Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Commentaire sur l’appel pacifique de 25 avril : Dissiper les mythes fabriqués par le PCC

None

Mardi 26 avril 2011 |   Écrit par Chu Xing

(Minghui.org)

Le 25 avril 1999, plus de dix milles pratiquants du Falun Gong sont allés au Bureau des appels du Conseil de l'État, à Pékin sur la rue Fuyou, près de Zhongnanhai (le quartier du gouvernement central), pour faire appel pour que soit enlevées les restrictions récentes imposées à la pratique du Falun Gong et pour demander la libération de pratiquants qui avaient été injustement arrêtés. L'appel pacifique a fait beaucoup de bruit à ce moment-là. L'appel est un droit constitutionnel des pratiquants de Falun Gong sous le régime oppressif du Parti communiste chinois (PCC). 12 ans après, regardant en arrière l'appel du «25 avril», nous pouvons voir plus clairement la bonté et la persévérance des pratiquants, qui continuent d’inspirer même après plus d'une décennie.



Le 25 avril 1999, dix milles pratiquants de Falun Gong se sont réunis à Pékin pour faire appel au Bureau des appels du Conseil de l’État.


Le PCC a toujours gardé son contrôle avec de la violence et des mensonges. En raison de l'intimidation et de l'idéologie confuse du PCC, la compréhension de nombreux Chinois est tordue. Certains disent que c'est l'appel du 25 avril qui a causé la persécution qui a suivie du Falun Gong par le PCC. En fait, même avant le 25 avril 1999, Jiang Zemin et ses acolytes avaient déjà commencé une campagne d'intimidation et de suppression du Falun Gong. L'incident qui a conduit à l'appel du 25 avril, - celui de la police qui avait arrêté les pratiquants à Tianjin, – avait été initié par le PCC. Le PCC supprimait déjà les pratiquants avant le 25 avril; si cela n’avait pas été le cas, les pratiquants ne seraient pas allés à Pékin pour demander la libération des pratiquants arrêtés, ni n’auraient demandé à nouveau, que soit publié les livres du Falun Gong, ni de pratiquer le Falun Gong dans un environnement sans restriction. Dès 1996, la division de police du PCC a commencé une enquête à l’intérieur du Falun Gong dans le but de trouver une raison pour supprimer la pratique. Mais puisque le Falun Gong est une pratique droite et pacifique, qui bénéficie seulement à la société, le PCC n’a pu trouver de preuve d’aucune activité illégale ou d’actes injustes. La chronologie des événements qui nous amène à la persécution nous démontre que ce n’est pas l'incident du 25 avril qui a mené à la persécution. En revanche, la persécution avait déjà été planifiée par Jiang Zemin et d'autres hauts fonctionnaires hiérarchiques du PCC.


Certains croient que trop de personnes sont allées faire appel et que c’est ce qui aurait mené à la persécution. Cependant, le droit de faire appel est un droit de chaque citoyen chinois, garanti par la Constitution. Faire appel est légal, peu importe combien de personnes y prennent part. En outre, tous les pratiquants qui sont allés à Pékin, étaient calmes et pacifiques. La persécution du PCC contre le Falun Gong affecte des dizaines de millions de pratiquants, pourtant le pourcentage des personnes qui sont allées faire appel sur la rue Fuyou était moins de 0.1% de tous les pratiquants. Comment ce nombre peut-il être considéré comme un trop grand nombre? Aux États-Unis, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté lors de la cérémonie de l'inauguration du président, mais aucun manifestant n'a été jamais persécuté. La persécution du Falun Gong ne s'est pas produite parce que trop de personnes sont allées faire appel. En revanche, elle s'est produite parce que le PCC ne permettait pas à ses citoyens d'exprimer leurs opinions et il ne voulait pas que ses citoyens s'améliorent avec la pratique du Falun Gong.


Certains disent: «Vous pouvez avoir votre croyance, mais vous ne devriez pas essayer de renverser le gouvernement ou de vous engager dans la politique.» L'appel des pratiquants est la façon la plus pacifique d'exprimer leur opinion. Les pratiquants de Falun Gong n'ont jamais eu un intérêt dans le pouvoir politique, encore moins de renverser le gouvernement. Tout ce que les pratiquants ont fait, a été d'exposer l'injustice du PCC et du régime de Jiang Zemin, leur engagement dans la politique ne peut aller qu’aussi loin que cela. Si une telle action est considérée comme «s'engager dans la politique,» qu’il en soit ainsi. C'est un droit de tous les citoyens. En outre, dans la plupart des sociétés modernes, il n’est pas fondamentalement considéré «mal» d’ avoir une croyance religieuse ou de s'engager dans un processus politique. «La participation dans la politique» des pratiquants n'est pas pour la puissance politique. Les activités des pratiquants de Falun Gong à Taïwan et dans les pays occidentaux ne sont clairement attachées à aucune organisation politique et les pratiquants ne sont impliqués dans aucun parti politique.


L'appel du 25 avril des pratiquants du Falun Gong était simplement une offre de maintenir ouvertement leur croyance et de faire respecter leur droit constitutionnel de s'améliorer eux-mêmes par la pratique du Falun Gong. Ils se sont levés forts en respectant leur croyance droite. La persécution des pratiquants de Falun Gong a révélé la nature perverse du PCC, qui utilise la «politique» comme arme pour attaquer le peuple. Si on ne participe pas aux activités politiques du PCC, on sera accusé d'être politiquement peu favorable. D'autre part, si on exprime une vraie opinion, on sera accusé de «se mêler de la politique.»


Effrayées et confuses par l'intimidation et les tromperies du PCC, certaines personnes pensent que leurs intérêts seront influencés si le PCC s'effondre. En fait, le PCC n'a jamais existé dans l'histoire chinoise d’avant, mais la Chine a eu une culture glorieuse et une économie prospère dans le passé. Taïwan a la même culture que la Chine, mais aucun PCC et, son peuple vit avec prospérité. Beaucoup de personnes en Chine espèrent immigrer dans les pays occidentaux pour échapper à la tyrannie du PCC. Dans les 60 dernières années du régime du Parti communiste chinois, l’«anti-droit,» «le grand saut en avant,» «la grande révolution culturelle,» le massacre du 4 juin et la persécution du Falun Gong ont apporté un désastre indicible au peuple chinois. Le PCC est corrompu et oppressif, entraînant la dégradation du tissu moral de la société et entraînant vers le bas tout le pays. Avec tous les crimes qu'il a commis, le PCC sera bientôt éliminé au cours de l'histoire. Reconnaître la nature du PCC et quitter le PCC et ses organisations associées sont une manière pour le peuple chinois de se sauver lui-mêmes et de sauver aussi son pays. Les Chinois auront un bon futur seulement si la Chine est débarrassée du PCC.


Les pratiquants de Falun Gong continueront à maintenir la même bonté et persévérance qu'ils ont démontrée le 25 avril 1999 et ils continueront d’expliquer les faits aux gens et de les aider à dissiper les mythes que le PCC a fabriqués.


Traduit de l’anglais au Canada