Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

L'incohérence des données montre que le Parti communiste chinois pratique le mensonge depuis des décennies

Jeudi 14 mai 2020 |   Écrit par Haiming

(Minghui.org) Le 17 avril, la Chine a révisé le nombre de décès dus aux coronavirus à Wuhan de 2579 à 3869 (soit une augmentation de 50,02 %). Mais beaucoup s'interrogent encore sur l'exactitude de ce chiffre actualisé, étant donné les mensonges constants du Parti communiste chinois (PCC) depuis que la pandémie a éclaté il y a quelques mois.

De nombreux éléments indiquent que le nombre de décès est beaucoup plus élevé. Par exemple, le 23 mars, les habitants de Wuhan ont été invités à aller chercher les urnes de leurs proches décédés des suites du virus. Rien qu'au salon funéraire de Hankou, deux camions d'urnes (5000 au total) ont été déchargés les 26 et 27 mars pour préparer une distribution ultérieure.

Il y avait de longues files d'attente dans les funérariums, où une moyenne de 500 urnes par funérarium était prévue pour la distribution chaque jour jusqu'à la fête de Qingming (également connu sous le nom de Journée du balayage des tombes, qui a eu lieu le 4 avril en 2020). Avec sept pompes funèbres à Wuhan, le nombre d'urnes distribuées pendant cette période de 13 jours se traduirait par 45 500 décès (500 x 7 x 13).

De multiples sources ont également confirmé que les fours crématoires de Wuhan ont fonctionné sans interruption au cours des derniers mois. Le 3 février, M. Huang, un employé du salon funéraire de Wuchang, a révélé à Guyu Lab, une plateforme médiatique chinoise affiliée à Tencent, qu'à partir du 26 janvier, le deuxième jour du Nouvel An chinois, les employés devaient se présenter au travail, sans exception. « Nous travaillons 24 heures sur 24. Nos quatre lignes téléphoniques fonctionnent 24 heures sur 24, et le personnel est épuisé », a déclaré M. Huang.

Li Zehua, ancien animateur de la télévision centrale chinoise (CCTV), a visité le salon funéraire de Qingshan le 21 février et a confirmé le récit de M. Huang sur la lourde charge de travail dans les crématoriums de Wuhan. Li a rapporté qu'au moment où il a quitté les lieux vers 23 heures, les fours fonctionnaient toujours.

Il faut généralement une heure pour qu'un four incinère un corps. En comptant les 26 jours entre le 26 janvier et le 21 février, et en supposant que chacun des 74 fours (que Wuhan a) a fonctionné 24 heures par jour, alors un total de 46 176 (26 x 24 x 74) corps auraient pu être incinérés.

Li a découvert que le nombre moyen de décès non liés au coronavirus à Wuhan était de 137 par jour. En excluant les 3562 (137 x 26) décès non liés au coronavirus, le nombre de décès liés au coronavirus pendant la période de 26 jours serait de 42 614 (46 176 - 3562), un nombre comparable au chiffre de 45 000 obtenu à partir du nombre d'urnes distribuées.

Si le nombre de décès était de 42 614 sur une période de 26 jours, on peut en déduire que le nombre de décès sur trois mois à Wuhan serait supérieur à 120 000.

Il est évident que le PCC a menti sur le nombre réel de victimes du coronavirus. En fait, ce n'est pas la première fois que le PCC ment depuis son arrivée au pouvoir il y a plusieurs décennies.

La grande famine chinoise

Après le Grand Bond en avant, une campagne politique visant à faire passer la Chine d'une économie agraire à une nation industrialisée, une grande famine a eu lieu en Chine entre 1959 et 1961. Plusieurs décennies se sont écoulées et le PCC considère toujours comme tabou de faire connaître le nombre de personnes qui sont mortes de faim pendant la famine.

De nombreuses analyses ont été menées sur la base des données du recensement. Cao Shuji, de l'Université chinoise de Hong Kong, a publié un article dans le Chinese Journal of Population Science en 2005 et a constaté que le nombre de décès non naturels entre 1959 et 1961 s'élevait à au moins 33 millions.

Frank Dikötter, professeur titulaire de la chaire de sciences humaines à l'université de Hong Kong, a conclu que la perte était d'au moins 45 millions dans son livre La Grande Famine de Mao.

Le tremblement de terre de Tangshan

Le tremblement de terre de Tangshan, une catastrophe majeure qui s'est produite le 28 juillet 1976, en est un autre exemple. Le PCC avait initialement annoncé un bilan de 655 000 morts et l'a modifié à 240 000 plus tard sans aucune explication.

Cependant, les coupons nécessaires pour acheter du tissu ou de la nourriture à l'époque, distribués par le gouvernement à la fin de 1976, laissaient entrevoir un nombre de morts beaucoup plus élevé. Seuls 650 000 coupons ont été distribués alors qu'environ 1,2 million de coupons avaient été distribués l'année précédente. Beaucoup pensent que la différence de 550 000 était plus proche du nombre réel de victimes, selon des recherches indépendantes.

