Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Utiliser mes épreuves pour identifier mes attachements

Mardi 12 février 2019 |   Écrit par une pratiquante de Falun Gong en Chine

(Minghui.org) J'ai 76 ans et j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1997. J'aimerais partager mon expérience sur comment j'ai surmonté une grave épreuve de maladie avec l'aide du Maître.

J'étais en route pour aller chez un pratiquant pour l'étude du Fa le 6 janvier 2017. J'arrive généralement dix minutes à l'avance, mais ce jour-là, j'étais en retard et j'ai pris un taxi. Le taxi s'est arrêté à environ 300 mètres de la maison du pratiquant car il ne pouvait pas aller plus près. Avant de partir de chez moi, j'avais ressenti des douleurs à la taille et dans les jambes, mais je n'en avais pas tenu compte. Cependant, quand je suis descendue de la voiture, j'ai ressenti une intense douleur dans l'abdomen et ma jambe droite s'est gravement contractée. C'était si pénible qu'à chaque pas, j'avais l'impression que des aiguilles me piquaient.

J'ai pensé revenir dans le taxi et retourner à la maison mais quand le chauffeur a vu mon état, il a eu peur et a pensé que j'allais le poursuivre en justice pour « blessures ». Il m'a dit qu'il n'allait pas me ramener et il est parti à toute vitesse.

La maison du pratiquant était encore à une certaine distance et il n'y avait personne aux alentours pour m'aider. J'étais pliée de douleur et ne pouvais pas bouger. Que devais-je faire ? J'ai pensé que cela devait être une interférence pour m'empêcher d'aller à l'étude du Fa, mais je n'allais pas laisser ça se passer. Je devais aller à l'étude du Fa.

En serrant les dents, j'ai émis la pensée droite et je me suis traînée jusque chez le pratiquant. Quand je suis arrivée, les autres pratiquants m'ont demandé ce qui était arrivé. Après leur avoir raconté, l'un d'eux a dit : « Asseyez-vous, étudiez le Fa et émettez la pensée droite. » Dès que je me suis assise, ma jambe droite est devenue si raide et si douloureuse que je ne pouvais pas la plier.

Quand nous émettions la pensée droite, un pratiquant a dit : « Je vois un grand être négatif à côté de vous. »

J'ai répondu : « Peu importe sa taille, il ne peut pas être plus grand que Dafa. Nous avons le Maître et le Fa, il n'y a donc pas de quoi avoir peur. »

Quelques pratiquants qui s'inquiétaient pour moi ont voulu que je parte avec eux après l'étude du Fa. Cependant, je ne pouvais pas me lever. Quand j'ai essayé de mettre mes chaussures, je suis tombée. Un pratiquant m'a tout de suite aidée à me relever et m'a soutenue pour sortir de la maison. Il était grand, jeune et fort. Il m'a presque portée jusqu'à la route pendant qu'un autre pratiquant appelait un taxi.

Mon appartement est au troisième étage, ainsi j'ai dû monter les escaliers en rampant. Quand mon mari m'a vue, il a été très inquiet. Je lui ai dit de ne pas s'en faire, mais le côté droit de mon corps semblait être paralysé et ma jambe était toujours très douloureuse.

Deux pratiquants sont venus pour m'aider. Mon mari était si inquiet qu'il a téléphoné à notre fils. Lui et sa femme sont venus. Sa femme a examiné mes jambes et a dit que tout semblait bien aller.

Mon fils voulait que je me lève et fasse quelques pas, mais je ne le pouvais pas. Je l'ai juste rassuré en lui disant que tout irait bien.

Le lendemain, mes deux fils sont venus avec leurs épouses. Ils voulaient m'emmener à l'hôpital pour un bilan de santé, mais je leur ai dit : « Je sais que vous essayez de m'aider, mais si vous me forcez à aller à l'hôpital, je risque vraiment d'être paralysée. Depuis 20 ans que je pratique le Falun Dafa, je n'ai pas eu à prendre de médicaments ou à aller à l'hôpital. Avant de commencer à pratiquer, je souffrais de toutes sortes de maladies et je devais prendre des médicaments tous les jours, mais rien n'y faisait. Cependant, après avoir commencé à pratiquer, je suis allée bien. Vous êtes tous au courant. Si vous voulez vraiment m'aider, continuez à réciter : "Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon" et je guérirai bientôt. » Ils ont souri et ont cessé d'essayer de me faire aller à l'hôpital.

