Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Un pratiquant de Shenyang arrêté et torturé par la police

Mardi 17 octobre 2017 |   Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Liaoning, Chine

(Minghui.org) Le pratiquant de Falun Gong, M. Li Hongwei, 53 ans, a été arrêté et torturé pour avoir parlé aux gens du Falun Gong le 26 juin 2016.

Le soir de son arrestation, M. Li a été torturé par des policiers du poste de police de Wusan dans le district d'Hunnan à Shenyang. Le tribunal du district d'Hunnan l'a condamné à quatre ans et demi de prison. Il est actuellement incarcéré à la prison de Benxi dans la province du Liaoning.

Le soir du 26 juin 2016, lorsque M. Li affichait des documents sur le Falun Gong dans le district d'Hunnan, dans la ville de Shenyang, trois motocyclistes l'ont signalé au poste de police de Wusan. Les policiers ont rapidement arrêté M. Li et ont confisqué son téléphone portable, ses clés de maison et d'autres effets personnels.

M. Li Hongwei

Vers 18 heures, les policiers l'ont déshabillé, le laissant en sous-vêtements, et l'ont mis dans une petite cage de fer.

M. Li a crié : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! » Le surintendant adjoint du poste de police a attaché les chevilles de M. Li à une chaise de fer, l'a plaqué à l'arrière de la chaise et a couvert son nez et sa bouche avec du ruban adhésif, ce qui fait que c'était difficile pour lui de respirer. Il n'a pas été autorisé à utiliser les toilettes de 20 h 00 à tard dans la nuit, après 23 h 00.

Outil de torture : chaise de fer

Les policiers ont parcouru la liste des contacts de M. Li sur son téléphone portable un à un et ont passé de nombreux appels, essayant de déterminer son adresse exacte.

Le lendemain matin, les policiers ont menotté et enchaîné M. Li, toujours en sous-vêtements seulement, et l'ont poussé dans un fourgon de police. Un agent de police a jeté M. Li dehors quand il a découvert que c'était le mauvais fourgon. M. Li est tombé au sol la tête la première, causant une bosse. Ses bras et ses jambes enchaînés ont été éraflés.

Les policiers ont transféré M. Li dans une autre camionnette et l'ont emmené dans sa communauté résidentielle. Comme il a refusé de leur dire son adresse, ils l'ont emmené d'un bâtiment à l'autre. Il criait : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! »

Quand ils ont fini de vérifier tous les autres bâtiments et ont atteint le dernier, le chef d'équipe a ordonné à quatre policiers de rester à l'intérieur et de surveiller M. Li pendant qu'il montait pour trouver quel appartement lui appartenait. Il a pris la clé de son domicile et a essayé une porte après l'autre. Quand il a finalement trouvé le bon, il a appelé un policier pour fouiller chaque pièce.

Le commandant est descendu et a ordonné à plusieurs autres policiers de tirer M. Li à l'étage supérieur. Ils ont fouillé son domicile et ont pris de nombreux effets personnels. Ils ont également retiré un portrait du fondateur du Falun Gong du mur.

M. Li a crié : « Ne touchez pas à la photo de mon Maître ! »

Les agents l'ont retenu, lui ont mis du ruban adhésif sur la bouche et ont appelé plusieurs hommes pour le frapper et le battre. Ils lui ont mis dans la bouche le rembourrage du matelas des toilettes. Celui dont le surnom était « Tiger » l'a battu particulièrement fort jusqu'à ce qu'il devienne délirant. Il saignait et tachait le drap de lit.

Cinq policiers et d'autres lui ont enlevé ses sous-vêtements, lui ont mis du ruban adhésif aux jambes et aux genoux, l'ont forcé à se mettre en position accroupie et l'ont ligoté.

Reconstitution de la torture : plié et attaché

Les agents ont utilisé un drap de lit pour envelopper M. Li, l'ont mis sur une planche de bois et l'ont traîné dans l'ascenseur. Quand ils ont atteint le premier étage, ils l'ont tiré vers l'aire de stationnement, ont ouvert une porte de fourgon et l'ont jeté à l'intérieur.

