de M. Lu Yuanfeng

 

La famille de M. Lu n'a été autorisée à le voir que deux fois au cours des trois années de son emprisonnement. Il a dit à ses proches que les gardiens de la prison de Benxi l'ont battu, l'ont électrocuté avec des matraques électriques et l'ont forcé à s'accroupir pendant de longues périodes.

 

Il a eu un AVC deux mois avant sa libération prévue, mais la prison a refusé de lui fournir les soins médicaux appropriés ou d'accorder des visites familiales ou une libération pour raison médicale. Sa famille a noté qu'il avait des problèmes d'élocution et qu'il ne pouvait pas bien marcher lorsqu'il a été libéré le 19 novembre 2017.

 

M. Lu est soudainement tombé dans le coma le 9 décembre et il est mort quelques heures plus tard malgré les tentatives de le réanimer. Il avait 63 ans.

 

L'auteur de ce rapport a fait une enquête après la mort de M. Lu. Nous avons constaté que M. Lu a déjà écrit une plainte contre un gardien qui l'a électrocuté avec des matraques électriques pendant plus de 45 minutes. Nous avons également interrogé plusieurs témoins et quelques personnes qui sont dans la place, qui ont corroboré le récit personnel de M. Lu et fourni des informations supplémentaires sur son épreuve en prison.

 

Grâce à notre enquête, nous avons également noté que M. Lu n'est pas le seul pratiquant de Falun Gong qui a perdu la vie à cause d'atrocités à la prison de Benxi.

 

Plus troublant est le fait que la prison de Benxi est l'une des nombreuses prisons de la province du Liaoning qui ont utilisé diverses formes de torture sur des pratiquants de Falun Gong emprisonnés pour les « transformer » ou les forcer à renoncer à leur croyance. Le Comité des affaires politiques et juridiques au niveau provincial, un organisme non judiciaire chargé d'éradiquer le Falun Gong, a pour politique de récompenser de 20 000 yuans pour chaque pratiquant « transformé » et inflige 10 000 yuans d'amende pour chaque pratiquant qu'ils n'arrivent pas à transformer.

 

Plainte manuscrite détaillant la torture par décharge électrique

 

M. Lu a réussi à écrire une plainte contre le gardien Jia Changhai, qui l'a électrocuté pendant plus de 45 minutes, jusqu'à ce qu'il succombe et dise qu'il renoncerait au Falun Gong.

 

Le compte rendu manuscrit de M. Lu sur la torture subie en détention, daté du 15 décembre 2016

 

La torture par électrochocs décrite dans la plainte de M. Lu a eu lieu le 9 novembre 2016. Le gardien Jia a ordonné à la détenue Wang Kebin d'amener M. Lu, qui travaillait dur, dans une pièce sans caméra de surveillance.

 

Jia a demandé à M. Lu s'il croyait toujours au Falun Gong. Celui-ci a dit oui, et Jia et le gardien Niu Jian lui ont immédiatement menotté les mains derrière le dos. Les détenus Piao Ping, Zhao Yizhong et Chen Yanqing ont retenu M. Lu, tandis que Niu Jian lui a marché sur la tête. Jia et le gardien Zou Bowen l'ont insulté et lui ont donné des coups de pied.

 

Jia lui a ensuite électrocuté le dos, la poitrine, la tête et les mains pendant plus de dix minutes jusqu'à ce que la pile soit épuisée. Il a pris une autre matraque et a continué la torture.

 

M. Lu a ressenti une douleur aiguë à la poitrine et ses cris ont été entendus par beaucoup de gens.

 

Jia n'a pas arrêté. M. Lu ne pouvait plus résister en attendant que la batterie s'use avec la troisième matraque. Il a finalement accepté de renoncer au Falun Gong avant que Jia arrête la torture. Niu n'a jamais levé le pied de la tête de M. Lu pendant toute l'épreuve de 45 minutes.

 

M. Lu a été ramené dans sa cellule, où Jia a ordonné aux détenues Zhao Yizhong et Chen Yanqing de l'attacher à une chaise (voir illustration ci-dessous) à côté d'une fenêtre ouverte. Cette torture a continué pendant les deux jours suivants.

 

 

Illustration de la torture : attaché à une chaise

 

Jia avait l'intention d'envoyer M. Lu à l'isolement le quatrième jour, mais les médecins de la prison ont constaté qu'il avait une tension artérielle dangereusement élevée et ont recommandé une hospitalisation immédiate.

 

M. Lu ne se sentait toujours pas bien après 10 jours d'hospitalisation, mais Jia l'a ramené en prison et lui a ordonné de faire des travaux forcés à partir du lendemain. Cette nuit-là, Jia s'est foulé la cheville et est parti en congé maladie. Le gardien Zuo Liwei a pris le relais.

 

M. Lu a refusé de faire des travaux forcés et a entamé une grève de la faim. Zuo Liwei a ordonné aux détenus dans chaque cellule de continuer à insulter le fondateur du Falun Gong jusqu'à ce que M. Lu recommence à manger.

 

M. Lu a eu un accident vasculaire cérébral et a fait une chute le 26 août 2017, se cassant les jambes. La prison l'a envoyé dans un hôpital extérieur pour une radiographie, mais l'a ramené sans demander d'autre traitement médical. Ils n'ont informé sa famille que deux semaines plus tard.

 

La femme et le fils de M. Lu ont demandé à le voir en prison, mais on leur a refusé la visite. Le gardien Jia leur a dit que la prison n'était pas responsable de la chute de M. Lu et que la famille devrait payer ses frais médicaux.

 

Au cours des deux derniers mois de l'emprisonnement de M. Lu, Jia a ordonné aux détenus de pousser M. Lu jusqu'à l'atelier de la prison tous les jours pour faire le travail dur.

 

Une des nombreuses victimes

 

Lu Yuanfeng n'est pas le seul pratiquant de Falun Gong torturé à mort ou grièvement blessé dans la prison de Benxi.

 

M. Cheng Yuanlong a été renvoyé chez lui le 20 août 2007, lorsque les gardiens ont vu qu'il était sur le point de mourir. Il est mort six mois plus tard à l'âge de 38 ans.

 

M. Zhan Dajun est devenu extrêmement faible et désorienté après la longue torture subie à la prison de Benxi. Il est décédé d'un accident vasculaire cérébral peu de temps après sa libération en août 2008. Il avait 53 ans.

 

M. Sun Zhanguo a été frappé au sol le 15 octobre 2016 et a reçu des coups de poing et des coups de pied. Le gardien Jia l'a ensuite électrocuté avec des matraques électriques pendant environ 30 minutes.

 

M. Hu Guojian est devenu végétatif en seulement 22 jours après son admission à la prison de Benxi. Après une opération au cerveau et toujours dans le coma, il a été ramené en prison pour terminer sa peine.

 

M. Zhou Lin a eu les bras et les jambes attachés à une chaise pendant trois jours d'affilée. Il n'avait pas le droit de bouger ou de somnoler. Un groupe de détenus l'a nourri à tour de rôle et attrapait ses déchets avec un seau. Ils l'ont également forcé à regarder des vidéos de propagande calomniant le Falun Gong.

 

Le gardien Chen Geng a électrocuté à plusieurs reprises les parties génitales de M. Meng Xianguang avec une matraque électrique et a continué à rire quand il a tremblé de douleur. Chen Geng a également ordonné aux détenus de verser de l'eau froide sur M. Meng et de le battre avec des tuyaux de plomberie en plastique.

 

M. Liu Defu a été tellement battu qu'il a eu besoin de 21 points de suture sur la tête. Il avait une pression artérielle élevée, mais était toujours obligé de faire un dur labeur.

 

La liste continue. Nous nous sommes demandé pourquoi la prison de Benxi traite les pratiquants de Falun Gong emprisonnés si brutalement. La réponse se trouve dans un système d'incitation provincial décrit ci-dessous.

 

Fonds affectés à une « tâche spéciale »

 

Benxi est l'une des plus de 30 prisons de la province du Liaoning qui sont utilisées pour emprisonner les pratiquants de Falun Gong.

 

Selon les statistiques disponibles, 469 habitants du Liaoning ont été persécutés à mort au cours des dix-huit dernières années pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong. Beaucoup d'entre eux ont été emprisonnés et torturés avant leur décès.

 

Selon notre enquête, le Comité des affaires politiques et juridiques de la province du Liaoning (PLAC) a conçu un système d'incitation à tous les niveaux du PLAC, du bureau judiciaire et du bureau de l'administration pénitentiaire. Le système est qualifié de « projet de tâches spéciales » et nécessite des fonds réservés provenant des recettes fiscales générales de chaque ville. Les fonds sont utilisés pour récompenser les prisons pour avoir « transformé » les pratiquants. Ceux qui ne parviennent pas à forcer les pratiquants à renoncer au Falun Gong seront punis.

 

Vers la fin de chaque année, chaque prison doit compter le nombre de pratiquants qu'ils ont « transformés » durant l'année. En tant que telles, les prisons lancent souvent une série intensive de violences à la fin de chaque année dans l'espoir de forcer davantage de pratiquants à abandonner leur croyance.

 

La prison de Benxi a été très active dans la réalisation du projet de tâche spéciale. La ville de Benxi a rapporté 14 milliards de yuans de recettes fiscales générales en 2014, mais ce chiffre est tombé à 5,4 milliards de yuans en 2015. Malgré tout, le gouvernement municipal continue d'allouer des fonds pour récompenser la prison de Benxi pour la « transformation » des pratiquants de Falun Gong.

 

Le Liaoning a le PIB le plus bas parmi toutes les provinces de Chine, pourtant il reste au haut de la liste pour le nombre de pratiquants de Falun Gong arrêtés et torturés chaque année.

 

Nous exhortons les responsables du Liaoning à tous les niveaux d'arrêter la persécution du Falun Gong et de libérer les pratiquants emprisonnés.

 

Voir aussi :

 

Un homme du Liaoning meurt trois semaines après avoir été libéré de prison

 

Un agriculteur arrêté pour avoir distribué des dépliants du Falun Gong

 

Un homme dans le coma ramené en prison pour terminer sa peine après une opération du cerveau

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/1/8/167511.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/1/5/359278.html