Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

322,112,167 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


La mère d'une fillette de six ans risque d'être condamnée à une peine d'emprisonnement pour sa croyance alors que la police tente de fabriquer des preuves contre elle

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Liaoning

 

 

(Minghui.org) Une famille heureuse a été brisée lorsque la mère a été arrêtée le 12 mai 2018 pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une méthode de cultivation du corps et de l'esprit qui est persécutée par le régime communiste chinois (PCC) depuis juillet 1999.

 

Selon Mme Liu Yonglan, une habitante du canton de Chaoyang, le Falun Gong lui a donné la force de surmonter l'adversité dans sa vie. Son premier mari est mort en raison d'une maladie et leur enfant est mort très jeune. La perte de ses proches a eu des conséquences néfastes sur sa santé.

 

Ses maladies ont disparu après qu'elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2011. Elle est également devenue plus ouverte d'esprit et plus attentionnée en suivant le principe du Falun Gong Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans tous les domaines de sa vie.

 

Après l'arrestation de Mme Liu, son deuxième mari, M. Zhou Shiqi, a écrit une lettre au tribunal local pour demander sa libération. Il a dit : « Ma femme traite mon fils [son beau-fils] comme s'il était le sien. Elle prend aussi bien soin de ma mère. Maintenant qu'elle a été arrêtée, notre fille de six ans pleure pour qu'elle revienne. J'ai le cœur brisé ! C'est une bonne épouse, une bonne mère et une bonne belle-fille et elle n'a jamais rien fait pour nuire à quiconque ou à la société. Nous comptons les jours et attendons son retour avec impatience ! »

 

Malgré le plaidoyer de M. Zhou, Mme Liu risque d'être condamnée après trois audiences.

 

Lors de sa première audience au tribunal de Chaoyang le 4 septembre, l'avocate de Mme Liu a fait remarquer que les agents qui l'avaient arrêtée avaient falsifié la signature du secrétaire du Parti local du village sur la liste d'inventaire des objets confisqués sans qu'il ne soit présent lors de leur perquisition chez Mme Liu.

 

Le procureur a accusé Mme Liu de « saper l'application de la loi », un prétexte courant utilisé pour criminaliser le Falun Gong. Toutefois, il n'a fourni aucune preuve montrant que Mme Liu avait causé un préjudice à la société en général ou à quiconque en particulier en raison de sa pratique du Falun Gong.

 

Une deuxième audience a été fixée au 31 octobre. Avant l'audience, un agent a remplacé l'unique exemplaire confisqué d'un dépliant sur le Falun Gong par plusieurs exemplaires afin de tenter de porter les accusations contre Mme Liu en escalade. La police s'est également présentée chez sa belle-mère la veille de l'audience, dans l'espoir de trouver d'autres « preuves » contre elle.

 

Après l'échec de leur tentative, deux agents ont attrapé certains membres de la famille de Mme Liu par le collet, s'attendant à une lutte, afin qu'ils puissent accuser les membres de la famille d'avoir agressé des policiers. Mais la famille de Mme Liu n'a rien fait et les agents sont partis plus tard.

 

Deux jours avant la troisième audience prévue le 12 novembre, des douzaines de policiers, y compris des policiers armés, se sont rendus de nouveau chez la belle-mère de Mme Liu. Ils ont confisqué des livres de Falun Gong et un portrait du fondateur du Falun Gong, M. Li Hongzhi. Les agents ont promis de libérer Mme Liu dès que sa belle-mère dirait que les documents nouvellement confisqués appartenaient à Mme Liu.

 

De nombreux voisins ont vu les camionnettes de police qui faisaient la queue devant la maison familiale. L'un d'eux a déclaré que le harcèlement fréquent par les policiers avait gravement perturbé la vie et le bien-être de la famille.

 

Personnel clé responsable de la persécution de Mme Liu :

 

Jing Liwei, chef du Bureau du procureur du canton de Chaoyang : +86-18742188111, +86-13304216262

 

Dong Qunji, agent responsable du dossier de Mme Liu : +86-13942101310, +86-15642288525

 

Wang Tiekui, +86-421-8999025 (O), +86-13190269881, +86-15642288561

 

Li Guanghai, directeur adjoint de la Division des poursuites : +86-421-2912454, +86-15004217688, +86-15642288508

 

Wei Chao, directeur adjoint de la Division de la sécurité intérieure du canton de Chaoyang, +86-1571414204987

 

Voir aussi :

 

Une femme du Liaoning défend son innocence en pratiquant le Falun Gong

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/11/16/173277.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/11/11/-376985.html