Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

307,522,876 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Valider Dafa avec les paroles et les actes


L'hôpital m'a abandonné, mais j'avais la foi que je me rétablirais

 

Écrit par un pratiquant de Falun Gong de la ville de Qingdao, province du Shandong, Chine

 

 

(Minghui.org) J'ai 84 ans et je vis à la campagne. En raison des politiques du Parti communiste chinois (PCC), j'étais très pauvre et j'ai dû travailler très dur depuis mon plus jeune âge. Cela m'a laissé de nombreuses maladies, y compris des étourdissements, des problèmes de vésicule biliaire et des douleurs aux jambes. Ma femme n'était pas en bonne santé non plus et elle souffrait de grippe intestinale, d'une dépression nerveuse et de maux de tête dus au stress. Nous n'avions pas d'argent pour les traitements et nous avons dû endurer année après année.

 

Un voisin m'a dit une fois en 1998 : « J'ai entendu dire que le Falun Gong a un grand effet sur l'amélioration de la santé et la guérison des maladies. Tu veux essayer ? » Ma femme et moi avons commencé à le pratiquer.

 

Nous avons assisté à des exercices de groupe le matin et le soir pendant ces journées. Nous avons également écouté les conférences audio tous les jours. Nous étions très enthousiastes et heureux. En deux mois, ma femme et moi avions recouvré la santé. Je ne pouvais pas travailler sur le terrain, mais j'ai amené d'autres personnes à faire des travaux de construction. Notre vie s'est de plus en plus améliorée et nous sommes devenus une famille riche dans le village.

 

J'aimerais partager plusieurs histoires sur la façon dont Maître Li Hongzhi (le fondateur du Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa) m'a aidé.

 

Une deuxième vie

 

L'ancien dirigeant du Parti communiste Jiang Zemin a interdit le Falun Gong en 1999 et a commencé une propagande haineuse massive et la persécution de cette pratique. Pour aider les gens à comprendre le Falun Gong et la gravité de la répression, ma femme et moi sommes allés tous les jours en vélos pour distribuer des documents d'information.

 

La police m'a amené au poste de police local un jour de 2002. Ils m'ont torturé pendant cinq jours pendant ma détention et m'ont extorqué 5000 yuans. Lors de mon retour à la maison, j'ai ressenti une immense pression et je me suis relâché dans l'étude des principes du Fa. En conséquence, j'ai eu des tribulations de maladie, y compris un horrible mal d'estomac.

 

Mes enfants n'étaient pas des pratiquants et ils m'ont envoyé à l'hôpital. Les médecins ont dit qu'il s'agissait d'un cancer de l'intestin et ont pratiqué une intervention chirurgicale. Six jours plus tard, j'ai senti que quelque chose n'allait pas et j'ai remarqué que l'incision était ouverte. Le médecin a effectué une deuxième intervention chirurgicale et a recousu l'incision. Elle s'est rouverte le quatrième jour. En outre, il y avait une bosse due à un excès de gaz dans l'intestin. Un médecin a dit : « Ça ne marchera pas. Il ne vous reste que quelques jours à vivre, alors vous pouvez rentrer chez vous. » J'ai jeté un coup d'œil et j'ai vu que mon intestin était sur le point de tomber. Je l'ai donc recouvert de ma main pour l'empêcher de tomber et de tomber sur le sol. Effrayé par cette scène, le médecin est sorti et a discuté avec mon fils et ma fille dans le couloir pour savoir s'il fallait me renvoyer chez moi. Ils ont parlé pendant trois heures pendant que je couvrais mon intestin durant ces trois heures pour le protéger. Personne n'est venu me parler pendant ce temps.

 

Je suis resté calme et il n'y avait qu'une seule phrase dans mon esprit : je suis un pratiquant de Falun Gong et Maître Li s'occupera de moi.

 

Mes enfants ont demandé au médecin : « Que diriez-vous d'un secours d'urgence ? » Le médecin était impatient : « Vous feriez mieux de partir maintenant. Nous ne vous facturerons pas les frais de la deuxième intervention chirurgicale. S'il vous plaît, partez ! » Quelqu'un nous a dit que les médecins craignaient que si je meurs à l'hôpital, ma famille puisse les tenir responsables. Ils se sont donc dépêchés pour nous renvoyer à la maison. Mes enfants se sont tournés vers moi et m'ont demandé mon avis. J'ai répondu : « Rentrons à la maison. J'y pense depuis longtemps. » Ne voyant pas de meilleure solution, mes enfants m'ont enveloppé l'estomac d'un bandage. Ils m'ont emmené dans un véhicule avec une civière et nous sommes rentrés à la maison.

 

Je me suis couché dans le lit, incapable de manger. De plus, j'ai continué à vomir un liquide teinté de sang. L'incision a également continué à saigner. Même la soupe au poulet que ma femme m'a donnée est sortie par l'incision. La peau des deux côtés de la coupure était pourrie. Voyant le fil exposé hors de l'incision, ma femme l'a sorti et l'a jeté.

 

Les amis et les parents qui m'ont rendu visite ont été effrayés par mon état. « Ça ne va pas marcher. Nous ferions mieux de nous préparer pour ses funérailles », a dit l'un d'eux.

