Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

322,112,168 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Un jeune artiste brutalement torturé en prison pour ses convictions

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Heilongjiang, Chine

 

 

(Minghui.org) M. Xu Wenlong, un pratiquant de Falun Gong de 32 ans de la province du Heilongjiang, a été torturé dans la prison de Tailai dans la ville de Qiqihar depuis décembre 2012 pour son refus de renoncer à sa croyance.

 

Il a été mis à l’isolement, battu et électrocuté avec des matraques électriques, suspendu par des menottes, affamé et privé de sommeil. Récemment, M. Xu a été transféré dans la prison de Fengtun à Qiqihar pour davantage de persécution.

 

M. Xu, né en 1986, était un remarquable diplômé de l'Académie centrale des beaux-arts de Chine à Pékin. Il a été arrêté avec huit autres pratiquants en 2011, après que la police eut mis son téléphone sur écoute et l'ait surveillé pendant un certain temps. Il a été condamné à une peine de six ans et demi de prison et transféré à la prison de Tailai le 26 décembre 2012.

 

Isolement cellulaire

 

M. Xu a été détenu seul dans une petite cellule pendant plus d'un mois, où il était tenu d'écrire des « rapports de pensée » quotidiens. Lorsque M. Xu a écrit « Je suis innocent » dans son rapport de pensée du 16 janvier 2013, le gardien de prison Gao Bin l’a battu et a menacé de « le laisser dans la cellule pour toujours ».

 

Dans la ville de Qiqihar, aux extrémités septentrionales de la Chine, les températures chutent souvent à -23° C en janvier. Il n'y avait ni lit, ni couverture, ni oreiller dans la petite cellule et M. Xu devait dormir à même le sol de ciment glacé. Vêtu seulement d'une mince couche de vêtements, les mains menottées et les pieds attachés, il ne pouvait dormir que de très courtes périodes de temps à cause du froid et de l'inconfort.

 

Illustration de torture : Dormir à même le sol en ciment, menotté et enchaîné.

 

Les gardes ne donnaient à M. Xu que deux louches d’une soupe de nouilles fines chaque jour. La famine a rapidement entraîné une constipation grave. Son poids a chuté et il était émacié lorsqu'il a été autorisé à sortir de la petite cellule. Ses gencives étaient infectées parce qu'il n'était pas autorisé à se brosser les dents.

 

Après avoir enduré 37 jours d'isolement cellulaire, de famine et de froid extrême, M. Xu a cédé et a rédigé la déclaration de garantie. Lorsqu'il a par la suite solennellement déclaré nulle et non avenue la garantie qu’il avait écrite, les gardes l'ont soumis à une nouvelle série de tortures.

 

Battu et choqué avec des matraques électriques

 

Le 25 mars 2013, après une tentative infructueuse de forcer M. Xu à insulter M. Li Hongzhi, le fondateur du Falun Gong, le garde Wu Gang l'a suspendu par ses menottes à un moteur électrique dans l'atelier et a commencé à le battre et à lui administrer des décharges de matraques électriques à la tête, au visage et sur ses organes génitaux.

 

Il a été battu à répétitions. Quelques gardes le coinçaient souvent et le frappaient avec des matraques électriques jusqu'à ce que les matraques soient déchargées. Les gardes l’appuyaient ensuite sur une tige de métal et le laissaient penché sur la tige pendant des heures. Ils chassaient les autres détenus afin que personne ne soit témoin des séances de torture.

 

Soutenu par une tige de métal le jour et suspendu la nuit

 

M. Xu n'a reçu à manger qu'un petit pain cuit à la vapeur par jour pendant les deux dernières semaines de mars. La température à Qiqihar tombe souvent en dessous des -20° C en mars. M. Xu ne portait qu’une fiche couche de vêtements quand les gardes portaient de lourdes vestes.

 

Pendant la journée, il était soutenu par une tige de métal dans l'atelier, ses jambes attachées à une tige insérée dans son pantalon, le corps penché pendant d’interminables heures. La nuit, ses mains étaient menottées derrière son dos et il était suspendu à une échelle de lit superposé dans une position inconfortable. Un détenu était chargé de le surveiller toute la nuit. Il n'était pas autorisé à dormir ni à utiliser les toilettes.

