Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Tous les patients de la salle d’hôpital ont été autorisés à partir

Vendredi 9 février 2018 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) Quand mon mari est tombé malade il y a cinq ou six ans de cela, je lui ai demandé de réciter « Falun Dafa Hao » (Falun Dafa est bon), mais il ne l’a pas fait. On lui a diagnostiqué le diabète et il a dû être hospitalisé.

Il y avait cinq lits dans la salle où il se trouvait, et les cinq patients étaient atteints de maladies graves. La personne dans le lit à côté de celui de mon mari était un vieil homme qui était émacié parce qu’il ne pouvait pas manger. En plus de faire de gros bruits bizarres chaque nuit, il crachait constamment des glaires dans des mouchoirs qui s’entassaient continuellement en pile par terre à côté de son lit.

Il avait un fils et deux filles qui lui rendaient visite à tour de rôle. Le premier jour nous étions là pendant que son fils s’occupait de lui. Au milieu de la nuit, il a appelé son fils au téléphone à plusieurs reprises, mais son fils n’a pas répondu.

Je lui ai dit : « Que puis-je faire pour vous ? Votre fils est fatigué. Laissez-le dormir. »

L’homme a dit avec difficulté qu’il avait besoin d’être retourné. Je l’ai retourné, j’ai jeté les mouchoirs usagers et placé des mouchoirs propres à sa portée. Il pouvait à peine parler, mais il m’a remerciée.

Sa fille aînée est venue le lendemain. Elle a demandé au médecin : « Le médecin de l’hôpital de Jilin nous a dit que notre père ne devrait prendre ce traitement que pendant une semaine pour minimiser les effets secondaires. Pourriez-vous arrêter l’intraveineuse pendant quelques jours ? »

Le médecin a ausculté les poumons du vieil homme puis son cœur. Il a dit : « Pas question. Les poumons sont pleins de bulles. Son cœur ne va pas bien non plus. Je n’ose pas arrêter l’intraveineuse. Si vous insistez, vous devez faire un requête écrite et le faire à vos risques et périls. »

Sa fille a appelé son autre sœur pour avoir son avis sur la médication, mais celle-ci a dit que cela dépendait d’elle. Elle était contrariée de devoir prendre la décision seule et a laissé le médecin continuer le traitement par intraveineuse.

Elle m’a raconté que son père avait un cancer des poumons en phase terminale et qu’il ne lui restait tout au plus que deux mois à vivre. Le vieil homme souffrait beaucoup et était rude avec ses enfants. Ceux-ci réprouvaient son attitude et étaient dans l’incapacité de le réconforter.

Voyant la souffrance dans laquelle se trouvait la famille, j’ai dit à la fille aînée : « J’ai un moyen de sauver votre père. Le Falun Dafa fait des merveilles. S’il accepte de démissionner du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations affiliées, et qu’il psalmodie sincèrement ‘Falun Dafa Hao’, des miracles pourraient survenir. »

La fille a dit : « Mais regardez-le. Il n’écoutera personne ! »

« Si je lui parle, il écoutera », ai-je répondu.

« Pourquoi feriez-vous cela ? »

« Parce que je veux l’aider du fond de mon cœur. »

« D'accord, allez-y. Bonne chance », a-t-elle répondu.

J’ai regardé l’homme et je lui ai demandé avec compassion : « Monsieur, quel âge avez-vous ? » Il a dit qu’il avait 61 ans. Je lui ai demandé où il travaillait et il m’a répondu. Alors je lui ai dit : « Votre vie est si dure. J’ai un moyen de vous sauver. Me croyez-vous ? »

D’une voix rauque, il a répondu : « Je suis sans espoir. Que reste-t-il à sauver ? »

« Croyez en la bonté du Falun Dafa, croyez en Zhen-Shan-Ren, démissionnez du PCC et de ses organisations affiliées, et répétez ‘Falun Dafa Hao’. Autant vous croirez en la bonté du Falun Dafa, autant vous vous rétablirez – des miracles pourront survenir. »

Il m’a regardé et a dit avec un sourire : « Vous êtes une gentille personne. Je vous crois. S’il vous plaît, aidez-moi à démissionner du PCC. » Il a immédiatement fermé les yeux et a commencé à répéter « Falun Dafa Hao ». Il était 1 heure du matin.

Le lendemain matin à 8 heures, le médecin a ausculté les poumons du monsieur et s’est écrié : « Que s’est-il passé ? Comment avez-vous pu vous rétablir ? Laissez-moi écouter votre cœur… votre cœur va bien. Que s’est-il passé ? Que s’est-il passé ? Bien, puisque vous allez mieux, vous pouvez sortir du lit à la fin de cette intraveineuse. »

Le médecin est parti rapidement. Le vieil homme m’a regardée et a dit : « Vous m’avez dit quoi faire et j’ai écouté. Alors que j’étais en train de répéter ces mots, la douleur dans ma gorge a disparu et la gêne que j’éprouvais est partie. »

Étant bouddhiste, sa plus jeune fille s’est exclamée : « C’est vraiment magique. Le Falun Dafa est bon. Le Maître du Falun Dafa est bon. Papa, récite 'Falun Dafa est bon. Maître Li est bon’. »

Après des années de souffrances, l’homme a ressenti de nouveau ce que c’est que de n’avoir aucune douleur dans son corps. Tout le monde dans la salle d’hôpital a été témoin du miracle. Mon mari a immédiatement commencé à réciter « Falun Dafa Hao » avec les yeux fermés.

Il a dit : « Quittons l’hôpital cet après-midi. »

Les autres patients du service ont tous dit : « Quittons l’hôpital cet après-midi. »

Et ils ont tous été autorisés à quitter l’hôpital ce jour-là. Ils ont également démissionné du PCC et de ses organisations affiliées.

Au nom de ces personnes qui ont été tellement bénies, je remercie le Maître du Falun Dafa d’avoir sauvé nos vies.

Traduit de l'anglais en Europe

Version chinois: