fr.minghui.org - version française du site Minghui

Le 13 juin 2018

Un homme du Heilongjiang meurt 12 jours après avoir été libéré pour raison médicale

 

Écrit par un correspondant dans la province du Heilongjiang, en Chine

 

 

(Minghui.org) M. Lu Shubin était émacié mais avait le ventre gonflé lorsqu'il a été libéré pour raison médicale le 17 mai 2018. On lui avait diagnostiqué un cancer du foie et une ascite 15 jours auparavant. Il est décédé le 29 mai à l'âge de 56 ans.

 

Cet habitant de la ville de Dongbao a été arrêté le 2 février 2015, après avoir été dénoncé pour avoir distribué des documents d'information à propos du Falun Gong, une pratique corps-esprit persécutée par le régime communiste chinois.

 

M. Lu était connu comme un homme de mauvaise humeur avant qu'il ne commence la pratique du Falun Gong en 2012. Il battait souvent sa femme et sa fille pour des choses insignifiantes et il avait poursuivi un policier de la circulation qui lui avait mis une amende. Il a totalement changé après avoir commencé à vivre selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance du Falun Gong.

 

Fort de son expérience de première main du Falun Gong, M. Lu saisissait chaque opportunité pour informer les gens que la pratique n'a rien à voir avec ce qu’en dit la propagande d’État. Cela l'a conduit en garde à vue en février 2015. Il a comparu devant le tribunal le 9 juillet de la même année et a été condamné à 3 ans et demi de prison.

 

M. Lu s’est vu diagnostiquer une ostéoporose et il a perdu la capacité de marcher sans aide alors qu’il attendait son procès au centre de détention de Suiyang, mais il a été néanmoins admis en prison. Il a été détenu dans la prison de Mudanjiang pendant trois mois avant d'être transféré à la prison de Hulan.

 

La famille de M. Lu a demandé sa libération pour raison médicale, mais les responsables de la prison de Hulan ont dit qu'il n'était pas assez malade.

 

Wang Bindong a battu M. Lu en avril 2017 parce qu'il faisait les exercices du Falun Gong en prison. Il avait du sang dans les yeux suite aux coups.

 

Lors d'un appel téléphonique en février 2018, M. Lu s'est plaint à sa famille qu'il n'avait pas d'appétit, qu'il vomissait sans cesse et que ses jambes enflées le faisaient souffrir.

 

Sa famille a remarqué qu'il était extrêmement maigre quand ils lui ont rendu visite le 3 avril.

 

La prison a appelé la famille le 23 avril pour leur dire qu’on lui avait diagnostiqué une cirrhose du foie et que des fonds étaient nécessaires pour couvrir ses frais médicaux. La famille a été contrainte de transférer 2000 yuans à la prison, bien que la prison soit légalement tenue de fournir des soins médicaux à ses détenus. Non seulement cela, la famille avait déjà payé 200 yuans pour acheter une assurance médicale pour M. Lu quand il a été admis en prison au tout début.

 

La prison a de nouveau appelé le 26 avril, disant que l'état de santé de M. Lu s'était détérioré. Sa famille lui a rendu visite deux jours plus tard et a vu que son ventre était très enflé. Il a dit qu'il avait du mal à s'endormir. Sa famille a fait un dépôt de 700 yuans à l'hôpital de la prison, mais l'argent n'a jamais été utilisé pour M. Lu ni rendu à sa famille à sa mort.

 

La prison a appelé une troisième fois, le 2 mai, et a déclaré que M. Lu avait un cancer du foie, des ascites et des calculs rénaux. Ils ont proposé de le faire libérer pour raison médicale, mais le Bureau judiciaire de Dongning n'a reçu cette demande que le 8 mai. Le Bureau a envoyé des gens examiner l'état de M. Lu deux jours plus tard.

 

M. Lu a finalement obtenu sa libération pour raison médicale le 17 mai. Il n'a pas pu s'asseoir, manger ni dormir confortablement pendant ses derniers jours. Il est mort 12 jours après sa libération.

 

Voir également (en anglais) :

 

Seven Tried in Heilongjiang for Distributing Information, Calligraphy Containing “Truthfulness-Compassion-Forbearance”

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/6/9/170703.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/6/7/368527.html