Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Alors que j'étais dans la souffrance, j'ai trouvé le Falun Dafa

Dimanche 7 avril 2019 |   Écrit par une jeune pratiquante de Falun Dafa à Guangzhou, Chine

(Minghui.org) J'étais curieuse de tout et j'avais un fort esprit de compétition depuis mon enfance. Par conséquent, j'étais toujours dans un état d'inquiétude à partir de la première année d'école. Je m'inquiétais pour ma famille, surtout pour mon frère et ma sœur.

Après l'obtention de mon diplôme universitaire, j'ai trouvé un emploi dans l'une des entreprises Fortune 500 et j'ai déménagé pour travailler dans un pays européen. Mon salaire était beaucoup plus élevé que celui de mes camarades de classe et de mes amis. Pendant les cinq ans de mon emploi, mon salaire et mes économies ont servi à rembourser la dette de mes parents. Beaucoup de mes camarades de classe et de mes amis riaient et me considéraient comme stupide.

Faire face aux maladies rares et graves

Je suis retournée en Chine à la fin de mon contrat en Europe. Je me suis mariée et j'ai eu une petite fille, puis j'ai connu le malheur.

Mon mari était gâté et aimé de ses parents. Il faisait rarement quoi que ce soit ou prenait des responsabilités à la maison. De plus, il devait des dizaines de milliers de dollars à la banque après avoir perdu tout son argent à la bourse. Ce qui a aggravé la situation, c'est qu'il a eu une inflammation des vaisseaux sanguins six mois avant la naissance de notre enfant. Sa cheville suppurait et de grands polypes affectaient ses os. Il boitait pour aller travailler tous les jours, alors j'étais le soutien moral pour la famille.

Ma charmante fille est née le 6 août 2015. Sa peau était pure et ses yeux magnifiques. Puis le cauchemar a commencé deux semaines après la naissance de l'enfant. Le bébé était allongé dans son lit et soudain, elle a eu des convulsions qui ne diminuaient pas. Elle pleurait douloureusement après les convulsions. Puis elle s'est épuisée et s'est endormie, puis s'est réveillée avec une autre convulsion et d'autres pleurs. J'ai pleuré et supplié Dieu de sauver cette nouvelle vie.

Le lendemain, des examens d'imagerie par résonance magnétique ont été effectués sur le bébé et on lui a diagnostiqué un gyrus cérébral congénital géant.

J'ai cherché des spécialistes du cerveau dans la province et j'ai trouvé une directrice en neurologie bien connue dans un hôpital privé. Elle a dit : « Je ne veux pas vous tromper. Vous n'avez pas besoin de dépenser de l'argent pour chercher dans tous les hôpitaux. Vous pouvez humainement élever votre enfant. Vous êtes encore jeune et vous pouvez avoir un deuxième enfant. » J'étais paralysée.

Après un diagnostic des principaux experts de l'hôpital, il a été établi qu'il s'agissait d'épilepsie infantile. Le système immunitaire du bébé était faible. Elle a eu une forte fièvre de 42 °C à l'âge de trois mois. La fièvre a provoqué des convulsions plus graves qui ont nécessité des soins intensifs à l'hôpital. On lui a injecté un sédatif dans le front pour la tranquilliser. C'était pour supprimer les convulsions qui causent des dommages irréversibles aux neurones du cerveau. Un tuyau d'oxygène a été inséré dans son nez, elle avait des accès veineux sur le front, la paume de ses mains et l'arrière de son pied.

J'ai entendu parler d'un médicament prescrit aux États-Unis appelé Sabril pour contrôler les convulsions infantiles. Elle a cessé d'avoir des convulsions immédiatement après avoir pris le médicament. Mais à deux ans, elle n'arrivait pas à s'asseoir, à garder la tête droite, à ramper, ni à se lever.

Mon inflammation à l'épaule s'est aggravée alors que je m'occupais de mon enfant à l'hôpital toute la journée après l'accouchement. J'étais incapable de bouger ma main gauche lorsque la douleur était intense. Ma longue dépression a entraîné des kystes d'hyperplasie mammaire. J'étais souvent en larmes à cause de la douleur. J'ai dû demander un long congé.

On me présente le Falun Dafa

C'était la compassion de Dieu de me sauver. J'ai garé ma voiture près de l'entrée d'un magasin à cause de l'espace de stationnement restreint dans la communauté. Le lendemain, j'ai oublié de déplacer la voiture. L'agent de sécurité m'a appelée au sujet de la plainte du propriétaire du magasin, car j'avais garé ma voiture devant son magasin.

