Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Auparavant incroyante mais maintenant pratiquante – le cheminement d’une jeune pratiquante

Mardi 13 janvier 2015 |   Écrit par Xundao, une pratiquante de Falun Dafa à Shanghai, Chine

(Minghui.org) Quand j’étais jeune, je n’étais pas aussi « maligne » ou « intelligente » comme la plupart des enfants. Je ne savais pas reprendre les choses qu’on m'avait prises. Quand j’étais rudoyée, je n’osais pas frapper en retour parce que j’avais peur de faire mal aux autres. Quand les adultes me taquinaient ou me mentaient, souvent je les croyais naïvement. Petit à petit, je suis arrivée à sentir que je ne pouvais faire confiance à rien ni à qui que ce soit. On devait se conformer à la règle du Parti communiste chinois (PCC) qui était « être rusé et ne faire confiance en personne » afin de bien vivre.

J’ai toujours été bonne en écriture et à l’école je devais composer des textes conformes à la culture perverse du Parti et à la philosophie de « gloire falsifiée ». Mes compositions étaient souvent exposées par mes professeurs à titre de compositions modèles. Cela a augmenté davantage ma méfiance de la doctrine du PCC et des articles des médias, et j’étais résolue à devenir autant que possible une penseuse perspicace et indépendante.

En juillet 1999, quand j’étais à l’école secondaire, j’ai entendu parler du Falun Dafa pour la première fois par la campagne de propagande des médias lancée par le PCC. J’ai décidé d’écouter la version du Falun Dafa pour voir qui avait raison. Un jour, un camarade de classe a apporté quelques dépliants clarifiant la vérité sur le Falun Dafa à l’école, disant qu’ils étaient distribués à l’extérieur de l’école. J’ai été impressionnée par le courage du distributeur. Mais quand j’ai lu le dépliant, la vérité était trop cruelle pour que je l’accepte.

Je ne pouvais pas croire qu’aucun être humain soit capable d’infliger une torture et une persécution si brutale. Dans une faible tentative de me cacher de la vérité, j’ai pensé : « Ces pratiquants de Falun Dafa ne font qu’exagérer afin d’avoir la sympathie du public, ça ne peut pas être vrai ! Les policiers sont humains aussi, comment serait-il possible pour eux de faire des choses si cruelles ? » Ma sympathie initiale pour le Falun Dafa a commencé à chanceler également, alors que je pensais qu’ils utilisaient aussi les tactiques du PCC de mentir et falsifier l’information.

Lorsque j’allais à l’université, j’ai entendu qu’un commentateur social organisait un séminaire intitulé « Exposer le Falun Dafa ». Cela a suscité encore mon intérêt pour le Falun Dafa et j’ai assisté au séminaire avec enthousiasme, pensant que j’allais finalement savoir de quoi il s’agissait.

Mais j’ai été cruellement déçue – pendant le séminaire il n’y avait qu’un commentateur qui faisait de beaux discours comme quoi la pratique trompe les gens, mais il a évité toutes les questions sur les conférences et écrits de Maître Li, ou ce que Maître Li a fait pour escroquer les gens. J’ai quitté le discours tout en étant encore plus perplexe. Est-ce qu’il y aurait vraiment une telle personne qui, malgré qu’elle ait déjà été étiquetée d’escroc, n’aurait aucune souillure sur son nom à laquelle les autres pourraient s’en prendre ?

En 2001, j’ai regardé la couverture de l’incident de l’auto-immolation sur la place Tiananmen à la télévision. Quand j’ai vu cet homme gravement brûlé assis complètement immobile sans aucune flamme sur lui, et la police attendant nonchalamment qu’il crie des slogans avant de jeter la couverture anti-feu sur lui, je n’ai pas pu me débarrasser du sentiment que quelque chose d’étrange se passait.

Je n’aurais jamais imaginé que l’auto-immolation était un coup monté par le PCC. J’ai même essayé de chercher des pratiquants de Falun Dafa lorsque j’ai visité la place Tiananmen lors de mes vacances estivales, mais je n’en ai vu aucun. À l’époque, je ne m'en rendais pas compte, mais mon cheminement pour devenir une pratiquante de Dafa avait déjà commencé.

