Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

319,799,507 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les gens s’éveillent à la vérité


Des gens que j’ai rencontrés en prison

 

Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine

 

 

(Minghui.org) De nombreux pratiquants chinois de Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong) ont été envoyés dans des prisons et des centres de détention en raison de leur croyance spirituelle. Ils ont perdu leur liberté, ont été séparés de leur famille et soumis à la torture et au lavage de cerveau. Malgré cela, beaucoup ont gardé leur foi et se sont cultivés malgré ces conditions difficiles. Leur gentillesse et leur altruisme ont touché de nombreux gardiens et détenus, et ainsi éveillé leur conscience.

 

Un pratiquant de Falun Gong a raconté plusieurs de ses expériences en prison.

 

Une crapule sans pitié

 

Il y avait un détenu connu pour être une impitoyable crapule. Un jour, il m'a dit : « Sois prêt, je viendrai te chercher ! » Plus tard, il m'a emmené dans une pièce isolée à l'arrière. Quand quelqu'un y était torturé, personne ne pouvait l'entendre.

 

Il a dit : « Les gardes m'ont donné la tâche de te “transformer”. Si je ne le fais pas, ma peine ne sera pas réduite. Si tu ne te transformes pas aujourd'hui, tu ne ressortiras pas de cette pièce ! »

 

Insensible à son attitude, je lui ai dit calmement comment ma santé s'était améliorée après que j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa et comment j'ai suivi Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans ma conduite.

 

J'ai expliqué que l'auto-immolation sur la place Tiananmen était un coup monté. Je lui ai même parlé de la façon dont une personne droite devrait se conduire. J'ai parlé pendant presque deux heures.

 

À la fin, j'ai dit : « Même si tu me bats à mort maintenant, je ne te blâmerai pas. Mais tu ne peux pas me forcer à abandonner le Falun Dafa.

 

« Si tu étais à ma place, te retournerais-tu et diffamerais-tu ton maître après tout ce qu'il a fait pour toi ? » lui ai-je demandé.

 

Il a réfléchi un instant, puis il a dit : « Tu agis comme il faut ! Je ne te dérangerai plus. Je vais parler aux gardes. Tu peux retourner maintenant. »

 

Un jour, il a vu un autre détenu me battre et lui a dit : « Pourquoi le frappes-tu ? C'est quelqu'un de bien ! Ne lui cause pas d'ennuis. »

 

Plus tard, d'autres pratiquants de Falun Gong ont été admis à la prison. Il ne nous a jamais maltraités verbalement. Peu importe ce que les gardes lui disaient de faire, il n'a jamais participé à nous torturer. À sa propre surprise, sa peine a été commuée de « réclusion à perpétuité » à « peine d'emprisonnement limitée » au bout d'un an et il a été rapidement libéré.

 

Un grand criminel

 

Un autre détenu était membre d'un groupe du crime organisé. Après avoir entendu les faits concernant le Falun Dafa de la bouche des pratiquants, il est devenu très respectueux à notre égard. Chaque fois que les détenus étaient convoqués à des réunions, il donnait son siège à un pratiquant. Quand il voyait d'autres détenus nous torturer, il les grondait. Une fois, il s’est mis en colère quand il a vu un autre détenu torturer un pratiquant. Il a donné un coup de pied au détenu et lui a dit : « Ne malmène pas les gens du Falun Gong ! »

 

Une autre fois, il a vu des gardes me battre. Il est allé voir le capitaine des gardes et a parlé en ma faveur.

 

Un jour, il a vu une lettre de ma femme dans le bureau. Après qu'il m'en a parlé, je suis allé trouver le gardien pour la lui demander, mais le gardien a prétendu qu'il n'y avait pas une telle lettre. Quelques jours plus tard, il est retourné au bureau et a volé la lettre pour moi. J'ai été très ému. Il m'a aidé à envoyer des lettres à ma famille plusieurs fois.

 

Il a été libéré quelques années avant la fin de sa peine.

 

Un détenu ordinaire

 

Lorsque j'étais dans un centre de détention, j'ai rencontré un détenu qui aimait m'écouter lui parler du Falun Dafa. Les circonstances étaient vraiment difficiles. Des haut-parleurs diffamaient le Falun Gong toute la journée. Les détenus étaient instruits à ne pas nous quitter des yeux.

 

Un jour, ce détenu m'a demandé : « N'as-tu pas peur d'avoir des ennuis en me parlant du Falun Gong ? »

 

« Tant que tu connais la vérité, ça en vaut la peine », ai-je répondu.

 

Il était très ému. Après sa libération, il a commencé à lire les livres de Falun Dafa.

 

Un kidnappeur

 

Un autre détenu a été arrêté pour enlèvement. Il a dit aux autres détenus : « Nous sommes les mauvais. C'est logique qu'on soit ici. Mais regardez ces Falun Gong, ces gens si gentils ! »

 

Tous les matins, il criait haut et fort aux pratiquants : « Allez pratiquer ! » J'étais généralement capable de trouver un coin où la caméra de sécurité ne pouvait pas me voir faire les exercices.

 

Un meurtrier

 

J'ai rencontré un agriculteur ayant été reconnu coupable du meurtre de sept personnes. Les journaux le traitaient de « monstre ». Personne n'osait dormir à côté de lui dans notre cellule, sauf moi. Il plaisantait avec moi : « Tu n'as pas peur que je t'étrangle la nuit ? »

 

Il adorait m'écouter parler du Falun Gong. Il était très gentil avec moi et a même récité avec moi des poèmes de Hong Yin (un recueil de poèmes de M. Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa).

 

Quand il a reçu l'avis de sa prochaine exécution, il était plein de regrets. « Quel dommage que nous ne nous soyons pas rencontrés plus tôt ! Si j'avais appris le Falun Gong plus tôt, je n'aurais pas fini comme ça aujourd'hui », a-t-il dit.

 

Un agent pénitentiaire

 

J'ai rencontré en prison un fonctionnaire qui avait appris d'autres sortes de qigong. Après avoir parlé avec d'autres pratiquants de Falun Gong à plusieurs reprises, il a acquis une meilleure compréhension du Falun Dafa et du coup monté de l'auto-immolation de Tiananmen et s'est montré très généreux envers nous.

 

Une fois, il a voulu me transférer à la section éducation de la prison. C'est un poste convoité par de nombreux détenus. Les prisonniers affectés à cette section n'ont pas besoin de travailler dur et sont chargés de tâches faciles.

 

J'ai décliné son offre en disant : « Je ne veux pas te mettre dans une situation difficile. Peu importe où je suis, je ne me transformerai pas. » J'ai pensé qu'il pourrait être forcé d'essayer de me « transformer » si j'acceptais.

 

« Non, j'ai déjà le papier de transfert ici », a-t-il dit.

 

Plus tard, j'ai appris qu'il avait demandé une faveur pour obtenir le transfert. J'ai été très touché.

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/11/3/173113.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/10/21/376043.html