Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Une nouvelle pratiquante : Surmonter les difficultés pendant la méditation assise

Dimanche 25 novembre 2018 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) J’ai commencé la cultivation du Falun Dafa à la fin de l’année 2013. Je voudrais partager mon expérience de surmonter les difficultés pendant la méditation assise.

Je peux n'utiliser qu'un seul mot pour décrire le processus de ma méditation assise : douloureux. Quand j’ai commencé à pratiquer, je n’étais pas capable de plier, ne serait-ce qu’une jambe (en position du demi-lotus). J’avais un problème à mon genou gauche, et mon pied droit n’était pas au-dessus de la jambe gauche. Mes deux genoux pointaient vers le haut, au lieu d’être posés à plat sur le sol. Ça ne pouvait vraiment pas être compté comme une position en demi-lotus. Bien que mes compagnons de pratique ne me disaient rien, je me sentais gênée. Au début, je ne pouvais endurer la position assise que pendant quelques minutes. Après une longue période, j’ai pu seulement m’asseoir en demi-lotus pendant une demi-heure.

Début 2016, je suis entrée en contact avec une autre pratiquante locale de Falun Dafa. Par son biais, j’ai été en mesure d’intégrer un groupe local où nous étudiions le Fa et pratiquions les exercices ensemble. Tout le monde pouvait méditer avec les deux jambes croisées (en lotus complet) pendant une heure. Je les admirais. Mais je ne pouvais pas faire cela, même pendant une minute. Personne n’a su à quel point je me sentais mal.

L’attachement à la peur et au ressentiment

Le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une autre tournée de persécution des pratiquants de Falun Dafa avant le 19e Congrès national, en octobre 2017. Trois pratiquants locaux de Falun Dafa ont été arrêtés. Parmi eux se trouvait la coordinatrice avec qui j’étudiais le Fa. Peu après, j’ai connu à deux reprises des tribulations liées à la vie et à la mort.

L’atmosphère était déprimante. J’ai senti mon attachement à la peur et au ressentiment faire surface. Je ne pouvais pas endurer la pression. Je savais que mon état de cultivation n’était pas correct, mais je me sentais impuissante.

J’ai dit à mon fils qui ne pratique pas : « Le Falun Dafa est bon. Mais, il se peut que ça ne soit pas fait pour moi. Je ne veux plus pratiquer. »

Le Maître m’a donné une indication par la bouche de mon fils : « Tu ne veux pas pratiquer à cause de cette petite chose insignifiante ? » J’ai repris la lecture du Zhuan Falun.

Le Maître a dit :

« L’homme doit retourner à son origine première et à son authenticité première, c’est là le vrai but de la vie humaine ; c’est pourquoi dès que quelqu’un a l’intention de cultiver et de pratiquer, on considère que sa nature de bouddha s’est manifestée. » (Première Leçon, Zhuan Falun)

J’ai pensé : je dois pratiquer puisque le vrai but d’être humain est de retourner à mon vrai moi.

Améliorer l’état de cultivation

Le 11 novembre 2017, je me suis décidée à véritablement progresser dans ma cultivation, lire le Fa et faire les exercices.

Habituellement, après le travail, je jouais à des jeux de ballons, j’allais nager ou sortais faire les magasins. Parfois je regardais la télévision. Certains pratiquants me rappelaient de me focaliser sur la pratique. Mais, j’ai continué à ma façon. En ce temps-là, je n’avais qu’une compréhension superficielle de Dafa. Je savais que le Maître avait purifié mon corps, et que j’étais en bonne santé sans aucune douleur. Mais je n’avais pas réalisé le sérieux de la cultivation. Je me suis souvent relâchée au cours de ces quatre dernières années et je n’étais pas très sérieuse vis-à-vis de la cultivation. Je n’étudiais pas le Fa ni ne faisais les exercices chaque jour.

Au début, il était facile pour moi de rester à la maison et de pratiquer, mais la difficulté était de le faire tous les jours. Parfois, je ne pouvais pas le supporter et je sortais me promener. Mon état de cultivation s’est amélioré après trois mois. J’ai commencé à comprendre certains principes du Fa. Mais je ne n’avais pas fait beaucoup de progrès au regard de la méditation assise. Je continuais à ne pouvoir méditer qu’avec une seule jambe croisée et pourtant la douleur était insoutenable. Mes jambes étaient froides des genoux jusqu’en bas. J’avais besoin de porter des sous-vêtements thermiques pour garder mes jambes au chaud en été. Autrement, je me réveillais au milieu de la nuit à cause de la douleur.

Huit mois sont passés de la sorte et j’ai perdu confiance en moi. En regardant mes jambes, je pensais qu’elles étaient toujours aussi douloureuses quand je méditais, en dépit de tous mes efforts. Quand serais-je en mesure de méditer avec les deux jambes croisées ? Le Maître a vu ma détermination et m’a transmis un message : « L’effort constant apporte le succès. » J’ai compris. Je serais capable de méditer un jour avec les deux jambes croisées. Mon assurance a été redynamisée.

Pendant le Nouvel An chinois de 2018, j’ai lu un article de partage sur le site Internet de Minghui. Un pratiquant âgé était également dans la douleur en faisant la méditation assise. Il a commencé à réciter le Fa, et ensuite la douleur est partie. Cela l'a inspiré par cela et a commencé à mémoriser le Fa. Bien sûr, c’est facile à dire. Le processus de mémorisation et de récitation du Fa est également un processus de cultivation. Cela requiert du temps et de l’endurance. C’est un processus de travailler la volonté.

Le 14 juillet 2018, j’ai battu mon record en étant capable de méditer pendant vingt minutes avec les deux jambes croisées. J’ai senti que je pourrais tenir plus longtemps la fois prochaine. Le lendemain j’ai médité pendant trente minutes. Au moment même où je descendais mes jambes, une partie de la porte de ma chambre à coucher est soudainement tombée. Pourquoi ? J’ai réalisé que j’avais fait une percée avec la bénédiction du Maître.

Au bout de deux mois, je pouvais méditer pendant une heure avec les deux jambes croisées. Bien que ma posture ne soit pas aussi bonne que celle des autres pratiquants, je veux néanmoins partager mon parcours. J’ai versé des larmes en écrivant ce partage.

Traduit de l'anglais en Europe