Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

317,377,428 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Nouvelles et activités dans le monde


Une audition parlementaire à Copenhague, Danemark, condamne les prélèvements forcés d’organes

 

Écrit par Tong Lin, correspondant pour Minghui à Copenhague

 

 

(Minghui.org) Le 5 avril 2018, tous les neuf partis du Parlement danois (Folketing) ont tenu une audition afin de débattre des prélèvements forcés d’organes sur les pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers d’opinion. Les députés ont condamné la pratique non éthique et se sont entendus pour considérer les questions des droits de l'homme dans la future coopération commerciale et économique avec la Chine.

 

En février dernier, plusieurs membres du Parlement du Parti populaire danois ont demandé à Anders Samuelsen, ministre des Affaires étrangères, quelle était la position du gouvernement concernant la répression du Falun Gong en Chine, en particulier les prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant.

 

Le Parti populaire danois avait auparavant interrogé le Cabinet du Danemark sur la question et en avait discuté. C’est la première audition parlementaire à mettre en lumière la violation des droits de l’homme visant les pratiquants de Falun Gong en Chine.

 

Claus Kvist Hansen (à droite) du Parti populaire a pris la parole lors de l’audition parlementaire danoise du 5 avril 2018, examinant les prélèvements forcés d’organes en Chine.

 

Crimes contre l’humanité

 

Claus Kvist Hansen, du Parti populaire, le deuxième plus grand parti au Parlement, a déclaré que la discussion d’aujourd’hui était différente des sujets habituels débattus au sein du Parlement, parce qu’elle impliquait la détention aléatoire de personnes par des régimes et des dictatures, ainsi que la torture et le massacre de civils. « Le fait que des gens semblent être soumis à l’emprisonnement systématique, à des examens médicaux suivis d’exécution, pour finalement être découpés et que des organes choisis soient vendus au plus offrant est à tel point incompréhensible que les mots me manquent. Et apparemment cela a lieu actuellement en Chine. » Il a dit que de tels crimes arrivent aux pratiquants en Chine. Il a trouvé cela d'une gravité au-delà des mots.

 

D’après ses recherches et observations, il n’a rien pu trouver de suspect ou de socialement dérangeant concernant la pratique spirituelle. « Hier, j’ai rendu visite à quelques représentants du Falun Gong, et j’ai constaté que les pratiquants de Falun Gong sont généralement des personnes en meilleure santé parce qu’ils ne consomment ni tabac ni alcool. Imaginez que ce soit vrai que des gens en Chine sont choisis comme du bétail à abattre pour être utilisés dans le trafic d’organes en raison de la qualité de leurs corps. Là encore, les mots me manquent.

 

Hansen a souligné qu’il est important que les pays démocratique osent se focaliser sur des crimes contre l’humanité. C’est pourquoi il a tenu à ce que l’affaire soit débattue au sein du Parlement.

 

La liberté d’expression est une des valeurs essentielles

 

Michael Aastrup Jensen, porte-parole du Parti de la Liberté (Venstre) pour les Affaires étrangères, a déclaré que les communistes de Chine avaient déjà influencé les Affaires intérieures au Danemark. Par exemple le Théâtre Royal a décidé d’annuler les représentations de Shen Yun simplement parce que cette troupe artistique est affiliée avec le Falun Gong.

 

« Nous pensons que, du point de vue du Venster, cela est profondément, profondément honteux. Et nous pensons également que c’est très grave », a-t-il poursuivi. « Au Danemark, dans une démocratie libérale, la liberté d’expression est une des valeurs absolument essentielle. Par conséquent, nous devons aussi dire quelque chose à ce sujet. »

 

« La critique doit être présentée en toutes occasions »

 

Nikolaj Villumsen de l’Alliance Rouge-Vert a approuvé. Il a rappelé que le gouvernement danois a déclaré qu’il avait eu des dialogues critiques derrière des portes closes. Mais davantage d’efforts sont nécessaires pour assurer que de tels dialogues soient suivis de réels progrès.

