Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Des centenaires font l'expérience de miracles suite à leur croyance en Dafa (V)

Dimanche 2 décembre 2018 |   Écrit par un correspondant de Minghui

(Minghui.org) Suite de la quatrième partie

Malgré les compétences médicales avancées, les excellents soins de santé et les divers exercices de bien-être, les gens se sentent encore aujourd'hui impuissants face à la maladie. Beaucoup de gens vivent encore dans le chagrin de la maladie, surtout ceux qui ne peuvent pas se permettre de payer les frais médicaux et qui ne peuvent qu'attendre la mort.

Le Falun Dafa (aussi appelé Falun Gong) s'est répandu dans toute la Chine de 1992 à 1999. Le principe du Falun Dafa - Authenticité-Bienveillance-Tolérance - a purifié le corps et l'esprit de plus de 100 millions de pratiquants. L'effet étonnant de la pratique pour la guérison et la mise en forme a été observé dans d'innombrables cas ; de plus, le monde médical considère certains de ces cas comme des miracles.

Voici quelques-unes de ces histoires qui mettent en vedette plusieurs centenaires qui ont souffert de maladies tenaces et terminales. Mais grâce au Falun Dafa, ils jouissent maintenant d'une bonne santé physique et spirituelle.

Le Falun Dafa est une pratique authentique de l'école de bouddha et une cultivation de l'esprit et du corps. Les pratiquants suivent le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et pratiquent cinq séries d'exercices simples et élégants. La pratique peut apporter aux pratiquants une bonne santé, élever leur moralité, ouvrir leur sagesse et les aider à mieux comprendre les mystères de la vie et de l'univers.

Dès 1998, la communauté médicale chinoise avait déjà mené cinq enquêtes sur des pratiquants de Falun Gong. Les chercheurs médicaux ont également fait des recherches similaires sur la santé. Les résultats montrent que le taux de guérison des pratiquants de Falun Gong atteignait 98 %.

Le secret de la longévité d'une grand-mère

Le 6 janvier 2017, plus de 100 amis et parents se sont réunis pour célébrer le 100e anniversaire d'une grand-mère. Son petit-fils et sa petite-fille sont également venus avec son arrière-petite-fille. Le petit-fils a placé sur l'autel une sculpture de la grand-mère en argile faite à la main. Des amis et des parents ont utilisé leur téléphone portable pour prendre des photos et tout le monde a félicité le petit-fils pour son habileté, car bien qu'il n'ait jamais appris la sculpture, il a été capable de faire une statue en argile aussi détaillée.

« Le Falun Gong peut vraiment ouvrir la sagesse » ont-ils dit.

L'expérience de vie difficile de la grand-mère

La grand-mère a vécu beaucoup de choses au cours de sa longue vie. Cet anniversaire a été célébré dans l'ancienne maison où elle avait vécu pendant des années. Elle était à l'origine en bois, mais maintenant le plancher de bois n'est plus là. La maison a été rénovée pour avoir un sol en ciment et un plafond en plastique.

La vieille maison lui a néanmoins rappelé ses misérables expériences passées pendant les nombreux mouvements politiques du Parti communiste chinois.

La grand-mère et son mari travaillaient très diligemment quand ils étaient jeunes. Ils possédaient plusieurs acres de terres agricoles. Pendant la morte saison, ils fabriquaient des bonbons pour les vendre et la grand-mère tissait des tissus et faisait les travaux ménagers à la maison. Dans l'ensemble, ils avaient une belle vie.

Cependant, en 1949, tout a changé lorsque le PCC est arrivé. Les grands-parents ont été considérés comme des « fermiers riches » et ont été traités par le PCC comme des indésirables - propriétaires terriens, riches, anti-socialistes ou méchants. Toute la famille a été chassée de sa propre maison et tous leurs biens ont été saisis par le Parti.

Ils ont dû creuser le sol, construire des murs et installer un toit de paille pour se faire une maison. À partir de ce moment-là, ils ont vécu dans cette petite pièce de terre humide, tandis que leur maison d'origine en briques et tuiles était confisquée et était devenue le bureau de la Commune populaire locale.

L'année 1960 a apporté le grand bond en avant et la grand-mère ne pouvait rien faire d'autre que regarder de nombreux villageois mourir de faim les uns après les autres. Il y avait à peine assez de cercueils pour ceux qui mourraient, alors les responsables du village ont demandé à des villageois d'arracher les planchers de bois de la grand-mère et de les emporter. Cependant, de plus en plus de personnes sont décédées. Les fonctionnaires ont demandé aux villageois d'ouvrir les murs de bois à l'intérieur de la maison de la grand-mère jusqu'à ce que 34 planches de bois seulement maintiennent la maison debout.

À l'époque, il y avait un vieil homme nommé Zhang qui avait déménagé d'une autre région. Un matin, il a confessé à la grand-mère d'une voix tremblante : « Une fille du village vient de mourir. Je voulais vraiment la manger, mais je n'avais pas de casserole ou de cuisinière pour la cuisiner. Je meurs de faim. »

Le soir, le vieil homme était mort de faim, un autre cadavre était étendu sur le bord de la route.