Cependant, ils s'agitaient autour de moi pour que je sois bien. Je leur ai dit : « Cela ira bien. Je vous en prie, rentrez tous chez vous. Mon Maître s'occupe de moi, alors je vais me rétablir très bientôt. Il n'y a pas de quoi vous inquiéter. » Alors ils sont tous partis.

Cet après-midi-là, j'ai essayé de faire la méditation assise, mais je ne pouvais pas plier la jambe droite. Des pratiquants ont aidé en émettant la pensée droite et j'ai demandé de l'aide au Maître. J'ai serré les dents et j'ai pu lentement mettre ma jambe droite sur la gauche.

C'était extrêmement douloureux et je ne pouvais pas tenir les jambes croisées longtemps, alors j'ai maintenu ma jambe droite en position. À ce moment-là, je pouvais clairement sentir quelque chose de rond comme un œuf, rouler le long de ma jambe à partir de la cuisse. C'était si douloureux que je tremblais. Je tremblais sans arrêt en récitant le Fa du Maître :

« C’est difficile à endurer, mais on peut l’endurer, c’est difficile à faire, mais on peut le faire. » (Neuvième Leçon, Zhuan Falun)

Après environ une heure, je transpirais tant mais ma jambe pouvait enfin se plier et j'ai pu méditer avec une seule jambe pliée.

Merci Maître d'avoir enlevé la matière négative !

Cette nuit-là, j'ai essayé de méditer dans la position du lotus. Quand j'ai plié ma deuxième jambe, les deux jambes faisaient si mal que je les ai vite dépliées. Alors, je me suis rappelé ce que le Maître a dit :

« Enseignant le Fa du Ciel pour sauver le firmament

Seul à supporter les dettes karmiques de tous les êtres

Le karma incommensurable a formé d’immenses tribulations

Les cheveux noirs devenus gris, le corps humain endommagé... » (« Vers l’état originel », Hong Yin Vol. III)

Savoir ce que le Maître a enduré pour nous tous me faisait mal au cœur et je me suis mise à pleurer. Le Maître a traversé tant d'épreuves pour nous, comment pourrais-je les comparer avec les douleurs de mes jambes ? J'ai immédiatement plié les deux jambes. La douleur était si intense que j'ai appuyé mon corps contre le lit. J'ai refusé de déplier les jambes et j'ai enduré la douleur durant toute l'heure. Après avoir persévéré et médité dans la douleur durant une semaine, j'ai enfin pu dépasser cette épreuve.

Persister à sauver les gens

Comme je ne voulais pas que les gens comprennent mal ma situation et aient des pensées négatives sur le Falun Dafa, je ne suis pas sortie pour parler de Dafa aux gens. Au lieu de cela, je suis sortie la nuit et j'ai affiché des documents parlant du Falun Dafa.

En hiver, il fait nuit tôt, ainsi, je sortais après avoir émis la pensée droite à 18 h. Je faisais un pas en avant avec ma jambe gauche et traînais la jambe droite derrière. Bien que mon ventre ne me faisait plus mal et que je pouvais me tenir debout, ma jambe droite était encore douloureuse quand je marchais, alors je n'osais pas mettre le poids sur ma jambe droite.

Je collais des informations sur le Falun Dafa sur les murs et au rez-de-chaussée des immeubles d'habitation. Quand je passais par des unités fermées à clé, je les collais aux portes. Une fois que j'étais fatiguée, je prenais un taxi pour rentrer à la maison.

Alors que j'étais en convalescence, j'ai eu une autre épreuve. Un jour, j'ai eu si mal à l'estomac que je ne pouvais pas me redresser. J'avais l'impression que des couteaux tailladaient mon estomac et j'avais la nausée. Chaque fois que je mangeais, je devais aller aux toilettes. Mes intestins me faisaient si mal que c'était intolérable.

Alors que j'étais assise sur le lit et que je pressais mes deux mains contre mon estomac, je me suis soudain souvenue ce qui était arrivé à une pratiquante qui s'appelait May. May avait aussi eu mal à l'estomac un jour en marchant pour rentrer chez elle. Cela allait si mal qu'elle avait dû s'asseoir près de la route et appeler son fils pour qu'il vienne la chercher. Quand son fils est venu, il l'a conduite à l'hôpital et elle est décédée peu après.

