Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Entretien avec un médecin de Chine : Un esprit naturellement clair est un esprit plein de bonne volonté

None

Samedi 1 mai 2010

(Minghui.org)

Par notre correspondant Xin Yu

Voici l’histoire d’un médecin de 30 ans qui a déménagé de la Chine vers les États-Unis, il y a près de dix ans. Il a commencé à pratiquer Falun Gong après l’appel historique du 25 avril 1999, à Pékin. Il a été interviewé à l'occasion du 11eme anniversaire de l’appel du 25 avril.


Le Journaliste : Pouvez-vous s'il vous plaît vous présenter ?

Le médecin: Je suis né en 1980 et j’ai eu 30 ans cette année. Mes parents et moi sommes venus aux États-Unis, il a prés de dix ans en tant qu’immigrés. Je suis diplômé d’une école médicale en Chine, et j’ai assisté à des programmes de formation aux États-Unis et obtenu un doctorat. Je suis interne en médecine dans l’un des dix meilleurs hôpitaux de ce pays.


Le Journaliste : Quel type de personne étiez-vous en grandissant ? Quels étaient vos principaux centres d’intérêts ?

Le médecin : Notre famille a bénéficié d’un style de vie confortable grâce à la réforme économique et la politique d’ouverture de la Chine dans les années 1980. Enfant, j’aimais jouer. Je suis entré au collège plus tôt que mes camarades et je pratiquais beaucoup de sports, comme la natation, le bowling, le basket-ball et autres, et j’aimais les jeux d'ordinateur, regarder des films et autres sortes de divertissements. J’aimais aussi lire. Ma famille était fortunée et je pouvais lire des livres de médecine, et d’histoire. J’ai lu les quatre célèbres classiques très jeune. Lorsque j’étais au collège, je fréquentais la librairie San Lian et j’ai lu beaucoup de livres sur l’humanité, la littérature et la science. J’ai aussi visité les bibliothèques des universités de Pékin et de Qinghua. Bien qu’étudiant en médecine, j’ai lu de nombreux livres sur les sciences sociales. Maintenant, que je suis pratiquant de Falun Gong, je passe la plus grande partie de mon temps libre à travailler sur des projets de Dafa, lire les livres de Dafa et faire les exercices.


Le Journaliste :: Quand avez-vous entendu parler de Falun Gong?

Le médecin : C’était fin 1998. Lors d’une fête, j’avais beaucoup bu et je ne me sentais pas bien. Un camarade de classe m’a montré le livre Zhuan Falun. En tant qu’étudiant universitaire, j’ai réalisé que j’avais de nombreuses options dans la vie. En y consacrant mes efforts, je pouvais aisément obtenir des récompenses comme de l’argent, des titres et un statut social élevé. Ceci reste encore vrai, même aujourd’hui. A cette époque, ma compréhension sur la vie était juste celle-là, comme si ces choses étaient tout. Mais après avoir réalisé tous mes buts, je me sentais encore un peu vide. Après avoir lu 'Zhuan Falun', j’ai découvert que j’étais d’accord avec presque tout ce dont parlait le livre. J’ai l’ai lu presque par hasard.


Le Journaliste : Vous n'aviez alors que 18 ans. Pouviez-vous réellement accepter tous les points de 'Zhuan Falun' à 18 ans ?

Le médecin : J’avais beaucoup lu avant cela, sur la physique, la science générique et l’astronomie. En tant qu’étudiant en médecine, j’ai étudié la génétique et les sciences de la vie. Les jeunes sont curieux. J’étais aussi intéressé par l’environnement politique en Chine et davantage. Actuellement, Han Han est une idole en Chine. Ce qu’il a écrit concernant la période actuelle – j’avais les mêmes pensées alors. J’ai lu sur le Bouddhisme, j’ai lu deux fois la Bible, et j’ai aussi lu Dao De Jing. Après avoir lu tous ces textes, j’ai découvert que 'Zhuan Falun 'répondait à toutes les questions se rapportant aux autres religions. Il répondait aussi aux questions concernant la science. Vous savez, la science ne peut expliquer les questions des religions, et vice-versa ; mais Falun Dafa explique tout.

