Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Le percepteur d'impôt le plus digne de confiance

Vendredi 7 décembre 2018 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa avant que le régime communiste chinois ne commence à persécuter la discipline spirituelle en 1999. À l'époque, je travaillais au bureau central de notre bureau local des impôts. Je suivais le principe du Falun Dafa Authenticité-Bienveillance-Tolérance au travail, et mes évaluations de performance étaient toujours bonnes.

Après le début de la persécution, j'ai été rétrogradé pour travailler comme percepteur des impôts dans une succursale. Même s'il ne s'agissait pas d'un poste de haut niveau, mon nouveau poste m'obligeait à traiter directement avec les contribuables. Étant donné les nombreuses failles du régime fiscal chinois, ce poste est souvent considéré comme une occasion de s'enrichir par des moyens contraires à l'éthique.

En tant que pratiquant de Dafa, j'ai toujours refusé les cadeaux, les pots-de-vin et tous les autres types de dessous de table de la part des contribuables. Pendant ce temps-là, j'ai passé beaucoup de temps à améliorer mes compétences techniques et j'étais très respecté par mes pairs.

Au travail, j'ai appliqué le principe du Falun Dafa et traité nos clients avec gentillesse et sincérité. C'est pourquoi ils me faisaient confiance et venaient souvent me demander de l'aide et trouvaient ce dont ils avaient besoin.

Une fois, il m'a fallu environ une semaine pour vérifier toutes sortes de documents afin de résoudre un problème majeur pour un contribuable. Il m'a apporté une enveloppe pleine d'argent pour me remercier de l'avoir aidé. Quand plusieurs de mes collègues m'ont vu refuser encore une fois un « cadeau », ils ont dit que j'étais tout simplement stupide. « Certains percepteurs des impôts courent même après les clients pour avoir de l'argent, mais vous refusez l'argent qui vous est offert en cadeau. Je n'arrive tout simplement pas à comprendre », a commenté l'un d'eux.

Mais mes clients aimaient ce que je faisais et me félicitaient pour mon éthique de travail. « Je suis comptable depuis plus de dix ans et j'ai travaillé pour plusieurs bureaux des impôts. Vous êtes le meilleur », a fait remarquer un client. « Vous êtes différent des autres parce que vous vous souciez vraiment de nous et que vous nous traitez sur un pied d'égalité », a ajouté un autre client.

Après m'avoir entendu parler du Falun Dafa avec des collègues et des clients, une directrice est venue me voir. Elle a dit : « Je sais que tu es une personne honnête et bonne dans ce que tu fais. Il y a des milliers de percepteurs des impôts dans la ville, mais tu es le plus digne de confiance. Tu es un vrai membre du Parti communiste ! »

La directrice semblait penser que les nombreux membres du Parti en Chine qui abusent de leur pouvoir et acceptent des pots-de-vin ne croient pas vraiment au communisme, que s'ils le faisaient, ils ne seraient pas corrompus.

Je lui ai dit que je devais mon intégrité au Falun Dafa et que le communisme utilise la tromperie dans sa lutte pour maintenir le pouvoir, ce qui va à l'encontre du principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance de Dafa.

J'ai dit : « Je ne suis qu'un pratiquant ordinaire de Falun Dafa. Quiconque pratique vraiment le principe du Falun Dafa se comporterait de la même façon que moi. Je ne suis pas membre du Parti communiste, et je ne veux pas le devenir, car le communisme n'a rien de positif à apporter au monde. »

Traduit de l'anglais au Canada