Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

317,180,221 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les pouvoirs divins du Falun Dafa


La gratitude d'un nettoyeur pour la protection du Maître

 

Écrit par une pratiquante de Falun Gong de la province du Hebei, Chine

 

 

(Minghui.org) J’ai prévu de prendre ma retraite officiellement en octobre 2001. Cependant, on m'a refusé la pension en raison de la persécution du Parti communiste chinois contre les pratiquants de Falun Gong.

 

Quand je suis allée au département des ressources humaines pour ce sujet, on m'a montré le document « envoyé d'en haut » à notre unité de travail par le chef du personnel. Il a dit que toute personne qui se rendait à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong aurait leurs salaires arrêtés et tous les avantages annulés à leur retour. En outre, ils ne recevraient pas de versements de retraite mérités.

 

C'était le 25 août 2002, avec la recommandation d'un autre pratiquant de Falun Gong, je me suis rendue à une université locale pour postuler à un poste de gardien.

 

Mon mari souffre de diabète sévère et avait encore dix ans avant la retraite. Notre enfant étudiait à ce moment-là. Notre vie était déjà dure et maintenant ça empirait. J'ai dû laisser mon mari malade tout seul et je suis allée travailler comme nettoyeur dans un centre d'information d’une université.

 

Selon les règles du centre, les nettoyeurs devaient venir travailler une heure avant l'heure de travail normale tous les jours. La première chose chaque matin est d'obtenir un approvisionnement de sulfate conservé dans une vieille bouteille d'eau pour nettoyer les toilettes. Il est conseillé de ne pas en demander plus pour des raisons de sécurité.

 

Au début de septembre 2002, je suis allée chercher une bouteille de sulfate après mon arrivée au travail. Puisque j'ai dû travailler ailleurs d'abord, je l'ai laissée à côté d'une bouteille d'eau potable dans la zone de repos des employés pendant que je suis allée travailler ailleurs.

 

C'était une journée très chaude et j'ai vite senti soif. Je me suis précipitée de nouveau à la zone de repos pour boire de l'eau. J'ai pris une bouteille et j'ai commencé à boire. Ça n'avait pas bon goût. C'était chaud et brûlant.

 

J'ai réalisé que c'était le sulfate que j'ai bu ! J'ai tout de suite commencé à le cracher. Dès qu'il a touché le sol en béton, il a commencé à écumer.

 

J'ai rincé ma bouche avec de l'eau tout en me précipitant en bas dans la salle de service. J'ai dit à tout le monde : « J'ai bu la mauvaise eau ! J'ai bu le sulfate ! »

 

Tout le monde avait peur et a apporté de l'eau pour moi de continuer à rincer ma bouche. J'ai continué à le faire et tout le monde était nerveux.

 

Bientôt, les dirigeants de l'Université, les conférenciers et les administrateurs ont tous découvert que j'avais bu du sulfate par erreur. Effrayés, ils se sont précipités pour me voir.

 

Quand ils ont découvert que je ne semblais pas avoir quelque chose de mal, ils se sentaient soulagés, mais toujours effrayé. Je leur ai dit de ne pas s'inquiéter, comme je pratique le Falun Gong et j'ai la protection de mon Maître.

 

Cependant, après avoir dit qu'il n’y avait « pas de problème », chaque fois que j’ai rincé ma bouche et craché, tout ce qu'il touchait avait de petits trous brûlés au-dessus.

 

Quand j'ai montré à tout le monde les trous dans mon uniforme, mes chaussettes et chaussures, ils ont tous été étonnés : « Le Falun Gong est étonnant ! Le Falun Gong est incroyable ! La bouche d'une personne normale serait gravement brûlée.

 

L'un d'eux a même dit : « J'ai été témoin de ceux qui utilisent le sulfate pour nuire aux gens. C'était vraiment horrible. Pourquoi le sulfate ne vous a pas nui ? Le Falun Gong est vraiment incroyable ! »

 

Cet incident a provoqué un grand émoi dans l'université et dans les environs. Les gens ont tous répandu le mot : « Nous avons une personne de Falun Gong qui a bu de la bouteille de sulfate par erreur, mais elle n'a pas été du tout blessée. Le Falun Gong est vraiment incroyable ! »

 

C'était le compatissant Maître Li, le fondateur de Falun Gong, qui a protégé ce disciple. Combien de plus le Maître souffle pour moi ? En tant que disciple, je ne peux qu'être plus diligente en retour pour exprimer ma gratitude au Maître.

 

Il y a six étages au centre d'information où j'ai travaillé. Chaque étage dispose de deux nettoyeurs. Après avoir terminé leurs travaux, les employés feraient certaines de leurs propres corvées. Certains utiliseraient la poudre à laver de l'université pour blanchir leurs propres vêtements. D'autres pourraient rattraper la réparation des vêtements pour leur famille. Certains employés pourraient même apporter des articles du travail à la maison. Je ne fais jamais ces choses-là.

 

D'autres nettoyeurs m'ont dit : « Sœur Li, vous pouvez apporter votre propre travail ici pour faire. » Mais je leur ai dit : « Non, je suis une pratiquante de Falun Gong. Notre Maître nous oblige à être une bonne personne où que nous soyons et de ne pas profiter des autres. Nous avons besoin de nous comporter selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. »

 

Un nettoyeur au deuxième étage a dit : « J'ai entendu parler de Falun Gong dans le passé. Puis les autorités ont empêché les gens de pratiquer. Tout ce que j'ai entendu sur le Falun Gong était négatif. Maintenant, regarde sœur Li. Elle pratique le Falun Gong. Pourquoi est-elle différente de ce que les émissions de nouvelles télévisées nous disent ? Le Parti communiste ne cesse de nous raconter des mensonges tout le temps ! »

 

 

Traduit de l’anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/3/18/169086.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/3/4/362485.html