 

Ma sœur m'a apporté un linceul et j'ai dit à ma femme de le jeter : « Je suis un pratiquant et le Maître s'occupera de moi. Je me rétablirai, c'est sûr. »

 

Étonnamment, je n'ai ressenti aucune douleur après les opérations. Sachant que le Maître m'aidait, je n'avais pas peur et j'étais très calme. Mon esprit était clair tout le temps. Dès mon retour à la maison, j'ai écouté les conférences audio du Maître tous les jours, tandis que ma femme faisait les exercices de Falun Gong à côté du lit. Au début, je ne pouvais pas me lever et je ne pouvais imiter que certains mouvements. Plus tard, j'ai pu m'asseoir et j'ai commencé à faire plus de mouvements. Je n'ai pas pris de médicaments à cette époque. Ma femme nettoyait l'incision avec de l'eau, de l'eau salée ou de l'alcool.

 

Étonnamment, l'incision n'avait aucune infection et je n'avais pas de fièvre. Ma femme avait aussi une foi inébranlable dans le Maître. Elle n'avait pas peur et m'a rappelé de croire au Maître. Comme je ne pouvais pas manger, mon corps était émacié. Mes amis et ma famille n'osaient même pas me regarder.

 

Un médecin du village est venu me voir et m'a dit : « Puisque vous ne pouvez pas manger, pourquoi ne pas vous injecter un peu de nourriture ? » Je l'ai remercié et j'ai dit non : « Ça va aller. Je suis un pratiquant de Falun Gong et mon Maître s'occupera de moi. »

 

Le temps passait vite, et l'incision et la peau pourrie séchaient jour après jour. L'incision de vingt centimètres de long a également commencé à cicatriser du bord jusqu'au milieu. À l'une des extrémités de l'intestin, la coupure était grosse, environ cinq centimètres de diamètre et c'était difficile de récupérer. Un jour, ma femme a remarqué que quelque chose de nouveau poussait de l'intérieur de l'estomac, ce qui plus tard a comblé le vide. J'étais très reconnaissant et j'ai dit à ma femme : « Le Maître est si capable et il est toujours là pour nous aider. »

 

L'incision a été complètement guérie en deux semaines environ et j'ai pu sortir du lit. En un mois, ma femme et moi pouvions aller au marché agricole pour parler du Falun Gong.

 

Nos amis, parents et résidents du village ont tous été impressionnés. Ils ont parlé de mon histoire avec d'autres personnes : « Une personne était mourante et même l'hôpital a refusé de l'admettre. Cependant, sa santé s'est rétablie grâce à la pratique du Falun Gong. »

 

Quand je suis sorti pour parler du Falun Gong, les gens qui me connaissaient aimaient entendre mon histoire, tandis que ceux qui ne me connaissaient pas devenaient curieux. Certains ont appris comment le PCC avait fait du mal aux gens et ils ont décidé de démissionner du Parti.

 

En outre, je me suis également rendu dans les services de police et dans mon ancien lieu de travail pour parler du Falun Gong aux gens et leur demander de démissionner des organisations du PCC.

 

Une affaire judiciaire

 

La nouvelle de mon rétablissement est également parvenue à l'hôpital. Au lieu de reconnaître qu'il s'agissait d'une faute professionnelle médicale, l'hôpital m'a poursuivi en disant que je n'avais pas payé ma facture médicale.

 

Lorsque ma femme et moi sommes allés à l'audience, nous y avons trouvé beaucoup de passants. Devant le juge, j'ai fait part de mon expérience : « Les médecins m'ont demandé de rentrer chez moi parce qu'ils ne voulaient pas que je meure là-bas. Ils m'ont également dit qu'ils ne me factureraient pas l'opération. Après mon retour à la maison, je n'ai pas pris de médicaments. C'est le Falun Gong et mon Maître qui m'ont aidé à me rétablir. Sans le Falun Gong ou Maître Li, je serais mort il y a longtemps. » De nombreuses personnes qui se sont présentées à l'audience étaient convaincues que c'était la faute de l'hôpital. Ils ont dit que je devrais poursuivre l'hôpital au lieu de les payer.

 

J'ai dit : « En tant que pratiquant de Falun Gong, je suis le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et j'essaie d'être une meilleure personne. Je paierai donc la facture de toute façon. » Beaucoup de gens dans la salle d'audience ont été surpris et m'ont regardé avec admiration.

 

J'ai ensuite emprunté de l'argent, je suis allé à l'hôpital et j'ai donné l'argent au médecin et au directeur de l'hôpital. J'ai dit : « Nous savons tous que mon problème ne pouvait pas être traité ici et j'ai été renvoyé chez moi. Je n'ai pas de ressentiment parce que je pratique le Falun Gong. J'ai pu me rétablir aussi parce que je pratique le Falun Gong. » Ils ont acquiescé d'un signe de tête. Je leur ai alors dit qu'on serait béni en se souvenant que : « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. » Ils m'ont remercié et ont dit que les pratiquants du Falun Gong sont de bons citoyens dans la société.

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/6/13/170754.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/6/12/368716.html