Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

321,980,155 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2018 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


Un ancien directeur de la sécurité : « J'étais présent lors de l'incident de l'auto-immolation de Tiananmen »

 

Écrit par Chang Qing en Chine

 

 

(Minghui.org) Mon mari et moi avons vécu et travaillé dans le Xinjiang en Chine pendant plus de 60 ans. En avril 2002, nous avons décidé de retourner dans notre ville natale. Le directeur local de la sécurité, qui est un ami personnel, est venu nous rendre visite. Nous avons discuté avec lui pendant près de trois heures et demie.

 

Lorsque le sujet de l’incident de l'auto-immolation de Tiananmen a été soulevé, il a déclaré : « Dans les jours qui ont précédé l'événement en 2001, les principaux directeurs du Bureau de la sécurité publique du canton ont été convoqués à Pékin pour une réunion. J'y ai également participé.

 

« Après la réunion, nous avons tous visité la Cité Interdite (un complexe de palais dans le centre de Pékin). Soudain, nous avons reçu l'ordre de nous rendre sur la place Tiananmen, où nous avons été témoins de la mise en scène de l'auto-immolation. »

 

Notre ami a trouvé le timing suspicieux. C'était comme si les hauts fonctionnaires de Pékin avaient voulu que les directeurs assistent personnellement à cet événement mis en scène.

 

Il a poursuivi : « Quand le Falun Gong a fait sa protestation pacifique à Pékin, le 25 avril 1999, j'ai découvert que plus de 200 personnes avaient déjà commencé la pratique dans notre ville.

 

« J'ai découvert que tous ces pratiquants étaient de bonnes personnes et qu'aucun d'entre eux n'avait commis de crimes. Donc, je savais que le Falun Gong devait être bon.

 

« Un administrateur que je connais a dit : "Il n'y a rien de mal à pratiquer le Falun Gong. Cela permet également aux pratiquants d'économiser beaucoup de frais médicaux inutiles ! »

 

Beaucoup de pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés dans sa ville après que le Parti communiste chinois a lancé la persécution en juillet 1999. Notre ami directeur a averti la police locale « d'agir conformément à la politique officielle ».

 

Par conséquent, de nombreux pratiquants qui avaient été arrêtés dans sa région ont été libérés après quinze jours de détention. Pendant ce temps, ils ont été autorisés à lire les livres de Dafa et à pratiquer les cinq séries d'exercices. Ils n'ont jamais été interrogés ou torturés.

 

En revanche, de nombreux centres de détention du Xinjiang ont confisqué les biens personnels des pratiquants, les ont obligés à effectuer des travaux forcés, leur ont rasé la tête et ne leur ont pas permis de pratiquer les exercices.

 

Chaque jour, les pratiquants devaient réciter les règlements du centre de détention et vivaient à 11 personnes ou plus dans une petite cellule de 10 mètres carrés.

 

Les gardes leur fournissaient seulement deux petits repas par jour. Dans la matinée, ils recevaient un bol de gruau et un petit pain cuit à la vapeur. Dans l'après-midi, ils recevaient un bol de soupe aux légumes et un petit pain.

 

Si un pratiquant voulait manger à midi, il devait acheter sa propre nourriture à la cafétéria du centre de détention, pour le double du prix normal. Les membres de la famille n'étaient pas autorisés à envoyer des articles ménagers ou de la nourriture aux pratiquants.

 

Lorsque notre ami directeur a été promu au poste de directeur adjoint d'un bureau local du Congrès national du peuple, dans un autre canton, la persécution dans son ancienne ville s'est beaucoup intensifiée.

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/6/15/170770.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/6/2/368327.html