Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Je dois tout à notre vénérable Maître

Samedi 19 janvier 2019 |   Écrit par une pratiquante de Dafa en Chine

(Minghui.org)Je suis une femme analphabète qui a grandi dans la campagne chinoise. J’aimerais partager certaines expériences extraordinaires que j’ai vécues dans ma vie et dans la cultivation du Falun Dafa.

Le Falun Dafa, aussi connu sous le nom de Falun Gong, est une discipline spirituelle de l’esprit et du corps basée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Cette discipline a été présentée au public par Maître Li Hongzhi en 1992. Le régime communiste chinois a commencé à persécuter la pratique au mois de juillet 1999 à cause de sa popularité croissante.

Enfance misérable

Je suis née dans une famille pauvre de la campagne en Chine. Ma mère a donné naissance à sept filles avant de finalement avoir un garçon. Mon père est tombé malade lorsqu’il était dans la trentaine et a commencé à vomir du sang. Dans ces temps-là, les filles n’étaient pas valorisées dans notre région et comme j’étais l’une des sept filles, on me considérait comme un fardeau.

Une fois, quand j’ai attrapé la variole à l’âge de deux ans, ma mère m’a jetée dans un bosquet de bambous. Une nuit, j’ai aussi été laissée au bord d’une porcherie et je suis tombée dans l’enclos lorsque je me suis déplacée. Je n’étais peut-être pas destinée à mourir — des voisins m’ont retrouvée saine et sauve et m’ont renvoyée dans ma famille.

Une fois que j’ai grandi, je devais me lever avant l’aube chaque matin pour ramasser la braise, de l’herbe pour les cochons et du bois de chauffage. Il y avait toujours un nombre sans fin de tâches à accomplir.

Mariage malheureux

Je me suis mariée dans la vingtaine, mais ma misérable vie a continué. Mon mari avait grandi en tant qu’orphelin, et il se souciait peu des autres et de notre famille. Il a trouvé un travail dans une usine, mais il me donnait très peu d’argent pour m’occuper de la famille. Souvent, lorsqu’on se chicanait, il quittait la maison pendant des semaines, me laissant me débrouiller seule. Je devais m’occuper de tout le travail pénible de la ferme même alors que j’étais enceinte de plusieurs mois.

La vie était très difficile pour moi et un jour semblait comme une année. J’ai tenté trois fois de me suicider. Je me suis pendue à la branche d’un arbre, mais la branche a cassé et j’ai survécu. Je me suis jetée dans une rivière, mais j’ai été emportée à la rive. J’ai bu une bouteille de pesticide, mais je ne suis pas morte et je me suis réveillée quelques jours plus tard.

Aussitôt que j’ai repris connaissance, j’ai vu un maître taoïste avec une barbe blanche qui m’a dit : « Tu as essayé de te tuer trois fois et je t’ai sauvée chaque fois. Tu ne dois pas mourir, car tu as encore des choses importantes à accomplir. »

Ce n’est qu’après avoir cultivé dans Dafa que j’ai réalisé que le Maître avait pris soin de moi pendant tout ce temps. Je serais morte plusieurs fois si ce n’était pas de la bienveillance et de la compassion du Maître.

Comment j’ai trouvé Dafa

Au début de l’année 1999, alors que je marchais près d’un parc, j’ai vu un groupe de personnes assises en méditation. J’ai été attirée par la très belle musique des exercices. L’un d’eux m’a demandé si j’aimerais me joindre à eux. J’ai dit oui et je me suis assise pour méditer avec le groupe.

De retour chez moi, j’en ai parlé à mon mari et je l’ai encouragé à commencer aussi la pratique. Le jour suivant je suis retournée au site de pratique pour apprendre les exercices et c’est ainsi que j’ai commencé à pratiquer dans Dafa.

Puisque je n’avais jamais été à l’école, je ne savais ni lire ni écrire. Alors j’écoutais les leçons du Fa du Maître et j’allais au groupe d’étude du Fa pour écouter les autres lire le livre Zhuan Falun.

Je me sentais si heureuse et ma vie a commencé à prendre un tournant radieux. J’ai cessé de me plaindre de tout ce que j’avais souffert et pour la première fois, j’ai commencé à sourire du fond du cœur.