Juste à ce moment, j'ai entendu une voix qui disait : « Tu es en train de mourir. Tu devrais préparer vos funérailles ! »

J'ai dit solennellement : « Je suis une pratiquante de Dafa et ma vie est dans les mains du Maître. Rien de ce que vous dites ne compte. J'ai des désirs et des attachements humains, mais le Maître a arrangé mon chemin de cultivation. J'essaye de me corriger moi-même. Si vous êtes ici pour me persécuter, vous commettez un péché. »

À cause du mal à l'estomac, je ne pouvais pas tenir le livre Zhuan Falun pour étudier le Fa, alors j'ai écouté les conférences enregistrées du Maître. J'ai augmenté la durée de l'émission de la pensée droite et j'ai répété un poème du Maître :

« Dafa ne quitte pas le corps,

Le cœur rempli de Zhen Shan Ren ;

Dans ce monde un grand Arhat,

Pour les divinités et les démons, pleine crainte respectueuse. » (« Vertu majestueuse », Hong Yin)

J'ai refusé de reconnaître les arrangements des forces anciennes et en étudiant le Fa et en émettant la pensée droite, les maux d'estomac ont diminué.

Une occasion d'identifier mes attachements

Quand j'ai regardé à l'intérieur, j'ai été surprise de voir tant d'attachements, comme le fanatisme, me faire valoir, être compétitive et avoir de la crainte. J'en voulais aussi à mon mari.

Mon mari ramassait du matériel pour le vendre. Il avait bientôt rempli notre garde-meuble. Cependant, il ne voulait pas vendre ces choses et il ne me permettait pas de les vendre. Quand le garde-meuble a été plein, il a commencé à stocker les choses à l'étage. Peu importe combien je nettoyais la maison, j'avais l'impression de vivre dans un tas d'ordures.

La camelote n'arrêtait pas de s'empiler et cela me mettait tellement en colère que je perdais mon sang froid et houspillais mon mari. Ma colère me faisait perdre ma concentration quand j'étudiais le Fa. Je ne pouvais pas non plus me calmer quand j'émettais la pensée droite. J'étais encore en colère et même je le détestais.

La Maître a dit :

« S’il agit ainsi et que vous agissez de même, n’êtes-vous pas aussi une personne ordinaire? Non seulement vous ne devez pas lutter et vous disputer avec lui, mais encore dans votre cœur vous ne devez pas le détester, vous ne devez vraiment pas le haïr. Si vous le haïssez, c’est que vous êtes en colère, n’est-ce pas ? Vous n’avez pas appliqué le principe de Ren. Nous parlons de Zhen-Shan-Ren: vous aurez encore moins de chance d’engendrer Shan. » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)

J'ai compris que j'avais tort et je me suis agenouillée devant le portrait du Maître. J'ai dit au Maître que j'avais eu tort et que je le regrettais. Deux jours plus tard, je n'avais plus mal à l'estomac et je ne ressentais plus de douleur à ma jambe.

Une tribulation résolue

Vingt jours plus tard, je suis retournée chez le pratiquant pour l'étude du Fa. Je boitais encore un peu et ma jambe droite déviait vers l'extérieur. J'ai pensé que cette situation ne pouvait pas continuer car mes voisins qui étaient au courant que je pratiquais Dafa, savaient que le Falun Dafa est bon. Les gens relevaient souvent comme j'étais en si bonne santé et pleine d'énergie. La réponse était toujours : « C'est parce que je pratique le Falun Dafa. »

Je pensais que je ne devais pas ternir l'image de Dafa à cause de ma situation. Alors, j'ai commencé à marcher de la chambre à coucher au salon. Il y a un miroir sur la porte, alors je marchais devant le miroir pour voir si je boitais toujours et si ma jambe déviait encore. Je marchais ainsi une heure avant d'émettre la pensée droite à minuit. J'ai fait ainsi durant plus de dix jours.

Une nuit, quand je mettais mes chaussures pour pratiquer cette marche, mon mari m'a dit d'arrêter parce que je ne boitais plus.

Tout est redevenu normal et j'ai pu ressortir de nouveau pour parler de Dafa aux gens et aider à les sauver.

Si nous pouvons nous rappeler le Fa du Maître quand nous avons des épreuves et que nous pouvons vraiment abandonner nos attachements à la vie et à la mort, le Maître peut nous aider.

Traduit de l'anglais en Suisse