Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Philadelphie: Des pratiquants commémorent le 13° anniversaire de l'appel pacifique du 25 avril (photos)

None

Jeudi 10 mai 2012 |   Écrit par un pratiquant à Philadelphie

(Minghui.org)


Le soir du 25 avril 2012, des pratiquants de Falun Gong à Philadelphie se sont rassemblés au Love Park au centre ville, pour commémorer le 13° anniversaire de l'appel du 25 avril. Ils ont fait la pratique en groupe et une veillée aux chandelles pour pleurer les pratiquants qui sont morts des suites de la persécution perpétrée par le Parti communiste chinois (PCC). Ils ont également fait appel pour que les gens connaissent les faits et ils ont demandé avec insistance, que le PCC mette fin immédiatement à la persécution du Falun Gong


.


Des pratiquants à Philadelphie font les exercices pour commémorer le 13° anniversaire de l'appel du 25 avril



Dr. Gong, (première à droite), fait un discours lors de la veillée aux chandelles à Philadelphie



Des pratiquants à Philadelphie font une veillée aux chandelles pour commémorer le 13° anniversaire de l'appel du 25 avril


Témoin de l'appel pacifique du 25 avril


Dr. Gong de Philadelphie a vécu personnellement l'appel du 25 avril [en Chine]. Elle a parlé lors de la veillée aux chandelles et rappelé l'appel pacifique et rationnel fait par les pratiquants. Elle a reproché au PCC la calomnie qu'il a répandue en disant que les 10,000 pratiquants de Falun Gong avaient « assiégé » Zhongnanhai. Elle a dit : «  Le Bureau des appels du Conseil de l'État se situe près du portail ouest de Zhongnanhai et la police a dirigé les pratiquants pour qu'ils se tiennent debout le long des rues. Comme il y avait un grand nombre de pratiquants toutes les rues autour de Zhongnanhai étaient pleines à craquer. Alors on a décrit cet appel pacifique comme étant « le siège » de Zhongnanhai. En fait, les pratiquants souhaitaient aller au Bureau des appels mais pas à Zhongnanhai. Jiang, par jalousie personnelle, a lancé une campagne de persécution contre le Falun Gong qui dure maintenant depuis 13 ans et qui a apporté de graves désastres à la Chine. La persécution de personnes qui croient en Vérité-Bonté-Patience a aussi conduit à un déclin sévère dans la moralité de la société ».


Dr. Gong a conclu en disant : « En tant que Chinoise, comme je voudrais que la tragédie de la persécution du Falun Gong n'ait jamais eu lieu ! Vous, les Chinois dont les esprits ont été trompés par les mensonges du PCC : je vous en supplie, prenez le temps d'écouter les faits que les pratiquants veulent que vous connaissiez. J'espère que tous ceux qui ont la bonté dans leur cœur soient capables de faire le bon choix dans cette bataille entre le bien et le mal ».


Des gens désireux d'apprendre les faits


Iris, étudiante, bénéficiant d'un échange à l'Université de Drexel, vient des Philippines. Elle est allée au Love Park avec ses amis et était désireuse de voir les paisibles exercices des pratiquants. Elle a dit que c'était la première fois qu'elle entendait parler du Falun Gong. Ayant découvert la persécution en Chine, elle a déclaré : « Ces gens (les pratiquants de Falun Gong) ont l'air tellement amical et paisible. Je veux aller sur le net, en apprendre davantage sur Falun Gong ».


Mme Rochelle Jones et son mari se reposaient au Park où ils ont été attirés par les exercices paisibles des pratiquants. Mme Jones ayant appris son interdiction [du Falun Gong] en Chine, pensait qu'il était inconcevable qu'une pratique aussi paisible, puisse être interdite en Chine. Elle a demandé à un pratiquant de lui donner des documents sur le Falun Gong en disant qu'elle chercherait sur le net la raison de son interdiction en Chine.


Patrick passait par le parc et il a pris des documents de clarification de la vérité. Ayant appris l'existence de la persécution du Falun Gong en Chine il a dit : « Les Chinois devraient avoir le droit de connaître la vérité. Avant que chacun puisse choisir, on devrait avoir au moins le droit de connaître la vérité. »


Un homme tranquillement assis près du site des exercices lisait les documents d'information et écoutait les discours des pratiquants. Avant de partir, il a dit, au journaliste : « J'écoute. Plus j'écoute et j'apprends, plus je peux gagner en sagesse. Chacun devrait avoir la liberté d'entendre la vérité. On devrait donner aux gens la liberté de parler ouvertement de leurs opinions en Chine. Je souhaite apprendre davantage sur le Falun Gong ».



Traduit de l'anglais en France