Alors que de plus en plus de villageois décédaient, le porte-parole du gouvernement du village a continué à diffuser des messages - « La Commune du Peuple est bonne ! Le socialisme est bon. »

Les grands-parents et les autres indésirables étaient obligés de faire du travail servile tous les jours. On les forçait souvent à porter des bonnets de cancre et à faire le tour du village. À la fin de la tournée, on les forçait à s'agenouiller sur des pierres pointues sur le devant de la scène du village, où ils étaient critiqués en public.

La grand-mère a tellement souffert et a failli s'évanouir, mais elle a enduré et retenu ses larmes de peur qu'ils ne l'abaissent et ne l'attaquent encore plus. À la fin de la journée, elle rentrait à la maison en rampant et en pleurant en secret. Jour après jour, année après année, les yeux de la grand-mère se sont usés peu à peu à cause de tous ces pleurs. Une simple brise lui irritait les yeux et lui faisait verser des larmes. Sa santé se détériorait.

En 1997, son petit-fils et sa petite-fille ont commencé à pratiquer le Falun Gong. Deux mois plus tard, toutes les maladies et douleurs du couple avaient disparu. Grâce à cela, ils ont été pleinement témoins du surnaturel et du merveilleux du Falun Dafa et ils ont décidé de suivre Maître Li et le principe de Dafa Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Pendant un certain temps, le couple a vécu en paix.

Lorsque Jiang Zemin a commencé à persécuter le Falun Gong le 20 juillet 1999, le petit-fils et la petite-fille ont refusé de renoncer à leur croyance. En conséquence, leur domicile a été saccagé et ils ont été arrêtés et emmenés dans un centre de lavage de cerveau. Les responsables du bureau 610 local leur ont crié : « Vous pouvez vous prostituer, vous pouvez jouer à des jeux d'argent, mais vous n'avez pas le droit de pratiquer le Falun Gong ou d'apprendre le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. »

Le petit-fils a été élevé par la grand-mère. Ayant pensé que le Parti s'était peut-être enfin calmé, l'arrestation de son petit-fils lui a rappelé des souvenirs désagréables. Elle a recommencé à pleurer tous les jours.

À l'âge de 88 ans, un vaisseau sanguin dans un de ses yeux a éclaté. Le médecin ne lui a donné aucun traitement médical et ne lui a prescrit qu'un analgésique.

La grand-mère se sentait désespérée. Elle a décidé de rentrer chez elle et de boire du pesticide, car elle ne supportait plus la douleur. Heureusement, sa petite-fille l'a immédiatement arrêtée.

Quand le petit-fils est arrivé à la maison et a entendu parler de l'incident, il a conseillé à la grand-mère de réciter « Falun Dafa est bon. Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. » Il lui a également fait écouter les enregistrements audio des conférences de Maître Li. Alors que la grand-mère écoutait les conférences, une chose miraculeuse s'est produite. Toute la douleur de la grand-mère s'est soudainement dissipée et son œil s'est rétabli.

Après, la centenaire n'est jamais tombée malade. Ses yeux et ses oreilles fonctionnent toujours bien et ses joues sont roses. Non seulement peut-elle s'occuper d'elle-même, mais elle peut aussi aider à faire certains travaux ménagers.

Célébrer le 100e anniversaire et exprimer de la reconnaissance envers le Falun Dafa

Les parents et amis présents à la fête ont constamment félicité la grand-mère et lui ont souhaité bonne chance. En guise de remerciement, elle leur a dit : « Gardez à l'esprit que le Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. »

L'arrière-petite-fille de trois ans a également soulevé sa bouteille de lait et a dit : « Joyeux anniversaire, mon ancêtre ! »

La grand-mère a souri et a demandé à la fille de lire les neuf mots. L'arrière-petite-fille a répondu aussitôt : « Je le sais. Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! Le Maître est bon ! »

Tout le monde à la fête a ri de bon cœur.

Ses amis et ses parents ont demandé à la grand-mère de leur dire le secret de sa longévité. La grand-mère leur a dit gentiment : « Récitez "Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon !" tous les jours, et vous obtiendrez la même santé et la même longévité que ce que j'ai maintenant. »

De nombreux parents et amis ont demandé au petit-fils d'écrire les neuf mots sur un papier pour qu'ils puissent les garder à l'esprit et continuer à les réciter à leur retour à la maison. Certains se sont même entraidés les uns les autres pour s'assurer qu'ils avaient mémorisé les mots.

Le bruit des pétards, des feux d'artifice et des rires ont apporté beaucoup de joie au petit village.

(À suivre)

Voir aussi

Des centenaires font l'expérience de miracles suite à leur croyance en Dafa

Des centenaires font l'expérience de miracles suite à leur croyance en Dafa (II)

Des centenaires font l'expérience de miracles suite à leur croyance en Dafa (III)

Des centenaires font l'expérience de miracles suite à leur croyance en Dafa (IV)

Traduit de l'anglais au Canada