Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Clarifier la vérité par les mots et les actes

Dimanche 14 avril 2019 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) Je suis une pratiquante de Falun Dafa et je travaille comme vendeuse dans une pharmacie. Nos salaires dépendent de la quantité de nos ventes, ainsi il y a beaucoup de compétition entre les vendeurs de notre magasin. C'était particulièrement vrai pour l'équipe de vente d'un autre rayon que le mien.

S'abstenir de rivaliser avec les autres

Parce qu'attirer plus de clients et faire plus de ventes étaient la seule chose qui les intéressait, personne ne voulait faire les tâches subalternes telles que nettoyer le magasin. Comme j'étais prête à faire les travaux de nettoyage, le chef du magasin m'a mutée dans cette équipe, étant entendu que c'était un arrangement temporaire et que je retournerais dans mon ancienne équipe le mois suivant.

Après mon transfert, je me suis portée volontaire pour faire les travaux de nettoyage quotidiens. Mon attitude positive et ma diligence semblaient avoir inspiré mes collègues qui se sont mises à rivaliser avec moi pour faire les travaux de nettoyage. À la fin du mois, mon équipe a refusé de me laisser partir et le responsable du magasin a accepté que je reste.

Chaque équipe est composée de trois personnes. Quand j'ai rejoint l'équipe, je me tenais le plus à l'extérieur, près de l'entrée. En raison du froid hivernal, mes collègues ne voulaient pas rester près de la porte ouverte. Quand une collègue a réalisé plus tard que j'avais fait plus de ventes qu'elle, elle a prétendu que j'étais dans une bonne position pour approcher en premier les clients. Elle a pris ma place, pendant que je prenais volontiers la place au fond du magasin. Malgré ma nouvelle position qui semblait défavorable, j'ai réussi à vendre beaucoup. Une autre collègue a tout de suite voulu changer de place avec moi, car elle souffrait de douleurs du post-partum et articulaires. Après avoir changé de place, les chiffres de ses ventes ont chuté drastiquement et elle m'a demandé de revenir à ma première place. Ces expériences m'ont valu les surnoms de « patronne » et de « grosses ventes » de la part de mes collègues.

J'ai essayé de ne pas rivaliser avec les autres, car je savais que cet environnement était créé en premier pour que je puisse sauver plus de gens. De toutes mes collègues, le patron du magasin et le personnel des achats, une seule personne n'a pas encore démissionné du Parti communiste chinois (PCC). Plusieurs d'entre eux ont même persuadé toute leur famille de démissionner.

Maintenir la réputation du Falun Dafa à travers les paroles et les actes

La réputation du Falun Dafa est maintenue à travers les paroles et les actes des pratiquants de Dafa. Tant que nous faisons les choses d'une manière droite, les gens seront convaincus de la bonté de Dafa et des explications détaillées ne seront pas nécessaires pour convaincre les gens de démissionner du PCC.

J'habite à dix minutes de la pharmacie et je rentrais après le travail avec ma collègue Li quand nous avons rencontré un vendeur de maïs. J'ai montré mon intérêt à acheter du maïs et j'ai demandé le prix au vendeur âgé. L'homme a répondu qu'il vendait six épis de maïs pour dix yuans. Ma collègue Li s'est empressée de demander sept épis pour le même prix. Le vendeur a commencé à protester. Pendant qu'ils marchandaient. J'ai choisi six épis de maïs et j'ai payé dix yuans au vendeur. L'homme m'a offert un épi de plus, mais j'ai décliné et j'ai dit avec humour en montrant ma collègue du doigt : « Donnez-le-lui. » Ma collègue Li a souri et a refusé poliment.

J'ai expliqué au vendeur que j'étais une pratiquante de Falun Dafa, avant de profiter de l'occasion pour lui parler de l'incident des fausses « auto-immolations de Tiananmen ». J'ai demandé au vendeur s'il était membre du PCC et il a répondu affirmativement. Je lui ai demandé s'il voulait démissionner du PCC avec un pseudonyme et il a accepté. Toute la conversation s'est déroulée en moins de cinq minutes. Puis nous avons continué notre chemin de retour.

Saisir chaque occasion pour clarifier les faits

Souvent, je saisis l'occasion que j'ai dans ma routine quotidienne pour clarifier les faits sur la persécution du Falun Dafa, que ce soit en faisant des achats, en me faisant couper les cheveux, en allant aux bains publics ou en marchant dans la rue.

Un soir d'été de l'an dernier, j'étais au travail quand trois travailleurs migrants sont passés dans notre magasin pour acheter des médicaments. Ils semblaient être tous dans la soixantaine. L'un d'entre eux souffrait tellement qu'il s'est assis sur le sol dès qu'il est entré dans le magasin. Il avait marché sur un clou pointu et s'était fait un trou d'un centimètre dans son quatrième orteil. Mon premier souci était que son pied s'infecte, ce qui pouvait conduire à une amputation. Dans un cas pareil, je recommande au patient d'aller à l'hôpital pour se faire soigner et avoir une injection contre le tétanos. Cependant, ce travailleur âgé n'avait pas d'argent pour acheter même les médicaments de base.