À leur arrivée au poste de police, ils l'ont jeté au sol, comme s'ils déchargeaient une cargaison. Ils l'ont traîné à l'intérieur du bureau. Suite de quoi, sa peau a été gravement éraflée.

M. Li a refusé de répondre lorsqu'il a été interrogé. Les agents ont allumé un ventilateur électrique pointé directement sur lui.

Quand il a crié : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! » Les policiers lui ont mis du ruban adhésif sur la bouche et les narines et ont attaché son corps dans une position pliée. M. Li a presque suffoqué et son visage est devenu noir et bleu. Un policier l'a remarqué et a enfoncé son doigt pour ouvrir une petite fente afin qu'il puisse respirer.

Les policiers se sont endormis et ont laissé un officier adjoint pour surveiller M. Li. Il n'a pas été débâillonné jusqu'à ce qu'il demande d'utiliser les toilettes. Il ne pouvait pas marcher et a dû ramper lentement jusqu'aux toilettes.

À minuit, des policiers se sont préparés à l'emmener au centre de détention de Hunnan.

Ils l'ont d'abord jeté sur un brancard, l'ont emmené dans une camionnette et l'ont emmené à l'hôpital No.242 de Shenyang pour un examen. À son arrivée, il a de nouveau été jeté sur un chariot plat.

Après l'examen, ils l'ont emmené au centre de détention. En chemin, les policiers ont continuellement lancé des vulgarités à M. Li. Au centre de détention, ils l'ont à nouveau jeté sur un brancard. Deux policiers ont traîné un côté du brancard tout en laissant traîner les jambes de M. Li sur le sol accidenté. Le gardien de service a refusé de le recevoir.

Les policiers du poste de police de Wusan ont dit au gardien de service que M. Li avait été blessé lorsqu'il avait été transféré d'une voiture à l'autre. Le gardien de prison de garde leur a demandé de compléter un autre examen dans un hôpital général militaire et de lui rapporter la preuve d'une fracture.

Les policiers l'ont emmené à l'hôpital pour un autre examen. Ion les a vus chuchoter à un médecin, qui a hoché la tête.

Entre 2 et 3 heures du matin le lendemain, M. Li a été emmené au centre de détention de Hunnan.

Le matin du 3 août 2016, le tribunal du district de Hunnan a jugé M. Li. Deux semaines plus tard, le tribunal l'a condamné à la prison et lui a donné une amende de 10 000 yuans. M. Li a été emmené à la prison de Benxi le 10 octobre 2016.

Voir aussi :

Un homme du Liaoning condamné à quatre ans et demi pour sa foi

Des taches de sang trouvées dans l'appartement après l'arrestation de M. Li

Un pratiquant détenu à Shenyang toujours en grève de la faim

Coordonnées des parties responsables :

Poste de police de Wusan, poste de police du district de Hunnan, ville de Shenyang

bureau : +86-24-23813110

Zhang Heng, directeur

Zhou Xu, directeur adjoint en charge des dossiers du Falun Gong

Division de la sécurité intérieure, district de Hunnan, ville de Shenyang

Zhang Zhenxing, directeur, +86-13940474843

Yin Jian, capitaine adjoint, +86-13840177999

Fu Xiaomin, +86-13700041607

Xu Ying, +86-15940100630

Tribunal du district de Hunnan, ville de Shenyang

Tel : +86-24-84829820, +86-24-24821636

Cheng Qihua, président

Liang Zhixin, juge présidant :

Yu Kui, juge

Parquet du district de Hunnan :

+86-24-84826632, +86-24-84826706

Centre de détention du district d'Hunnan, ville de Shenyang

Tel : +86-24-23841512

Bureau 610, ville de Shenyang

Tel: +86-24-25842329, +86-24-23106009

Ma Zhanliang, capitaine, +86-24-23106006

Dong, capitaine, +86-24-23106002

Traduit de l'anglais au Canada