Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

322,112,097 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Clarifier la vérité pour sauver les êtres


Désintégrer « l'ombre de la peur » en moi

 

Écrit par une pratiquante de Falun Gong en Chine

 

 

(Minghui.org) J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong (aussi connu sous le nom de Falun Dafa) avec mes parents au cours de l'hiver 1996 quand j'avais 14 ans. Le bonheur de notre famille était indescriptible. Tout dans nos vies s'est amélioré sous la direction de Dafa. Mais notre monde s'est effondré le 20 juillet 1999, lorsque le Parti communiste chinois (PCC) - dirigé par Jiang Zimen - a lancé la persécution du Falun Gong.

 

Tous les pratiquants de Falun Gong en Chine sont persécutés pour leur croyance depuis lors. Et les longues années de persécution brutales ont laissé dans mon cœur une ombre de peur que je ne pouvais vaincre jusqu'à tout récemment.

 

Au début de la persécution, mon père a été arrêté et envoyé dans un camp de travaux forcés. Je ne l'ai jamais revu, car il a été torturé à mort pour avoir refusé de renoncer à sa croyance dans le Falun Gong. Ma mère a été arrêtée et envoyée dans des camps de travail plus d'une fois et j'ai été séparée d'elle et envoyée moi-même plusieurs fois dans des centres de lavage de cerveau. Notre maison a été saccagée et nous avons souvent été harcelés.

 

Ces expériences m'ont inspirée tant de peur dans le cœur. Je me sentais étouffée par les scènes qui me tourmentaient l'esprit. Mon cœur battait la chamade chaque fois que je voyais une voiture de police et je n'osais pas porter ma carte d'identité de peur d'être fouillée à un poste de contrôle.

 

Je savais qu'il n'était pas correct d'avoir ces sentiments, car en tant que pratiquante de Falun Gong, j'aurais dû me sentir merveilleuse et confiante de connaître mon véritable but dans la vie. Mais je n'arrivais pas à me détendre ou à me sentir heureuse. Bien que je voulais me cultiver et m'élever, je ne pouvais pas me concentrer sur ma cultivation et mes études. Pour combler le vide, j'ai essayé de trouver du réconfort sur Internet, ce qui n'a pas aidé.

 

Une nuit, j'ai rêvé que je montais un long escalier qui montait jusque dans les nuages. Il n'y avait rien qui bloquait le chemin et j'ai grimpé tout droit dans le ciel. Le sommet était caché dans les nuages, m'empêchant de voir où j'étais. J'ai décidé de m'arrêter et de me reposer. Quand j'ai regardé en arrière, je n'ai vu que quelques pas derrière moi et j'ai eu le vertige. Juste au moment où j'allais m'asseoir pour me reposer, une jeune pratiquante est passée à côté de moi avec des pas légers. Je me suis dit : « Elle est plus jeune que moi ! Je devrais me dépêcher comme elle. » La voir monter les escaliers si légèrement m'a donné l'inspiration dont j'avais besoin pour atteindre le sommet. Il se trouvait que j'étais déjà très près du sommet, mais comme je ne pouvais pas le voir, j'avais laissé mes attachements prendre le meilleur de moi-même.

 

Le Maître a dit :

 

« J’ai toujours dit que dans le xiulian, en fait le plus pénible (le Maître rit) c’est la longueur du temps, la longueur du temps dans les épreuves démoniaques. On n’en voit pas la fin, on ne voit pas le dernier jour arriver, (le Maître rit) en fait c’est cela le plus pénible. Cependant, il y a une phrase qui dit, une chose parvenue à l'extrême se transforme en son contraire, n’est-ce pas ? Pour toute chose c'est ainsi, c’est une loi. Quand le moment sera arrivé, cela changera inéluctablement, que toi en tant qu'être humain le veuilles ou non. » (« Enseignement du Fa à Washington DC 2018 »)

 

Pourtant, avec la peur dans le cœur et ne pouvant pas voir la fin, je ne pouvais toujours pas rester diligente. J'avais besoin d'élever mon état de cultivation mais je ne savais pas comment. Peu importe la façon dont j'étudiais le Fa, le sens des mots ne pénétrait pas mon esprit.

 

Le Maître a dit :

 

« Vous n'avez peut-être pas remarqué qu'hier matin, quand un élève a parlé de son expérience, il a dit que peu importe combien d'efforts il mettait dans la cultivation, il ne sentait pas qu'il faisait le moindre progrès, et puis un jour, tout d'un coup il a réalisé, il est temps pour moi de changer concernant cet aspect. Alors, lorsqu'il a fait de nouveau les exercices, ce mur s'est soudainement ouvert et subitement il a eu un autre royaume [jing jie] devant lui. Je pense que vous devriez réfléchir davantage au discours de cet élève. » (« Enseignement du Fa à la conférence de Fa de l'Est des États-Unis »)

 

Quand j'ai lu les paroles du Maître, je me suis réveillée et j'ai cherché honnêtement en moi. J'ai trouvé beaucoup d'attachements, y compris l'exaltation, la jalousie et la paresse. J'avais pu les éliminer jusqu'à un certain point, mais je n'avais pas réussi à trouver la source de mon problème.

 

Puis j'ai fait un autre rêve : il y avait un lac et trois jeunes femmes se tenaient debout sur le rivage. J'en connaissais une. Elles devaient faire un saut périlleux par dessus le lac. Celle que je connaissais est morte parce qu'elle n'est pas arrivée sur l'autre rive. Je me suis réveillée à ce moment-là et j'ai réalisé que le Maître me faisait savoir que je devais continuer à avancer dans ma cultivation, peu importe à quel point le voyage était difficile.

 

Puis, récemment, j'ai dû passer par un contrôle de sécurité. Les pensées négatives tourbillonnaient dans mon esprit. J'avais des livres et des CD numériques de Dafa avec moi et j'étais terrifiée à l'idée d'être fouillée. Je me suis dit : « Il ne devrait pas y avoir de persécution pour pratiquer le Falun Gong. »

 

Tout à coup je me suis souvenue des enseignements du Maître :

 

« Aucun disciple de Dafa ne relève plus de la juridiction des Trois Mondes. » (« Enseignement du Fa à Washington DC 2018 »)

 

J'ai répété les paroles du Maître dans mon esprit et j'ai essayé de garder mon calme. La peur a essayé de me dominer. J'ai supplié le Maître : « Maître, je veux éliminer cette peur. S'il vous plaît, enlevez les ténèbres en moi. » À cet instant, j'ai senti une vague de chaleur émaner de mon cœur. Mon corps a tremblé et l'obscurité suffocante que j'avais portée toutes ces années a disparu en un éclair.

 

Cette obscurité était la cause profonde de mon relâchement dans la cultivation. Je me sentais désespérée et c'était la raison fondamentale pour laquelle je n'arrivais pas à rester dans un état tranquille, assise en méditation.

 

Ces sentiments négatifs ont commencé à s'accumuler dès le début de la persécution. Ils m'ont empêchée d'aller de l'avant et m'ont empêchée de faire l'expérience du vrai bonheur de cultiver le Falun Gong. Une fois ces sombres sentiments enfin éliminés, ma volonté de cultiver diligemment est devenue forte.

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/12/2/173482.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/10/21/376017.html