Mes collègues craignaient que ce vieil homme empêche les clients d'entrer dans notre magasin. Je l'ai alors conduit ainsi que ses compagnons de l'autre côté, loin de l'entrée. Puis, j'ai lavé sa blessure avec du peroxyde d'hydrogène et l'ai recouverte avec une poudre médicinale avant de recouvrir la blessure d'un bandage. Le matériel ne lui a coûté qu'un yuan. Puis j'ai raccompagné les trois messieurs à l'entrée du magasin avant de saisir l'occasion de leur clarifier les faits.

Le lendemain, à midi, j'ai rencontré au marché l'homme qui avait été blessé. Il m'a dit que son pied s'était rapidement guéri, qu'hier il ne pouvait porter que des pantoufles, mais qu'aujourd'hui il pouvait déjà mettre ses bottes de caoutchouc habituelles et qu'il ne boitait que légèrement. Il m'a dit qu'il a récité la phrase avec diligence et a loué le pouvoir de Dafa. Ses deux compagnons sont revenus deux jours plus tard au magasin. Ayant été témoins du pouvoir de guérison de Dafa, ils venaient demander des médaillons pour eux. Comme je n'en avais pas sur moi à ce moment-là, je leur ai demandé de revenir quelques jours après. Finalement, je leur ai donné treize médaillons et quelques brochures d'information sur le Falun Dafa, et les ai exhortés à faire connaître les faits à leurs parents et amis. Les deux hommes ont accepté mes cadeaux et sont partis contents.

Un client âgé soutient Dafa et sa santé s'améliore

Nous avons un client régulier au magasin, un homme âgé de 70 ans qui vit à proximité. Il vient tous les deux jours acheter une boîte de médicaments. Bien qu'il sait que nos prix sont fixes, il essaie de marchander chaque fois qu'il vient au magasin. Comme il parlait d'une voix pointue et tranchante, le personnel du magasin ne l'appréciait pas. Tout le monde évitait de le servir, sauf moi. Comme il n'achetait les médicaments que pour quelques jours, il semblait qu'il ne s'attendait pas à vivre plus longtemps. J'ai décidé de lui clarifier les faits pendant que je le pouvais encore.

Je l'ai rencontré par hasard en marchant un jour dans la rue et j'ai saisi l'occasion de lui parler de la persécution du Falun Dafa et de lui donner un médaillon et un CD explicatif. À ma surprise, il a accepté volontiers les informations et a décidé de démissionner du PCC. Je lui ai aussi conseillé de réciter sincèrement « Falun Dafa est bon ». Il m'a ensuite révélé que sa femme avait eu une attaque qui l'avait rendue handicapée. Il était son seul soignant depuis plus de vingt ans et la contrainte l'avait mis dans un état de mauvaise humeur continuelle.

Il m'a dit un jour que le bras de sa femme était blessé et que la blessure ouverte ne guérissait pas. Je lui ai conseillé d'arrêter de lui donner les médicaments à base d'herbe chinoise pendant deux jours. Quelques jours après, il m'a raconté avec joie que le bras de sa femme avait guéri. Il a vanté mes compétences, disant que j'étais même meilleure que le médecin de l'hôpital. Il avait emmené sa femme à l'hôpital, mais malgré de nombreux examens, les médecins n'avaient pas réussi à traiter sa blessure. L'expérience l'avait épuisé et il avait perdu tout espoir que cette blessure guérisse un jour.

Ce client âgé me demandait parfois plus de documents d'information sur le Falun Dafa. Chaque fois qu'il venait acheter un médicament, je lui recommandais le moins cher, mais des versions du médicament tout aussi efficaces. Comme mes collègues lui recommandaient généralement d'abord les versions les plus chères, il a commencé à acheter ses médicaments seulement quand j'étais là. En fait, à cause des conditions de santé de sa femme et de sa propre maladie, il nous achetait beaucoup de médicaments et il est même devenu le client VIP le plus important de notre pharmacie.

Plus tard, sa santé s'est dégradée au point qu'il pouvait à peine se tenir debout ou garder son équilibre. Comme il n'y avait personne d'autre que lui pour soigner sa femme, il a commencé à prendre beaucoup de médicaments pour tenir le coup. Les médicaments ont endommagé son estomac et il s'est amaigri. Finalement, il a dû aller à l'hôpital. Après avoir entendu parler de son cas, je savais que seul Dafa pouvait le sauver. Je lui ai donné un exemplaire du livre Zhuan Falun et il a fait de son mieux pour lire le livre chaque jour. En peu de temps, il a repris le poids qu'il avait perdu et son teint est devenu rosé.

Traduit de l'anglais en Suisse