Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Mme Liu Lijie est arrêtée après avoir dénoncé la brutalité de la police de Jiansanjiang

Vendredi 6 juin 2014 |   Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Heilongjiang, Chine

(Minghui.org) Des pratiquants du Falun Gong et des avocats chinois ont été illégalement arrêtés et battus par la police de Jiansanjiang en mars 2014. Après que la brutalité et les mauvais traitements de la police aient été signalés en Chine et hors de Chine, des pratiquants de la province du Heilongjiang, parmi lesquels Mme Liu Lijie de la ville de Jiamusi, ont été arrêtés. Mme Liu a demandé une audience avec le Parquet, affirmant que son arrestation visait à la punir pour avoir dénoncé leurs crimes.

Mme Liu a été arrêtée le 3 avril 2014 et emmenée au centre de détention de Jiamusi le lendemain. Elle y est détenue depuis.

Mme Liu demande une audience avec le Parquet

Le 30 avril 2014, l’avocat de Mme Liu a déposé un mémoire juridique avec la lettre d'appel de Mme Liu au Parquet du district de Xiangyang. L’avocat a demandé au procureur d’organiser une audience afin que Mme Liu puisse avoir l'occasion de faire une déclaration au sujet de son cas. L’avocat a déclaré que Mme Liu avait été placée en détention criminelle par des policiers souhaitant se venger, soupçonnant qu’elle avait révélé les tortures subies par quatre avocats de Jiansanjiang en mars dernier. L’avocat a également remarqué que Mme Liu ne contrevenait pas aux lois pénales, n'a pas fait ou diffusé d'articles illégaux, n’a pas participé ou organisé de rassemblement illégal et n'a pas tenu de propos illégaux sur Internet ou sous toute autre forme.

Dans la lettre d'appel de Mme Liu, elle a écrit : « Les responsables du département de police de Xiangyang et du département de police de Jiansanjiang m’ont soumise à la détention criminelle, ce qui visait clairement à me punir pour avoir révélé leurs crimes. Je n'ai pas fait, ni propagé, ni publié, ni téléchargé d'informations ou de remarques illégales. Je suis innocente. Veuillez rejeter l'arrestation. »

Un responsable du centre de détention tente de bloquer la visite de l’avocat

Alors que Mme Liu était incarcérée au centre de détention de Jiamusi, son avocat est allé lui rendre visite dans l'après-midi du 15 avril. Cependant, le directeur adjoint Huo Youku a dit à l’avocat qu'il n'était pas autorisé à rendre visite à Mme Liu et que le droit de visite ne pouvait être accordé que par le département de police de Jiamusi. L’avocat a demandé à Huo Youku de nommer la personne qui avait refusé sa demande de visite et voulait un document signé à cet effet. L’avocat a dit : « Je prendrai ce document et je ferai immédiatement appel de la décision. » Huo Youku a passé plusieurs appels téléphoniques, mais il n'a pas pu obtenir de tel document. L’avocat a pu ensuite rencontrer Mme Liu.

La demande de libération sous caution sans succès

Le matin du 16 avril, l’avocat de Mme Liu a présenté les documents demandant la mise en liberté sous caution de Mme Liu à Zhang Cheng, le policier chargé du dossier au département de police de Xiangyang.

Le mari de Mme Liu et un autre parent ont rencontré Wang Yujun, le directeur du département de police de Jiamusi, dans l'après-midi du même jour. Wang Yujun leur a dit que le cas de Mme Liu était traité par le département de police de Xiangyang et a ensuite menacé son mari : « Tu sais que ton épouse pratique le Falun Gong et tu ne l'as pas dénoncée à la police. Tu as commis le crime de cacher un criminel. Tu as de la chance que nous ne t’ayons pas arrêté. »

Le mari de Mme Liu a été traîné entre le département de police de Xiangyang et le département de police de Jiamusi, car l’un disait que l'autre était responsable de l'affaire.

Plus tard, la famille de Mme Liu a appris que le document de détention criminelle avait été signé par le policier Li Zhuochui du département de police de Xiangyang.

Le 30 avril, l’avocat de Mme Liu et sa famille ont vérifié l'état de la demande de libération sous caution avec Zhang Cheng du département de police de Xiangyang. Zhang Cheng a dit que le département de police de la ville n'avait pas approuvé leur demande de libération sous caution.

L’arrestation de Mme Liu

Des agents du département de police de Jiamusi, du département de police de Xiangyang et du poste de police de Baowei sont allés au domicile de Mme Liu autour de 14h30 le 3 avril 2014. Ils ont fouillé les lieux, l’ont arrêtée avec son mari M. Wang Xu et les ont emmenés au département de police de Xiangyang.

Le policier Xie Shiyuan du département de police de Jiamusi a volé l’argent de la famille et l’a ouvertement empoché tout en fouillant leur domicile.

Mme Liu a été menottée à une chaise de fer pendant la nuit. De nombreux policiers l’ont interrogée. Elle n'a pas pu tous les identifier parce que ses lunettes avaient été jetées. Mais elle était certaine que le policier Chen Wangyou du département de police de Jiamusi et certains policiers de Jiansanjiang étaient parmi eux.

Mme Liu a été emmenée au centre de détention de Jiamusi vers 13h le lendemain. La police de Jiansanjiang l’a interrogée dans l'après-midi du 28 avril.

Lorsque M. Wang Xu a été interrogé, la police lui a ordonné de nommer les pratiquants avec lesquels son épouse avait été en contact et a exigé qu'il insulte le Falun Gong. Il a refusé de coopérer et a été libéré plus tard.

Dans les jours suivant sa libération, M. Wang est allé au poste de police et au département de police pour demander où se trouvait sa femme. Lorsqu'il a demandé le motif de son arrestation, un policier a dit : « Tu ne sais vraiment pas ce que ta femme a fait ! Elle a participé au cas de Jiansanjiang. C'est une grande affaire… »

Articles liés :

La persécution du Falun Gong et de ses avocats à Jiansanjiang s'est étendue à la ville de Jiamusi

Sept pratiquants transférés en secret après que quatre avocats aient été battus à Jiansanjiang

Traduit de l’anglais au Canada