Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Un homme de Changchun fait face à un procès pour sa croyance

Dimanche 14 avril 2019 |   Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Jilin, Chine

(Minghui.org) Un habitant de la ville de Changchun, dans la province du Jilin, a été remis en détention six mois après avoir été libéré sous caution, quand le procureur n'avait pas trouvé suffisamment de preuves pour l'inculper. Il est actuellement poursuivi en justice pour sa pratique du Falun Gong, une discipline spirituelle de méditation persécutée par le régime communiste depuis 1999.

M. Mu Junkui

M. Mu Junkui, 49 ans, a été arrêté pour la première fois le 7 septembre 2018, après avoir été surveillé par la police pendant quelque temps. La police a saccagé sa maison et l'entrepôt de son entreprise familiale. Bon nombre de ses biens personnels et professionnels ont été confisqués.

La police a frappé M. Mu à la tête et au visage, au poste de police local et lors d'un examen médical à l'hôpital. Un agent l'a menotté si fort que ses poignets ont enflé.

Il a été libéré sous caution le 30 septembre, car le procureur du parquet de Kuancheng ne disposait pas de preuves suffisantes pour l'inculper.

M. Mu a quitté la ville pour affaires à la fin de février 2019 après avoir obtenu l'approbation du procureur. Dès son retour à Changchun le 20 mars, il a été arrêté et remis en détention au centre de détention no 1 de Changchun. Le procureur a dit qu'ils essayaient de clore l'affaire et de la faire passer en jugement.

Ce n'est pas la première fois que M. Mu est persécuté pour sa croyance. Parce qu'il a demandé le droit de pratiquer le Falun Gong à Pékin le 21 juillet 2001, il a été arrêté et incarcéré au camp de travaux forcés de Tuanhe de 2001 à 2003.

Pour essayer de le forcer à renoncer au Falun Gong, les gardes l'ont enfermé en cellule d'isolement et l'ont forcé à rester assis sur un petit tabouret pendant de longues heures chaque jour. Ses fesses se sont rapidement infectées. Ils lui ont aussi rasé la moitié des cheveux pour l'humilier.

Les gardes ont un jour choqué M. Mu avec six matraques électriques de 150 000 volts sur tout son corps. Il a été gravement brûlé. La douleur était si atroce qu'il sentait sa tête exploser. Il était trempé de sueur. Parce qu'il avait serré les dents si fort quand on lui donnait des décharges électriques, toutes ses dents se sont desserrées et il n'a pas pu manger d'aliments solides pendant plus de deux semaines.

Voir aussi :

Mr. Mu Junkui and Ms. Zhang Yumei from Changchun Arrested and Beaten by Police

Traduit de l'anglais au Canada