Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

315,205,592 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Deux femmes font appel de leur condamnation à cinq ans de prison pour avoir distribué des brochures sur le Falun Gong

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Heilongjiang en Chine

 

 

(Minghui.org) Deux pratiquantes de Falun Gong ont fait appel de leurs peines d’emprisonnement de cinq ans, prononcées par le tribunal du canton de Dumeng de la ville de Daqing pour avoir distribué des brochures sur le Falun Gong.

 

Dans les appels présentés devant la cour intermédiaire de Daqing le 5 février 2018, les deux pratiquantes ont réitéré leur argument de défense selon lequel aucune loi en Chine n’a jamais criminalisé le Falun Gong. Elles ont noté qu’il était de leur droit constitutionnel de communiquer des informations sur leur croyance persécutée.

 

Elles ont également partagé leurs histoires personnelles sur la façon dont le Falun Gong les a aidées à améliorer leur santé et leur caractère.

 

Les pratiquantes espéraient que les juges de la cour supérieure pourraient comprendre les faits sur le Falun Gong, ne pas être influencés par la propagande calomnieuse répandue par le PCC et faire un choix juste et basé sur leur conscience.

 

Les deux pratiquantes, Mme Shi Jing et Mme Shao Ying, toutes deux âgées de 47 ans, ont été arrêtées le 2 avril 2017 et sont depuis lors détenues au centre de détention de Daqing.

 

La cour du canton de Dumeng les a jugées le 8 septembre 2017. Un seul parent de chaque famille a eu l'autorisation d'assister à l'audition, alors que les fonctionnaires du gouvernement occupaient toutes les places restantes. Les avocats des pratiquantes on plaidé non coupables au nom de leurs clientes.

 

Le 1er décembre 2017, les deux femmes, accusées d’avoir « utilisé une secte pour entraver l’application de la loi », ont été condamnées à cinq ans d’emprisonnement et à une amende de 10 000 yuans. Cette accusation sans fondement est un prétexte courant utilisé par le régime communiste chinois dans sa tentative de cibler et d’emprisonner les pratiquants de Falun Gong. Dès que leurs verdicts ont été annoncés, elles ont toutes les deux décidé de faire appel.

 

Extraits de la défense de Mme Shao Ying

 

« Je suis née avec un angiome sur la paume. Je devais faire très attention car toute blessure pouvait causer des saignements potentiellement mortels. Comme je tombais souvent malade, mes parents me gâtaient et me surprotégeaient. Je suis devenue très égocentrique et j’ai commencé à me disputer avec quiconque portant atteinte à mes intérêts.

 

« Après le décès de ma mère, j’ai pris possession de tous ses précieux bijoux et je n’ai pas laissé mon frère avoir sa part.

 

« La pratique du Falun Gong, cependant, m’a complètement changée. J’ai retrouvé la santé et je suis devenue heureuse. J’ai appris à être prévenante. Je ne perds plus mon sang-froid et j’ai même cessé de riposter même si d’autres profitaient de moi. J’ai partagé les bijoux de ma mère avec mon frère. »

 

Mme Shao a également décrit un incident survenu dans le centre de détention où elle s’est rétablie d’une hernie discale en une journée.

 

« Après mon arrestation, j’ai été détenue au centre de détention. Il faisait très froid et humide. Les gardes m’ont interdit de faire les exercices du Falun Gong. En seulement deux mois, j’ai commencé à souffrir de problèmes cardiaques et d’une hernie discale.

 

« En raison de la douleur extrême dans le bas du dos, je ne pouvais pas bouger et j’étais presque paralysée. Après une audience préliminaire, j’ai quitté les locaux du parquet sur un brancard.

 

« La douleur a duré plus d’un mois. Ma jambe gauche a commencé à s’atrophier. Je n’arrivais pas à dormir. Peu importe à quel point c’était pénible, je savais que je ne pouvais pas abandonner. J’ai récité les enseignements du Falun Gong dans mon cœur et j’ai aussi demandé de l’aide à mon Maître.

 

« Un soir, j’ai senti de l’eau couler dans ma jambe gauche et j’ai pu me tenir debout. Le lendemain, alors que je faisais une sieste après le déjeuner, un courant de chaleur intense s’est écoulé à travers mon corps. Je me suis sentie très bien et ma lombalgie a été en grande partie soulagée. Je me suis vite rétablie.

 

« Sans aucun médicament, le Falun Gong est la seule explication pour mon rétablissement miraculeux. Plus tard quand mon avocat m’a rendu visite, il a vraiment été surpris de me voir marcher toute seule. »

 

Mme Shi Jing : Une employée digne de confiance et une bonne fille

 

Mme Shi Jing a raconté dans sa défense comment le Falun Gong lui a permis d’être en paix avec son travail. Elle est titulaire d’une maîtrise, mais a été affectée à la cafétéria (à l’époque, les diplômés de l’université en Chine étaient affectés à des postes de travail). Au lieu de se plaindre de son travail, elle a fait chaque tâche qui lui était confiée de son mieux. Son chef a dit qu’elle était une employée digne de confiance.

 

Mme Shi attribue également au Falun Gong le mérite de lui avoir donné la force de s’occuper pendant des décennies de ses parents alités avant leur mort. Sa mère lui a dit un jour : « Comment te remercier ? »

 

Elle a répondu : « Je fais ce qu’une fille est censée faire. » Initialement, lorsque la persécution a commencé en 1999, ses proches et ses amis s'étaient opposés à sa pratique du Falun Gong mais ils ont changé d’attitude lorsqu’ils ont été témoins de l’amour et de la patience dont elle faisait preuve envers ses parents. Ils ont dit qu’elle ne ressemblait en rien à ce que le régime communiste chinois dépeignait à la télévision.

 

Contacts des criminels impliqués :

 

Chen Hao (陈浩), juge, tribunal intermédiaire de Daqing : +86-459-6829158, +86-15304860196

Zhao Yan (赵岩), président, tribunal du canton de Dumeng : +86-13936700163

Zhao Meina (赵美娜), juge, tribunal du canton de Dumeng : +86-459-3432508, +86-15164585757

Kan Bo (阚波), procureur : +86-13359590906

Zhao Xingcai (赵兴才), chef de la Division de la sécurité intérieure du canton de Dumeng : +86-18645902000, +86-13836730005

 

Voir aussi :

 

Deux femmes du Heilongjiang condamnées à la prison pour leur croyance

 

La Cour empêche la famille, les amis et les avocats de participer aux procès de pratiquantes de Falun Gong

 

Les membres de la famille et les avocats harcelés lors du procès d’une pratiquante de Falun Gong

 

Mme Shi Jing arrêtée et emmenée au centre de lavage de cerveau de Qinglongshan (en anglais)

 

Une pratiquante de Falun Gong arrêtée au motif de "trop de circulation chez vous"

 

La persécution d’une pratiquante, Mme Shi Jing, au centre de détention de Daqing (en anglais)

 

 

Traduit de l’anglais en Suisse

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/3/3/168930.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/2/22/362087.html