 

« C’est aussi pourquoi il est important de critiquer la répression en cours », a-t-il ajouté. Il a fait remarquer que ce n’était pas seulement les pratiquants de Falun Gong qui étaient violemment réprimés, mais que d’autres groupes faisaient aussi face à des situations similaires. « Il y a aussi le problème des prélèvements d’organes », a-t-il poursuivi, le Danemark doit clairement exhorter le gouvernement chinois à respecter les droits de l'homme fondamentaux de sa propre population et mettre fin à la persécution. Cette critique doit être présentée en toutes occasions et à tous les forums appropriés. »

 

Une question de conscience

 

Kenneth Kristensen Berth du Parti populaire danois s’est dit perturbé par la situation en Chine. « Je crois que cela porte en fait atteinte à de nombreuses personnes… la situation dont nous débattons implique de prendre des prisonniers, de voler leurs corps, les faisant mourir dans le processus, et nous parlons de dialogue sur un pied d’égalité. Je trouve extrêmement difficile d’avoir un dialogue sur un pied d’égalité avec un régime qui est derrière cette sorte de chose. » Il a dit que c’était une question de conscience.

 

« J’aime la Chine, j’aime la culture chinoise, et je pense que c’est un pays culturellement merveilleux, qui a malheureusement été détruit par le régime qu’ils ont, et je ne sais pas si je dois l’appeler communiste, ou plutôt fasciste rouge », a-t-il dit.

 

« Nous devons nous faire clairement entendre dans ce domaine »

 

Rasmus Nordqvist de L’Alternative a déclaré qu’il aimerait se joindre à la discussion compte tenu de l’importance du sujet, à savoir la persécution des membres du Falun Gong, « ces prélèvements d'organes que nous examinons, qui se poursuivent malheureusement. »

 

Il a dit qu’en dépit de ce que le gouvernement chinois a déclaré : « Nous devons nous faire clairement entendre dans ce domaine, et souligner cette critique. » Il était reconnaissant que le sujet soit soulevé parce que, a-t-il dit : « Il est manifeste que ce [crime] ne doit pas arriver. »

 

Le ministre des Affaires étrangères : La persécution continue en Chine

 

Anders Samuelsen, ministre des Affaires étrangères à l’audition

 

Anders Samuelsen, ministre des Affaires étrangères, a déclaré que la répression du Falun Gong continue. « D’après les groupes des droits de l’homme, la persécution individuelle des pratiquants de Falun Gong continue à être observée, ils sont détenus arbitrairement, arrêtés et jugés, et soumis à des sévices physiques et mentaux. La pratique du Falun Gong a mise hors-la-loi en Chine depuis 1999. »

 

Il a dit que le gouvernement danois suit constamment et de près la situation des droits de l'homme en Chine, et que la situation est régulièrement débattue avec la Chine. « J’aimerais souligner que le gouvernement trouve clairement la situation des pratiquants de Falun Gong arrêtés et soumis à la violence très préoccupante. » Le gouvernement entend continuellement soulever la question des droits de l'homme et chercher à améliorer la situation des droits de l'homme en Chine. »

 

Mettre fin à la persécution

 

Hansen a annoncé une proposition commune du Parti populaire danois, de l’Alliance Rouge-Vert, et de l’Alternative, pour adoption. Il a dit que le Parlement exprime son inquiétude à propos de la répression élevée des droits de l'homme par la Chine. « Le Parlement appelle la Chine à respecter les droits de l'homme fondamentaux de sa population et à cesser la persécution des activistes pro-démocratie, des syndicalistes, et des minorités nationales et religieuses, comprenant le Falun Gong, les Tibétains, les chrétiens et les Ouïghours. »

 

Hansen a poursuivi : « En même temps, le Parlement prend note des critiques soulevées par la Chine pour les droits de l'homme. S’agissant des prélèvements violents d’organes, nous appelons la Chine à cesser immédiatement d’utiliser les corps de personnes qui ne sont pas librement enregistrées comme donneurs d’organes. Le Parlement appelle à ce que la coopération entre les institutions de santé chinoises et danoises soit suspendue jusqu’à ce que la Chine ait mis en œuvre des pratiques de transplantation crédibles et transparentes. »

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/4/14/169366.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/4/10/363977.html