Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Réconforter les pratiquants ne les aide pas vraiment

Jeudi 14 mars 2019 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) J’ai lu un article qui suggérait que, lorsque nous parlons aux autres pratiquants, ce que nous leur disons devrait être basé sur le Fa et non sur nos idées humaines. Réconforter les pratiquants sans leur indiquer leurs insuffisances ce n’est pas les aider véritablement dans leur cultivation.

Avoir une liaison

Il y a plusieurs années, j’ai eu une relation avec une jeune femme. Je me sentais misérable et d’une certaine façon désespéré. Je n’osais pas le dire aux autres pratiquants sauf à une pratiquante âgée dont l’œil céleste était ouvert. Je lui ai demandé comment je pouvais m’en sortir.

« Ne te stresse pas pour ça », m’a-t-elle dit pour me réconforter. « Il n’y a rien d’accidentel pour un pratiquant. Ce n’est pas ce que tu pensais. » Puis, elle m’a raconté l’histoire que j’avais vécu avec cette fille dans une de mes vies antérieures.

« Mais n’ai-je pas mal fait sur cette question ? C’est ce que le Maître nous enseigne dans le Fa », ai-je dit.

« Le Fa est si immense. C’est beaucoup plus que ce que tu as compris. Nous devrions suivre le cours naturel des choses pour toute chose. C’est seulement en suivant le cours naturel des choses que nous pouvons vraiment résoudre l’affinité prédestinée. »

Je me suis alors senti beaucoup mieux.

Cependant, en continuant d’étudier le Fa, j’ai réalisé que ce n’était pas juste. Le Maître m’a aussi donné une indication : « Extrêmement dangereux ! » J’ai alors cessé de voir cette fille et j’ai mis fin à notre relation.

Après avoir élevé mon niveau, j’ai compris que l’explication de la pratiquante âgée était un piège que les forces anciennes me tendaient. Si j’avais suivi le courant, où aurais-je fini ?

Ce qu’elle avait dit était seulement destiné à me réconforter au niveau humain ordinaire. Cela ne m’aidait pas à progresser. Si je suivais ses conseils de prendre une question aussi importante avec légèreté, que serait-il arrivé après ? Les forces anciennes auraient pu tirer avantage de cette faille pour me persécuter à mort.

Emprunter de l’argent

Plusieurs pratiquants locaux continuent d’emprunter de l’argent aux autres pratiquants. Leurs dettes sont de 300 000 yuans, 500 000 yuans ou même 1 million de yuans. Ils sont incapables de rembourser leurs dettes après avoir emprunté autant.

Un pratiquant a été condamné à la prison et sa famille luttait pour s’en sortir financièrement. Mais le pratiquant qui lui avait emprunté 1000 yuans refusait de rembourser sa dette. Lorsqu’un autre pratiquant lui a demandé de rembourser l’argent, il a répondu : « Non, il me devait de l’argent dans sa vie précédente. À présent, nous sommes quittes. »

Ce pratiquant et les autres pratiquants empruntant de l’argent ont parlé à un pratiquant qui peut voir les vies antérieures. Ils pensaient qu’il était juste d’emprunter de l’argent à quelqu’un s’il leur avait prêté de l’argent dans une vie antérieure.

Un autre pratiquant ayant emprunté de l’argent a demandé à un pratiquant dont l’œil céleste était ouvert : « Devrions-nous, nous qui n’avons pas d’argent, dépenser l’argent de ceux qui en ont ? Est-ce l’arrangement du Maître ? »

Ce pratiquant a répondu avec un sourire : « C’est vrai. Ce n’est pas par hasard si quelqu’un emprunte de l’argent à quelqu’un d’autre. »

Certains pratiquants qui ont emprunté de l’argent n’ont pas honte de refuser de le rembourser : « Je n’ai pas d’argent. Attendez que j’en aie. »

Ce n’est absolument pas en accord avec le Fa. Si une personne ordinaire ne peut pas payer ses dettes, il est traduit en justice ! Cela a créé des problèmes à ces pratiquants. Certains de leurs proches ont développé des pensées négatives envers Dafa à cause de cela.

Le Maître nous a expliqué clairement ce point dans « Enseignement de Fa à la Conférence de Fa de San Francisco 2014 » :

« Si entre disciples de Dafa vous contractez des dettes, il faut rembourser. Nous sommes tous des disciples de Dafa, alors ce qui est à toi est à moi, où va-t-on chercher cela ? (Le public rit.) Comment cela peut-il aller ? Pour un être indépendant, toi c’est toi, lui c’est lui. Il ne peut pas te remplacer dans le xiulian, tu ne peux pas le remplacer non plus. Y compris les parents, les frères, les époux, les enfants, personne ne peut remplacer personne. »

Traduit de l’anglais en Europe