Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Le marchand de grains apprend que le bien est récompensé

Samedi 19 août 2017 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa du Henan, Chine

(Minghui.org) Plusieurs milliers de porcs sont morts dans une ferme porcine du Henan au cours d’un déclenchement de la fièvre aphteuse au printemps 2010. Cela a causé des problèmes financiers pour les marchands de grains locaux qui vendaient et livraient du maïs à la ferme. Comme la ferme avait besoin de moins de maïs, le marché du maïs a souffert.

Pour récupérer certaines de ses pertes, la ferme porcine a annoncé que les marchands de maïs seraient payés pour le premier camion après la cinquième livraison seulement. La ferme devait aux vendeurs de grains des milliers de yuans.

Un marchand de grains nommé Chen n'a subi aucune perte pendant ce déclenchement de maladie et a été payé tout l'argent qui lui était dû. Cela a étonné les autres vendeurs. Chen savait qu'il était récompensé parce qu'il avait fait la bonne chose et suivi la suggestion de sa femme.

Chen vit dans la banlieue d'un canton. Il achète du maïs aux fermiers locaux et le vend à la ferme porcine.

Une femme à la ferme porcine qui était en charge de recevoir les livraisons de maïs avait le travail d'inspecter la qualité du maïs, de le peser et de payer les marchands. Les marchands avaient remarqué qu'elle ne prêtait pas beaucoup attention au contrôle de la qualité, alors ils ont commencé à ajouter des sacs de terre dans les livraisons de maïs. Ils ajoutaient deux sacs de terre à chaque camion. Le maïs était reçu sans être vérifié et les marchands étaient contents.

Au début, Chen a également ajouté de la terre au maïs qu'il a livré. Sa femme, qui est une pratiquante de Falun Gong et suit le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, l'a avisé : « Ne falsifie pas le maïs. C'est immoral et nous ne devrions pas le faire ! Pas de perte, pas de gain. Si nous faisons la bonne chose et suivons le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, nous serons récompensés. Si nous faisons des actes sournois, il y aura des représailles. »

Chen a ri de sa femme et dit : « Je suis un marchand et je fais des affaires pour l'argent. Cela n'a rien à voir avec le principe de Dafa. Tu pratiques ton Dafa. Je m'occupe de mes affaires. Ne va pas interférer avec mon entreprise. »

Chen a continué à ajouter de la terre au maïs et à l'apporter à la ferme porcine. Lorsque la livraison de maïs suivante a été déchargée, deux sacs de maïs n'ont pas été comptés. Il était malheureux et a dit : « C'est une coïncidence si j'ai ajouté deux sacs de terre et perdu deux sacs de maïs. Je n'ai rien gagné. »

Quand il a raconté à sa femme ce qui s'était passé, elle a dit : « Ce n'est pas une coïncidence. Le ciel nous regarde et on te montre qu'il ne faut pas faire quelque chose d'immoral. N'ajoute pas de la terre au maïs. »

Chen n'était pas d'accord et a insisté : « La perte de ces deux sacs est arrivée à cause d'une mauvaise gestion pendant le déchargement. Je vais m'assurer que chaque sac est manipulé soigneusement la prochaine fois, de sorte qu'ils ne soient pas déchirés. »

Au cours de la livraison qui a suivi, Chen a chargé le camion lui-même et s'est assuré que chaque sac était serré. Il pensait qu'aucun sac ne serait perdu cette fois. Sur le chemin vers la ferme, son camion a eu un pneu crevé. Le nouveau pneu lui a coûté un peu plus de 400 yuans ($60), qui était le prix des deux sacs de maïs.

Quand il y a réfléchi, Chen a senti que sa femme avait peut-être raison, alors il a décidé de ne plus ajouter de la terre au maïs. La femme de la ferme porcine a par la suite réalisé que Chen était honnête et différent des autres marchands.

Une autre preuve de l'honnêteté de Chen a touché la femme. Chen chargeait d'habitude 6000 kilogrammes de maïs sur le camion chaque fois. Un jour, le temps était nuageux et il allait pleuvoir, donc il n'a pas complètement chargé son camion. Quand il est arrivé à la ferme porcine, la femme a dit à Chen : « Pas besoin de peser la livraison. Je sais que c'est 6000 kilogrammes. Allez-y et déchargez le maïs. »

Chen s'est souvenu des conseils de sa femme et a dit : « J'ai chargé moins cette fois. S'il vous plaît, pesez. »

La livraison de maïs pesait 5000 kilogrammes. La femme a été touchée par son honnêteté et a dit : « S’il manque 1000 kilogrammes de maïs, le patron va déduire la différence de mon salaire. Tu es si honnête ! Il n'y a pas beaucoup de gens comme toi en Chine maintenant. Je t'apprécie vraiment. Aujourd'hui, je paierai tout l'argent qu'on te doit pour tes livraisons de maïs. À partir de maintenant, nous te paierons tout de suite au lieu de te faire attendre. »

Peu après, le déclenchement de la fièvre aphteuse décrit au début s'est produit. Les marchands qui avaient ajouté de la terre au maïs ont subi de lourdes pertes financières. Mais Chen a échappé à la catastrophe.

Chen a été touché par cet incident et est devenu plus compréhensif et favorable à la pratique de Falun Dafa de sa femme.

Traduit de l’anglais au Canada