Expériences extraordinaires

La première fois que je suis allée au site de pratique, je pouvais voir que le site entier était couvert d’une couche de rouge radieux et par dessus je pouvais voir un grand Falun. J’ai dit aux autres ce que j’avais vu, et ils ont tous dit que j’avais une bonne prédisposition et ils m’ont encouragée à bien cultiver dans Dafa.

À cette époque, nous vivions dans une maison d’un étage, autour de laquelle je cultivais des fèves vertes. Une fois, je suis montée jusque sur le toit pour prendre les fèves sur les vignes. L’avant-toit s’est effondré, je suis tombée sur le sol et me suis évanouie. Personne ne m’a vue et je suis restée là pendant quarante minutes avant de reprendre connaissance. J’avais mal dans tout mon corps, surtout dans mon dos. J’avais la nausée et je me sentais très inconfortable. Puis j’ai pensé : « J’ai le Maître pour me protéger et j’ai Dafa dans mon cœur. Je vais être correcte. »

J’ai dit au Maître en pleurs : « Maître, je ne peux pas rester étendue ainsi. Je veux étudier le Fa, faire les exercices et parler de Dafa aux autres. S’il vous plaît, aidez-moi à guérir mon dos. »

Trois ou quatre jours ont passé. Un matin, j’ai vu ma résidence emplie d’une lumière rouge. Je pouvais aussi entendre un son qui grondait. De loin, le Maître venait vers moi, assis sur une grande fleur de lotus.

J’étais tellement enthousiaste et j’ai salué le Maître. Le Maître m’a dit avec gentillesse : « Étends-toi sur le ventre. » J’ai répondu : « Je ne peux pas. » Puis le Maître a appuyé doucement sur mon dos avec sa main puis m’a dit : « Maintenant, lève-toi. » Avec ces mots, le Maître s’est éloigné de moi et s’est assis sur une chaise devant moi. J’ai tenté de me lever et en effet j’ai réussi sans problème. Mon dos était revenu à la normale !

La protection du Maître et la puissance de la pensée droite

Une fois que la persécution a commencé, les membres de notre comité local harcelaient souvent la pratiquante qui nous offrait son domicile pour notre étude du Fa en groupe. Elle a commencé à avoir un peu peur et voulait cesser le groupe d’étude du Fa et s’en aller pour un temps.

Je lui ai dit : « N’aie pas peur. Le Maître nous protège. » En réalité, durant cette période, chaque fois qu’on avait notre groupe d’étude du Fa, je pouvais voir le Maître assis près, au-dessus de nous. Je savais que le Maître nous donnait l'’ndice que nous ne devions pas avoir peur, car il nous protégeait. Avec une forte croyance dans le Maître, nous avons continué notre groupe d’étude du Fa jusqu’à ce jour.

À l’étude du Fa en groupe, le Maître m’a aussi donné des indices à plusieurs reprises de faire attention à la sécurité des téléphones portables. Lorsque j’ai vérifié, j’ai vu qu’en effet il y avait une compagne de cultivation qui avait son téléphone portable avec elle. Je lui ai dit de ne pas apporter son téléphone au groupe d’étude du Fa pour des raisons de sécurité, mais elle a insisté sur le fait qu’elle devait l’avoir avec elle.

Plus tard, cette pratiquante et une autre ont été arrêtées parce que la police avait été capable de les localiser à l’aide d’un dispositif de localisateur de portable. J’ai pleuré lorsque j’ai appris la nouvelle, parce que je sentais que j’avais échoué à rappeler à mes compagnons de cultivation de faire attention malgré le fait que le Maître m’avait donné plusieurs fois des indices.

Un soir, je suis sortie pour distribuer des documents clarifiant la vérité et j’ai rencontré un groupe d’agents de police en civil. Je me suis accroupie derrière un rocher et j’ai crié : « Maître ! » Puis un vieil homme est apparu. Il a marché en direction de la police et a commencé à les réprimander. J’en ai profité pour partir.

Alors que je marchais, je me suis perdue. Alors j’ai demandé à nouveau au Maître de m’aider. Puis j’ai vu une lumière rouge devant moi. Je pouvais aussi entendre un son de cloche. Ça cessait lorsque j’étais concentrée sur ce que j’étais en train de faire, mais ça recommençait une fois que j’avais terminé. La lumière m’a guidée, puis est disparue une fois que j’étais près de chez moi.