Je n’avais pas de problèmes de santé et ma vie était plutôt réussie. Après avoir lu le livre, j'ai pensé : ‘’Wow c’est la vérité ! Bien que je n’ai pas commencé à pratiquer immédiatement, je savais que Falun Gong est un bon système de ‘cultivation’.


Le Journaliste :: Après avoir lu Zhuan Falun et d’autres livres de Falun Gong, vous avez réalisé que les livres disaient la vérité. Aviez-vous décidé de pratiquer un jour ?

Le médecin : Désolé, j’étais jeune. Bien que sachant que Dafa est bon, je savais aussi que je devais abandonner de nombreuses mauvaises habitudes. Ainsi, je pensais, attendons un peu. En tant que jeune homme, je profiterai un peu plus de la vie. Mais je continuais souvent à lire les livres [de Falun Dafa].


Le Journaliste : Lorsque le Parti communiste chinois a commencé la persécution de Falun Gong en 1999, vous étiez encore en Chine. Qu'avez vous ressenti à l'époque ?

Le médecin : Le 25 avril 1999, je surfais sur Internet dans un cybercafé. Le gouvernement exerçait un contrôle étroit sur les journaux, mais les médias Internet n’étaient pas aussi contrôlés qu’ils le sont aujourd’hui. Les reportages d’Internet ont dit que les pratiquants de Falun Gong s'étaient rassemblés à Zhongnanhai et ne répétaient pas la ligne officielle des médias qui accusaient Falun Gong d’avoir ‘’assiégé’’ Zhongnanhai. Je me suis dit, maintenant je dois commencer à pratiquer Falun Gong. Sans quoi, qui sait ce qui surviendra la semaine prochaine. Je suis sorti et j’ai trouvé un site de pratique. Ainsi, j’ai commencé à pratiquer juste après le 25 avril 1999.


Le Journaliste : Lorsqu’une propagande négative est diffusée pendant une campagne politique, la plupart des gens tendent à être découragés et s’éloigner de la controverse. Vous avez pris l'approche contraire, pourquoi ?

Je me suis dit: ‘’Je dois décider ce qu’il y a de mieux pour moi. Pourquoi dois-je vous écouter (le PCC) ? De plus, le PCC est certainement incapable de m’apporter tous les bénéfices que m’apporte Falun Gong. Par exemple, j’étais un étudiant méritoire, et le Parti m’a attiré pour que je les rejoigne. Mais si je n’avais pas été aussi bon, le Parti ne se serait pas soucié de moi. Les gens sont pratiques et choisissent ce qui est bon pour eux. Donc je n’ai prêté aucune attention à la propagande même une fois la persécution commencée.


Le Journaliste :Y avait-il une autre raison spéciale pour que vous choisissiez Falun Gong ?


Le Journaliste : Vous résidez Aux États-Unis depuis presque dix ans. Vous choisissez de continuez à pratiquer Falun Gong dans ce pays libre. Qu’en pensent vos amis et votre famille ? Comprennent-ils votre choix ?

Le médecin : Au début, non. Certains étaient effrayés. Ils s’inquiétaient aussi de mon avenir, bien que vivant aux États-Unis depuis si longtemps. Ils ont finalement commencé à connaître les faits et appris que ‘’l’auto-immolation’’ de Tiananmen était un canular. Bien qu’ils ne l’aient pas exprimé à voix haute, ils pouvaient distinguer le vrai du faux. Lorsque les membres de ma famille ont appris que je ne fumais, ne buvais pas, ne faisais pas de mauvaises choses et menais une vie stable, ils se sont fait leur propre opinion.

Dans ma pratique médicale, je me suis spécialisé dans des domaines hautement compétitifs ; même la plupart des diplômés des écoles médicales des États Unis ont du mal à y entrer. C’est encore plus difficile pour un immigré chinois. Chaque année, aux États-Unis, moins de 200 postes sont ouverts, mais plusieurs milliers de personnes s'y présentent. Mes études de premier cycle se sont déroulées en Chine, ce qui était un désavantage pour moi. En tant que pratiquant de Falun Gong, je considère ma chance comme issue de la ‘cultivation’ de Dafa. Pratiquer Falun Gong m’a apporté une meilleure vie. Il est difficile de l’expliquer en utilisant un mode de pensée conventionnel.


Le Journaliste :Maintenant, les membres de votre famille sont heureux de votre situation, n’est-ce pas?

Le médecin : Toutes le monde se préoccupe de choses tangibles comme mes réalisations académiques, n’est-ce pas? Ils peuvent aussi considérer ma vie de famille. Mon épouse est aussi une pratiquante. Elle est une excellente personne, et nous sommes une famille très heureuse. Ainsi, mes parents n’ont aucun reproche à faire. Oui, ils sont satisfaits.


Le Journaliste : Après plus de dix ans de ‘cultivation’ dans Falun Gong, quel est le plus grand changement qu'il y a eu en vous ?

Le médecin : Pouvoir courageusement faire face à mes propres insuffisances. Les gens ordinaires, aussi accomplis qu'ils soient, que ce soit les meilleurs professeurs ou les hommes d’affaires ayant le mieux réussi, si vous les critiquez, ils sont malheureux, et ils rétorqueront probablement. Falun Gong enseigne ‘’ …ne rendez pas les coups quand on vous frappe, ne répondez pas quand on vous insulte..’’ (Neuvième conférence, Zhuan Falun, traduction version 2003). Les pratiquants considèrent leur propre problème lorsqu’un conflit survient. Cela semble simple, mais c’est très difficile à suivre en réalité. Mais ces principes peuvent beaucoup améliorer les standards moraux et les qualités spirituelles des gens. Ces exigences uniques pointent directement l’esprit des gens et offrent aux pratiquants d’immenses récompenses en termes de santé physique et de caractère.


Le Journaliste : Avez-vous eu des expériences spécifiques en tentant de suivre ces principes ?

Le médecin : Un exemple simple. Dans la pratique médicale, les médecins vétérans supervisent toujours les plus jeunes. Lorsqu’un médecin expérimenté critique les jeunes, ces derniers n’aiment pas ça et quelquefois, se rebellent. Certains se taisent par peur de plus de critiques ou de ramifications futures dans leurs carrières. Mais lorsqu’une opportunité se présente dans le futur, ils critiquent les autres—en particulier lorsqu’ils atteignent un certain niveau, ils feront de même avec les médecins plus jeunes. Je ne me suis pas senti si mal, lorsqu’en tant que pratiquant, j’ai entendu des commentaires négatifs. De plus, je cherchais en moi le problème ayant provoqué la critique. Puis, je tente de mieux faire et de m’améliorer. C’est difficile à faire pour un jeune homme avec un gros ego. Nous appelons ça la ‘cultivation’ du cœur/esprit. Falun Gong enseigne aux gens la raison d'agir ainsi.


Face aux patients, en particulier certains qui sont difficiles, lorsque vous êtes fatigué et impatient, pouvez-vous rester calme et positif ? Pouvez-vous suivre les enseignements des anciens sages, être compatissant, vous soucier vraiment d’eux, vous mettre à leur place ? C’est difficile à faire pour un non pratiquant, sauf si la personne a un système de valeurs spécial en accord avec la sagesse ancienne. En tant que pratiquant, je sais comment le faire sans force extérieure. Je dois m’améliorer dans ces situations. Ces principes sont difficiles à comprendre pour les gens qui n’ont pas de contexte de ‘cultivation’.


Le Journaliste :Les pratiquants de Falun Gong ont maintenu leur croyance et leur éthique pendant plus de dix ans, et ils continuent à dire les faits aux gens. Ils ont accompli de nombreux sacrifices.