 

Illustration de torture : Soutenu avec une tige dans l'atelier pendant la journée.

 

Lorsque des responsables du Bureau provincial des prisons ont inspecté la prison de Tailai à la fin du mois de mai 2013, M. Xu a refusé de répondre au comptage. Le chef de sous-division, Zheng Hui, a ordonné à plusieurs détenus de le battre jusqu'à ce qu'il soit blessé.

 

Le chef de division, Liu Chunxiao, a menotté les mains de M. Xu, lui a enchaîné les pieds et lui a mis un chapeau pour cacher ses blessures. Il a de nouveau été enfermé dans une petite cellule pendant une période de temps prolongée.

 

Marathon de torture de 16 jours

 

En 2015, M. Xu a une fois dû subir un marathon de torture de 16 jours du 3 au 18 décembre pour avoir refusé de suivre les ordres des gardiens de prison.

 

Les gardes l'ont placé dans une cellule d'isolement le 3 décembre 2015, après qu'il ait rapporté que la prison avait torturé M. Zhang Haitao, un autre pratiquant de Falun Gong. Ils ont assis M. Xu sur un « banc du tigre » pendant six jours, les mains attachées dans le dos et les pieds attachés. Il y avait aussi une ceinture de retenue attachée à sa poitrine. Ils ne le laissaient pas dormir et vaporisaient de l'eau pimentée sur sa tête, son visage et son cou 10 à 20 fois par jour.

 

« C’était suffisant pour me laver les cheveux », a déclaré M. Xu par la suite.

 

 

Croquis de M. Xu illustrant la torture d'être immobilisé sur le « banc du tigre » et vaporisé d'eau pimentée

 

Lorsque M. Xu a protesté contre les mauvais traitements, ils l'ont pulvérisé davantage. La douleur était atroce et sa vision a été considérablement affectée. Son visage et son nez ont également enflé.

 

Lorsque les gardes ont libéré M. Xu du « banc du tigre » le 9 décembre, il était incapable de marcher. Les gardes l'ont ensuite enchaîné à un ancrage au sol – un anneau fixé au sol, pendant encore neuf jours.

 

Ses poignets lui faisaient mal s'il essayait de s'allonger pour dormir. La zone d'enfermement était très froide, mais on ne lui a encore une fois donné que de minces vêtements à porter. Il a entamé une grève de la faim et est devenu encore plus sous-alimenté. Rester assis sur le sol de béton pendant neuf jours lui a causé de grandes douleurs dans les jambes, aux hanches et aux fesses.

 

Croquis de M. Xu dépeignant la torture de l'ancrage au sol

 

M. Xu a déclaré dans la légende qu'il avait extrêmement froid, ne portant qu’une mince couche de vêtements. Il n'avait pas de coussin pour s'asseoir et ses fesses ont développé des cloques après être resté assis longtemps sur le sol en béton.

 

Les gardes l'ont maintenu attaché à l'ancrage jusqu'au 18 décembre 2015.

 

Privé de visites familiales et de courrier personnel

 

En juillet 2016, M. Xu a été soumis à une persécution supplémentaire pour avoir refusé de renoncer à sa foi et avoir protesté contre les mauvais traitements infligés à d'autres pratiquants emprisonnés.

 

Entre août et octobre 2016, les gardes du quartier 3 ont refusé les visites de la famille de M. Xu, les appels téléphoniques, les privilèges de courrier et d'achat à la cantine. Il n'a été autorisé à rester que dans une zone désignée et n'était autorisé à parler à personne.

 

M. Xu se trouve actuellement dans la prison de Fengtun, en isolement cellulaire.

 

Voir aussi :

 

Un étudiant à l'Académie des Beaux-Arts de Pékin, torturé dans la prison de Tailai

 

La prison de Tailai dans le Heilongjiang intensifie la persécution des pratiquants de Falun Gong

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/11/20/173324.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/11/4/376663.html