Apprendre davantage sur le Falun Dafa

J’aimais écrire, et quand j’étudiais à l’université, j’ai partagé certains de mes articles en ligne. Une personne a publié des réponses à tous mes articles, et ses réponses étaient toujours sincères, modérées et logiques. J’ai commencé à converser avec cette personne. Au fil du temps, je me suis rendu compte qu’il avait beaucoup de connaissances, était logique dans sa façon de penser, avait un bon cœur et avait beaucoup d'estime pour les valeurs morales traditionnelles.

Il n’avait aucune des habitudes indésirables que la plupart des gens ont aujourd’hui. Mais en le questionnant davantage, j’ai découvert qu’il avait une formation scolaire standard, était un jeune homme et vivait en ville. Cela a suscité ma curiosité. Comment était-il possible qu’une personne si bonne existe dans la société chinoise où la moralité a dégénéré ?

Quand nous nous sommes mariés trois ans plus tard, j’ai trouvé la réponse à ma question – mon mari est un pratiquant de Falun Dafa ! C’était le Dafa que je voulais connaître davantage depuis si longtemps. Je n’aurais jamais imaginé que j’aurais une telle affinité avec Dafa.

Cependant, un de mes regrets était ma réaction initiale à la révélation que mon mari était un pratiquant de Dafa. À l’époque, j’avais hâte de commencer le « bonheur conjugal », et le choc de ma découverte m’a fait rejeter cela immédiatement. Au début j’ai découvert quelques emblèmes du Falun gardés précieusement dans notre domicile, et plus tard un pratiquant nous a donné un exemplaire du Zhuan Falun comme cadeau de mariage.

Quand j’ai questionné mon mari, il a confirmé qu’il était un pratiquant de Falun Dafa et il a dit qu’il ne renoncerait jamais à sa cultivation. J’ai senti que tout mon monde s’écroulait soudain et j’étais terrifiée que le PCC pervers vienne frapper à notre porte, ou même que mon mari aille à la place Tiananmen pour « s’immoler ». Je ne voulais même pas ouvrir le Zhuan Falun, que j’étais curieuse de lire depuis si longtemps.

Mon mari m’a dit qu’il est défendu aux pratiquants de Falun Dafa de tuer ou de commettre le suicide, et les gens qui se sont immolés n'étaient pas des pratiquants. Parce que j’ai refusé de le croire, mon mari a obtenu un CD du documentaire False Fire pour que je le regarde. Grâce à l’analyse du documentaire, j’ai appris quels sont les nombreux points soupçonneux dans l’incident d’immolation : la bouteille en plastique de Sprite entre les jambes de l’homme qui n’a pas fondu, la fille qui pouvait quand même chanter malgré que sa « gorge ait été tranchée », les journalistes qui ont interviewé les victimes brûlées sans porter aucun équipement de protection personnelle.

La révélation la plus terrifiante est la vidéo au ralenti de Liu Chunling, qui montre distinctement qu’elle est tuée par un objet lourd envoyé sur sa tête, alors qu’elle était censée être morte par le feu !

J’ai aussi appris que le documentaire False Fire a été reconnu par les Nations Unies, et le Comité de développement international de l’Éducation des Nations Unies a condamné le PCC pour avoir monté le coup de l’auto-immolation. Finalement, je me suis rendu compte que j’avais été dupée par le PCC. Ce qui restait du respect que j’avais pour le PCC a été entièrement détruit.

Même si je savais que le Falun Dafa a été victime d’un coup monté par le PCC, j’avais encore peur parce que mon mari était un pratiquant. Donc, pensant que j’étais très maligne, j’ai décidé de lire les livres pour trouver une « lacune » qui pourrait démontrer qu’il était un « fanatique ».

