Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

322,112,167 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une femme du Jilin condamnée à trois ans et demi pour avoir parlé aux gens de sa croyance

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Jilin, Chine

 

 

(Minghui.org) Une habitante de 65 ans du canton de Jingyu a été condamnée à trois ans et demi de prison, le 31 octobre 2018, pour sa croyance dans le Falun Gong, une discipline du corps et de l'esprit persécutée par le régime communiste depuis 1999. Elle a interjeté appel devant le tribunal intermédiaire de la ville de Baishan, au début du mois de novembre.

 

La sentence de Mme Chen Shumei a été prononcée un an après son arrestation. Après avoir été suivie par un policier en civil, elle a été arrêtée le 1er novembre 2017, pour avoir parlé du Falun Gong à des gens. La police a saccagé son domicile et confisqué ses livres de Falun Gong et ses ordinateurs.

 

Le centre de détention a d'abord refusé d'admettre Mme Chen en raison de sa tension artérielle anormalement élevée, mais a ensuite cédé après avoir subi des pressions de la part du chef de la Division de la sécurité intérieure, Yu Xuejun, qui a laissé son numéro de téléphone au personnel du centre de détention et leur a dit qu'ils pouvaient le joindre si quelque chose arrivait à Mme Chen.

 

Le 15 novembre, la police a placé Mme Chen en détention pénale après avoir atteint la limite des quinze jours de détention administrative. Le parquet du canton de Jingyu a approuvé son arrestation le 1er décembre, mais il n'a jamais informé Mme Chen ni sa famille. Son avocat s'est rendu au parquet le 8 décembre, et ce n'est qu'alors qu'il a appris qu'un mandat d'arrêt officiel avait été lancé contre sa cliente.

 

La police a soumis son cas au parquet le 11 janvier 2018, qui l'a transmis au tribunal du canton de Jingyu, le 8 février.

 

Le tribunal a renvoyé l'affaire au parquet en mai, demandant plus de preuves, avant de fixer la date du procès d'octobre qui l'a envoyée en prison.

 

Voir aussi :

 

La vieille Mme Chen Shumei, de la province du Jilin, est de nouveau arrêtée

 

 

Traduit de l'anglais en France

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/11/26/173405.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/11/19/377354.html