Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

305,285,064 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une femme dupée en donnant des preuves auto-incriminantes, est condamnée sans représentation légale

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Heilongjiang, Chine

 

 

(Mingui.org) Mme Zhang Chenghua a été attrapée vers 8 heures du matin le 27 mars 2018, quelques instants après être sortie de son immeuble. Cette femme de 78 ans a été emmenée directement au tribunal municipal de Mishan, où la juge Zhang Ying a annoncé qu'elle avait été condamnée à un an de prison et à une amende de 10 000 yuans.

 

Deux heures plus tard, Mme Zhang avait déjà été envoyée au centre de détention de la ville de Jixi au moment où sa famille se précipitait au tribunal. Il était évident pour eux que l'audience n'était qu'une formalité pour prononcer un verdict de culpabilité prédéterminé contre elle.

 

Mme Zhang a été ciblée parce qu'elle a refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Elle a été arrêtée pour la première fois le 11 mai 2017 et sa maison a été fouillée. Wang Haiqing, chef adjoint du Bureau de la sécurité intérieure de la ville de Mishan, n'a jamais montré de mandat de perquisition ni produit une liste des objets confisqués comme l'exige la loi.

 

Pendant son interrogatoire, Wang a saisi la main de Mme Zhang pour qu'elle mette ses empreintes digitales sur un document qu'il ne lui a jamais été permis de lire. Elle a réalisé plus tard que le document contenait des preuves fabriquées contre elle.

 

Plus tard, Wang a contraint la petite-fille de Mme Zhang à signer un autre document en menaçant d'envoyer sa grand-mère au centre de détention local. La jeune femme découvrira plus tard qu'elle avait été inscrite à son insu ou sans consentement comme témoin à charge.

 

Pendant sa libération sous caution, Mme Zhang a été convoquée deux fois au parquet local. La première fois qu'elle y est allée, on lui a dit de mettre ses empreintes digitales sur des papiers pour la faire libérer. Elle a cru le mensonge et s'est conformée à la demande. La deuxième fois, on lui a dit que le parquet retournerait son cas à la police si elle signait un document. Elle a de nouveau été la proie de leur duperie.

 

Mme Zhang était à la maison le 22 janvier 2018, lorsque deux personnes ont frappé à la porte, disant qu'il s'agissait de travailleurs qui vérifiaient les tuyaux. Elle a ouvert la porte, mais a été attrapée et emmenée au tribunal municipal de Mishan.

 

Elle a demandé pourquoi ils lui avaient encore menti et le policier qui a répondu a dit que c'était la seule façon de l'obliger à ouvrir la porte. Alors qu'elle écoutait le procureur Dong Ming lire l'acte d'accusation, Mme Zhang s'est rendu compte que les documents qu'elle et sa petite-fille avaient signés étaient utilisés comme preuves de poursuite contre elle.

 

Le juge Zhang et ses assistants ont alors essayé de faire signer de nouveaux papiers à Mme Zhang. Cette fois, elle a fermement refusé.

 

Même si Mme Zhang a été libérée après la première audience, elle a été remise en détention deux mois plus tard et condamnée en moins de 20 minutes.

 

La famille de Mme Zhang a engagé un avocat local pour faire appel de l'affaire, mais le tribunal intermédiaire de la ville de Jixi a ordonné à l'avocat de ne pas la défendre comme innocente. Sa famille n'a pas pu obtenir de mises à jour de la part de l'avocat. Ils ont appelé à la cour d'appel le 19 avril et on leur a dit que l'affaire n'avait pas encore été enregistrée auprès du tribunal supérieur.

 

Les proches de Mme Zhang lui ont rendu visite au centre de détention local plus tard dans la journée et ont appris que la cour d'appel avait déjà envoyé des gens pour lui parler de son cas. Sa famille est retournée devant la cour d'appel et a présenté une demande pour la représenter dans son appel. Le juge Yang Zongyuan les a avertis qu'ils n'avaient absolument pas planifié de tenir une audience publique.

 

Officier Wang Haiying : +86-467-5220366, +86-467-5232555, +86-13836516222

 

Cour intermédiaire de la ville de Jixi : +86-467-2881848, +86-467-2881953, +86-467-2881849

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/4/28/169523.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/4/26/364594.html