À une autre occasion, j’ai rencontré quelques policiers en civil alors que je portais un sac de calendriers de clarification de la vérité à distribuer. J’ai appelé le Maître pour me renforcer. Soudain, deux ou trois dames sont apparues devant moi et ont commencé à me parler comme de vieilles amies : « Ne les distribue pas. Retourne chez toi maintenant ! » Je ne savais pas qui elles étaient, mais je savais que c’était le Maître qui me protégeait.

Un responsable de marché change son attitude envers le Falun Gong

Dans notre région, il y a un responsable de marché qui s’est fait endoctriner par les mensonges du Parti communiste chinois (PCC) et il signalait régulièrement les pratiquants à la police.

Une fois, un compagnon et cultivation et moi l’avons rencontré par hasard au marché. Le pratiquant m’a demandé si j’étais assez brave pour lui clarifier la vérité. Je n’y ai pas pensé longtemps et je me suis dirigée directement vers lui. J’ai pris son bras et lui ai dit : « Bonjour, s’il vous plaît venez avec moi. J’ai quelque chose à vous dire. »

Il a été surpris et a dit : « Comment osez-vous ! Lâchez mon bras ! » Je lui ai dit avec bonté et sincérité : « S’il vous plaît, ne signalez plus les pratiquants de Falun Gong. Vous devez tenir compte de l’avenir de votre famille et de vos petits-enfants. Le Falun Dafa est le Fa de Bouddha. Vous ne savez pas quel péché vous avez commis en signalant les pratiquants de Dafa ! » Des larmes ont commencé à couler sur mon visage alors que je parlais.

Il a semblé s’être éveillé à quelque chose et a dit silencieusement : « Mais c’est mon travail. » J’ai continué et lui ai dit : « Oui, c’est peut-être bien votre travail, mais si vous cessez de signaler les pratiquants, vous allez vous sauver vous et votre famille. » Je lui ai ensuite donné un hebdomadaire et lui ai dit : « Ceci est très précieux, ça vaut une tonne d’or. »

Depuis, il a beaucoup changé son attitude envers les pratiquants. Lorsqu’il nous voyait par la suite distribuer des documents, il souriait et se détournait. Quelquefois, il m’a aussi dit de faire attention, car il y avait du nouveau personnel de gestion.

Des expériences encore plus extraordinaires

Un jour en ville, un compagnon de cultivation a été arrêté par quelqu’un qui avait été trompé par la propagande du PCC. Il jurait envers la pratiquante. J’ai immédiatement demandé au Maître de nous renforcer. J’ai récité le verset de l’émission de la pensée droite, puis j’ai marché jusqu’à eux et j’ai dit à l’homme : « Silence. Figez ! » En effet, il se tenait là en silence. J’ai dit à la compagne de cultivation de partir rapidement. Quand la pratiquante m’a remerciée, je lui ai dit : « Ne me remercie pas. Toutes ces capacités nous ont été données par le Maître. »

Lorsque j’ai regardé en arrière, l’homme était encore là, figé. Alors je lui ai dit : « Vous pouvez partir maintenant. » Il est parti silencieusement.

J’ai eu beaucoup d’autres expériences miraculeuses. Par exemple, lorsque j’ai commencé à cultiver dans Dafa, j’avais souvent de la diarrhée à cause d'’ne entérite chronique. Le Maître a tourné ses mains trois fois devant mon abdomen et je n’ai plus jamais eu de douleur ni de diarrhée. Le Maître a également nettoyé mon corps et enlevé de nombreux vers à l’intérieur de moi.

Une fois, le Maître m’a aussi montré comment il étendait son grand bras transparent et nous retirait de l’enfer avec un filet plus grand qu’une maison.

Aucun mot ne suffit pour exprimer la compassion sans borne du Maître. Je dois tout ce que j’ai au Maître. Je vais toujours écouter ce que le Maître dit et sauver plus de gens comme un tout petit signe pour montrer mon immense gratitude envers notre Maître vénérable.

Traduit de l’anglais au Canada