Le 11 octobre 2018

Six membres de la même famille arrêtés, trois d'entre eux sont condamnés à la prison

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Shandong, Chine

 

 

(Minghui.org) Quand une pratiquante de Falun Gong est allée rendre visite à une amie, elle a été arrêtée. Deux membres de sa famille qui enquêtaient sur sa situation ont également été arrêtés le même jour. Le lendemain, trois autres membres de la famille ont été détenus. Sur ces six membres de la même famille, trois ont été plus tard condamnés à la prison.

 

C'est un cas typique d'implication par association, une stratégie souvent employée par les fonctionnaires chinois pour réprimer le Falun Gong. Le Falun Gong est une pratique de l'esprit et du corps basée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis juillet 1999.

 

Mme Qiu Qinghua, une pratiquante âgée de 70 ans, habitant la ville de Jimo, a été condamnée en même temps que sa belle-fille et son beau-fils. Elle a développé un cancer du sein et subi actuellement une chimiothérapie en prison. Lorsque sa fille a voyagé plus de 320 km pour lui rendre visite, on ne leur a laissé que cinq minutes pour être ensemble.

 

Six membres de la même famille arrêtés

 

La chaîne des événements a commencé lorsque Mme Li Honglei, la belle-fille de Mme Qiu, a rendu visite à une autre pratiquante, le 5 juin 2016. La police l'a arrêtée chez la pratiquante. Lorsque son mari (qui n'est pas un pratiquant) et Mme Qiu sont allés la trouver, tous les deux ont été détenus.

 

Le lendemain, des agents de police ont saccagé le domicile du beau-fils de Mme Qiu, M. Xu Jianxun, et l'ont détenu au centre de détention de Jimo. La fille de Mme Li et sa sœur ont également été arrêtées.

 

Mme Qiu a été libérée lorsque, soudainement, elle a fait une crise cardiaque au centre de détention. En rentrant à la maison, elle a vu que son appartement avait été saccagé par la police et plus de 37 000 yuans en espèces avaient été pris.

 

Après un mois de récupération, elle est allée avec sa sœur au poste de police de Tongji, pour demander la libération de sa belle-fille et qu'on lui rende son argent. Un chef adjoint surnommé Mou a déchiré la demande écrite et les a raccompagnées dehors.

 

Quand Mme Qiu et l'avocat de son beau-fils sont allés à la Division de la sécurité intérieure de Jimo, le 12 septembre, pour soumettre des documents concernant le cas, deux agents les ont de nouveau raccompagnés dehors.

 

Rejet répété du bureau du procureur

 

Bien que la police locale ait tenté de déposer plainte contre Mme Qiu et sa belle-fille à moult reprises, cela a été rejeté à répétition par le bureau du procureur de Jimo dû à un manque de preuves. Le Département de police a plus tard déposé plainte auprès du bureau du procureur sous la mention « saper l'application de la loi ». Cela a été accepté, et parce que les juges de la ville de Jimo se sont eux-mêmes récusés, le cas a été transféré au tribunal de Pingdu.

 

Le 13 juillet 2017, le tribunal de Pingdu a tenu un procès contre le beau-fils et la belle-fille de Mme Qiu au centre de détention de Pudong. Un procès séparé a eu lieu contre Mme Qiu au tribunal de Pingdu le 6 septembre 2017.

 

Le 30 septembre, la police de Tongji a avisé Mme Qiu de venir discuter de la libération des membres de sa famille. Quand elle et sa fille sont allées là-bas le 9 octobre, elle a été arrêtée et mise en garde à vue au poste de police.

 

Trois sont envoyés en prison

 

Le lendemain, le 10 octobre 2017, le tribunal de Pingdu a condamné Mme Qiu à trois ans de prison avec une amende de 40 000 yuans ; sa belle-fille, Mme Li, a été condamnée à quatre ans avec une amende de 40 000 yuans ; son beau-fils M. Xu a reçu quatorze mois. La fille et la sœur de Mme Li ont été libérées.

 

Mme Qiu a été transférée à la prison pour femmes de Jinan, où on lui a diagnostiqué un cancer du sein. Les fonctionnaires de la prison ont discuté de la situation de Mme Qiu en août 2018, avec le comité du voisinage. Comme le comité a refusé de l'accepter, la prison a refusé de la libérer pour raison médicale.

 

Mme Qiu subit actuellement une chimiothérapie en prison. Sa fille a voyagé plus de 320 km pour lui rendre visite et n'a eu que cinq minutes pour la voir.

 

 

Voir aussi :

 

Implication par association dans les arrestations de Falun Gong en Chine

 

La police du Shandong vole 37 000 yuans à une pratiquante âgée

 

Une affaire contre des pratiquants de Falun Gong réattribuée à une autre juridiction après que les juges se soient eux-mêmes récusés

 

Quatre pratiquants de Falun Gong condamnés à la prison

 

 

Traduit de l'anglais en Suisse

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/10/5/172727.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/9/27/375019.html