Avec cette pensée impure, j’ai feuilleté le livre et je suis tombée sur la section « La cultivation conjointe de l’homme et de la femme ». J’ai commencé à la lire, car je pensais que ce serait le meilleur endroit pour déterminer si le contenu était pur ou impur, mais après l’avoir lu rapidement une fois, mon espoir a été immédiatement détruit et j’ai eu très honte de moi.

Ce qui est écrit dans le livre est très droit et pur, et il explique clairement que de telles actions sont mauvaises.

« En particulier dans cette école de Loi, notre Falun Dafa, il n’y a pas de cultivation conjointe de l’homme et de la femme et nous n’en parlons pas non plus. Voilà notre point de vue sur cette question. » (Cinquième leçon, Zhuan Falun)

Rendue humble par cette première rencontre, j’ai lu le livre une fois. Non seulement je n’ai pas trouvé ce que je cherchais au départ, j’ai trouvé plutôt que ce livre enseignait aux gens d’être bons. C’était loin du portrait peint par le PCC sur le Falun Gong. Je me suis rendu compte que si tout le monde suivait les principes de ce livre, notre société serait un bien meilleur endroit.

À partir de ce moment-là, j’ai cessé d’empêcher mon mari de cultiver. J’ai compris qu’en pratiquant Dafa, mon mari ne se détournerait pas du droit chemin, et Dafa garderait notre famille ensemble. De plus, ce serait impossible pour une personne de trouver un mari si affable et moralement bon.

Même maintenant, j’ai un bon mari qui est envié par mes collègues et amis. Je suis contente que durant cette période de peur, j’ai fini par faire le bon choix.

Apprendre le Falun Dafa

Après avoir vu mon mari pratiquer chaque jour, l’écouter interagir avec d’autres pratiquants et lire les livres de Dafa, je suis arrivée à comprendre que le Falun Dafa est la méthode de cultivation véritable. Comment aurais-je pu rater cette occasion qu’on rencontre une fois en des milliers d’années ? J’ai commencé à cultiver également.

Au début quand j’ai commencé à méditer dans la position du lotus, mes jambes devenaient engourdies et douloureuses en quelques minutes. Et pire encore, l’inconfort rongeait mon cœur comme un millier d’aiguilles. Je sortais de cette position après quelques minutes et instantanément, je regrettais de n’avoir pas persévéré. Un jour plus tard, j’ai commencé à avoir des symptômes comme la grippe et un nez sévèrement bouché.

Mon mari a suggéré que je médite pour éliminer le karma de maladie. Dès que j’ai mis mes mains dans la position jieyin (mains jointes), mon nez s’est débouché immédiatement. Mais dès que j’ai cessé de faire la position du jieyin, mon nez s'est de nouveau bouché. Fascinée, j’ai essayé de faire cela plusieurs fois, et chaque fois mon nez s’est débouché et bouché immédiatement. C’était incroyable !

C’était la première fois que je faisais l’expérience de la magnificence de Dafa et à partir de ce moment-là, j’ai vraiment commencé à croire au contenu extraordinaire dans les livres de Dafa.

Parce que j’avais peur de la douleur et de la fatigue, je négligeais plutôt de faire les exercices. Malgré cela, le Maître m’a bienveillamment aidée à éliminer beaucoup de mon karma de maladie. Ma gastrite, mes ulcères dans la bouche et autres maladies que j’avais depuis ma jeunesse ont disparu sans que je m’en rende compte, et pour la première fois je me suis sentie merveilleusement libre de maladie. En me débarrassant des attachements à la célébrité, au profit et aux émotions, je suis parvenue à ressentir le merveilleux sentiment de la vraie paix intérieure.

J’espère que mon cheminement personnel – d’une personne qui ne connaissait pas la vérité sur Dafa à une disciple de Dafa – parlera à d’autres Chinois en Chine continentale qui sont toujours égarés comme je l’ai été dans le passé. En se distanciant des mensonges du PCC et en apprenant la vérité sur Dafa, peut-être que c’est ce qu’ils attendent depuis des milliers d’années !

Traduit de l’anglais au Canada