Le médecin : Ai-je vraiment perdu quelque chose ? Non, la vie continue pour moi. J’ai une assez grande maison et une voiture. Bien que je ne sois pas très riche, nous avons tout ce dont nous avons besoin. J’aurai des revenus plus importants, lorsque j’aurai payé ma maison. Je ne pense que la ‘cultivation’ fasse perdre quoique ce soit à quelqu’un. Mais notre amélioration personnelle, en particulier notre joie, est indicible. Lorsque nous parlons aux gens de Falun Dafa et de la persécution et qu’ils commencent à comprendre les faits et font le bon choix pour leur futur, nous sommes si heureux. Comparés à la récompense, tous nos sacrifices en valent la peine.


Le Journaliste :Vous avez deux diplômes de doctorat et vous affirmez qu’ils ne sont pas si difficiles à obtenir. Mais vous déclarez aussi que la ‘cultivation’ est réellement difficile. Vous êtes-vous déjà interrogé sur votre choix et avez vous eu des doutes ?

Le médecin : Au début de ma ‘cultivation’ j’ai eu des doutes. La ‘cultivation’ est un processus graduel. Mais je n’ai pas rencontré de si grands obstacles que je ne puisse les franchir. Lorsqu’une situation difficile survient, je dois vaincre mes émotions, rester ferme et faire la chose juste. Cela constitue la partie basique de la ‘cultivation’. En suivant le processus, les choses continueront à évoluer mieux et plus facilement. En d’autres termes, on devient plus disposé à faire la juste chose. Bien sûr, ça ne peut pas être accompli en une nuit.

Tant que l’on veut cultiver, le Maître fera des arrangements pour vous au cours du processus . Le Maître veille sur les pratiquants à chaque pas du chemin. Ainsi, les choses peuvent devenir plutôt aisées pour les pratiquants. Falun Dafa est une grande voie de ‘cultivation’, simple et directe. Nous n’avons pas à devenir un moine. Tant que l’on lit les livres, tout dans votre vie peut être utilisé pour votre amélioration.


Le Journaliste : D’après votre propre expérience, avez-vous des conseils pour les personnes qui ne pratiquent pas Falun Gong, ou pour celles qui ne savent pas grand chose sur la pratique ?

Le médecin : Les gens pourraient dire : voulez-vous que je pratique ? Avez vous une quelconque motivation? Je ne veux rien de cela. Les personnes nées dans les années 1980 tendent à être plus égocentriques. Plus vous tentez de les persuader, plus cela les contrarie. J’étais pareil. Personne ne peut me pousser à faire quoi que ce soit. Quelqu’un m’a montré le livre. Après l’avoir lu, j’ai été convaincu.

Falun Gong a été enseigné depuis 1992, pendant presque 20 ans, et la persécution dure depuis plus de dix ans. De nouveaux pratiquants nous rejoignent chaque jour. Beaucoup ont des niveaux sociaux élevés ; certains sont des personnes hautement accomplies. Ils ne vont pas s'en vanter ici ou là ; la plupart sont discrets. Quiconque lit les livres de Falun Gong fait son propre choix. Falun Dafa ne force jamais quelqu’un à pratiquer, et les activités sont strictement volontaires. Mais si vous n’avez jamais lu les livres, ou si vous refusez de les apprendre, si vous avez des préjugés sur la pratique, en particulier, si vous êtes trompés par les mensonges du PCC, c’est en effet terriblement malheureux.

Les gens devraient avoir une éthique professionnelle. En tant que médecin, si je ne dis pas la vérité à mes patients sur leur situation médicale, j’échouerais dans mon éthique médicale. De la même façon, nous pratiquants, devons dire la vérité aux gens au sujet de Falun Dafa et de la persécution. J’espère que les gens liront Zhuan Falun et le découvriront par eux-mêmes. Vous pouvez faire un choix après cela. Si quelqu’un refuse de l’apprendre, alors cette personne a réellement manqué le coche.


Le Journaliste : Merci pour l’entretien

Traduit de l’anglais en France