Après que j'ai déplacé la voiture, l'homme m'a invitée dans son salon de thé pour prendre le thé. J'avais entendu dire que lui et sa femme étaient très gentils avec les voisins. Ils avaient fait don de leur vélo électrique à l'agent de sécurité pour une patrouille de nuit dans la communauté.

Pour une raison quelconque, je partageais ouvertement mon malheur avec eux chaque fois que je venais au paisible salon de thé. Je n'avais rien confié à ma famille, mes amis et mes collègues à propos de mes tribulations.

« Parfois, j'ai l'impression qu'il est plus misérable de vivre que de mourir », ai-je soudain dit lors de ma troisième visite au salon de thé. Le mari m'a regardée un moment, puis a appelé sa femme pour m'apporter un livre.

« Rentrez chez vous et lisez-le trois fois, puis revenez nous voir et nous parlerons », a dit le propriétaire du magasin. C'était le livre du Falun Dafa, le Zhuan Falun.

J'ai lu le Zhuan Falun les deux jours suivants. Toutes les paroles du livre sont entrées au plus profond de mon cœur. J'avais lu la Bible chrétienne quand je vivais et travaillais à l'étranger. Dans le passé, je lisais la Bible quand je n'étais pas satisfaite de mon travail ou de ma vie. Mais seul le Zhuan Falun parle de l'univers et touche le cœur !

Tout a une relation karmique. La réputation, les intérêts et les sentiments ne sont que passagers. Retourner à son vrai soi, c'est la façon de rentrer chez soi. Toute ma douleur et mes souffrances étaient causées par mon obsession pour ma fille. Je ne pouvais pas ignorer comment les autres nous voyaient, ma fille et moi.

Je me sentais enthousiaste et heureuse après avoir commencé à pratiquer Dafa. J'ai appris la vérité sur la persécution du Falun Dafa. J'ai en outre compris la méchanceté du Parti communiste chinois (PCC) et j'ai décidé de démissionner du Parti immédiatement.

Dafa me donne une seconde vie

Les propriétaires du salon de thé ont commencé à m'apprendre à pratiquer le Falun Dafa. J'ai insisté pour lire et pratiquer tous les jours pendant mon congé du travail. J'ai arrêté tout traitement et médicament que je prenais pour soulager mes maladies. Lentement, les symptômes de mes maladies ont disparu. Mon médecin m'a informée le 1er septembre 2018 que j'avais complètement guéri de mes maladies. Le Maître [Li Hongzhi] m'a donné une seconde vie.

J'ai fait de mon mieux pour suivre le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance en interagissant avec mes collègues, ma famille et mes amis. Je suis humble au travail, j'exprime ma compréhension et mon soutien pour le travail supplémentaire organisé par mes superviseurs et j'essaie d'être tolérante et encourageante envers mes subordonnés qui font des erreurs.

Une de mes collègues qui s'était disputée avec son mari a dit qu'elle allait demander le divorce.

« As-tu une quelconque responsabilité dans le conflit », lui ai-je demandé. « As-tu trouvé quelque chose de mal que tu as fait dans ta relation avec ton mari ? » J'ai partagé avec elle selon ma compréhension de « regarder à l'intérieur ». Après m'avoir écoutée, elle a réalisé qu'elle était aussi responsable des problèmes de son mariage. Quelques jours plus tard, elle était heureuse de ne pas avoir demandé le divorce.

Ma fille a aussi obtenu Dafa. Elle écoute le Fa tous les jours. Sa guérison progresse de jour en jour. Elle adore sourire. Elle mange bien et dort bien. Tous ceux qui la voient l'aiment bien et ses grands-parents l'amusent. Le Maître a déjà arrangé le meilleur chemin pour nous.

Mon mari faisait des crises de colère et jetait des tasses par terre. Avant de pratiquer le Falun Gong, s'il lançait une tasse, j'en lançais deux. Après avoir obtenu Dafa, j'ai arrêté de me quereller avec lui.

De par mes changements, il sait que le Zhuan Falun est un bon livre qui peut vraiment aider les gens à s'élever. Parfois, quand il y a des frictions entre nous, il me rappelle les paroles du Maître : « As-tu suivi Authenticité-Bienveillance-Tolérance ? » Je sais qu'il a accepté ce livre dans son cœur.

Traduit de l'anglais au Canada