Des décès multipliés par dix dans un accident

Le PCC ne ment pas seulement sur les catastrophes naturelles et d'origine humaine, mais aussi sur les accidents majeurs. Une explosion a eu lieu à Tianjin en août 2015 et plusieurs pompiers sont morts en plus des autres victimes. Un rapport officiel du PCC mentionne un bilan de 21 pompiers tués.

Cependant, selon certaines sources, tous les membres des neuf brigades de pompiers de Tianjin et des trois équipes spéciales de lutte contre les incendies qui s'étaient rendues sur le lieu de l'explosion sont décédés. Chaque brigade de pompiers était composée de 20 à 30 personnes et chaque équipe spéciale de lutte contre les incendies comptait au moins 15 personnes. Le nombre total de morts se situe donc entre 200 et 300.

Prélèvements d'organes

Parmi tous les mensonges du PCC, le plus important pourrait être celui fabriqué contre les pratiquants de Falun Gong, un groupe de méditation basé sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Plus de cent millions de personnes ont adopté le Falun Gong depuis qu'il a été présenté au public en 1992.

Craignant sa popularité grandissante, le PCC a inventé de nombreux mensonges sur le Falun Gong et a lancé une campagne nationale contre celui-ci en juillet 1999. Depuis lors, un grand nombre de pratiquants ont été détenus, emprisonnés, torturés ou même ont vu leurs organes prélevés pour leur croyance.

Gan Nan, une ancienne douanière de l'aéroport de la capitale Pékin, a été détenue pour la troisième fois en 2001 dans le camp de travaux forcés pour femmes de Xin'an pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong. Elle a raconté son expérience pendant sa détention au camp de travail.

« Nous avons subi des examens physiques complets, y compris une analyse de sang, des rayons X, un électrocardiogramme (ECG) et des inspections de la cornée », a rappelé Gan Nan, qui vit actuellement à Toronto, au Canada.

Son expérience n'était pas unique. Dans le camp de travaux forcés de Masanjia, aujourd'hui disparu, l'une des infrastructures où les pratiquants de Falun Gong étaient les plus maltraités, tous les pratiquants admis ont subi des examens physiques complets en septembre 2000, et chaque pratiquant s'est vu attribuer une carte d'identité unique. Les personnes ayant un groupe sanguin particulier ont été mises en évidence, et les médecins leur ont demandé si elles avaient des maladies génétiques dans leur famille.

Les preuves qui ont fait surface plus tard ont révélé que les examens médicaux approfondis des pratiquants de Falun Gong dans les centres de détention du PCC avaient pour but de prélever des organes sur des pratiquants vivants et en bonne santé afin de faire d'énormes profits.

Selon un témoin qui a révélé ce qui suit en 2006 : « Mon ex-mari procédait aux prélèvements des cornées. Au début, il ne savait pas si ces personnes avaient donné leur consentement. Les personnes qui se trouvaient sur les tables d'opération n'étaient pas conscientes. Elles étaient vivantes. Il ne l'a compris qu'après avoir fait des incisions. Il a dit que la personne qui lui avait demandé de faire ce genre de choses lui avait dit : vous êtes déjà impliqué. Tuer quelqu'un est un meurtre. En tuer plusieurs ce sont des meurtres. Il a dit que plus tard, il savait aussi que ces gens étaient vivants. Il n'a pas demandé où les organes et les cadavres étaient envoyés. »

Selon un médecin militaire de la région militaire de Shenyang, il y avait 36 camps de concentration militaires en Chine. Parmi eux, le camp nommé 672-S dans le Jilin détenait plus de 120 000 détenus à un moment donné et la majorité d'entre eux étaient des pratiquants de Falun Gong. « Le Comité central du Parti communiste chinois a décidé de traiter les pratiquants de Falun Gong comme des “ennemis de classe” et de les traiter de toutes les manières économiquement rentables. En d'autres termes, les pratiquants de Falun Gong n'étaient plus considérés comme des êtres humains, mais comme une matière première pour des produits commerciaux », a-t-il expliqué.

La pratiquante Gan Nan a eu la chance de fuir la Chine, mais de nombreux autres pratiquants sont toujours portés disparus ou ont peut-être péri depuis longtemps après le prélèvement de leurs organes.

Selon Guo Guoting, un avocat qui vit actuellement à l'étranger et qui a défendu les pratiquants de Falun Gong quand il était encore en Chine, a déclaré que de nombreux pratiquants avaient disparu. Un exemple est celui de Huang Xiong, un étudiant de la célèbre université Jiaotong de Shanghai. « Nous l'avons cherché partout et n'avons pu trouver aucune information sur lui », a expliqué Guo Guoting.

Pour éviter de nouvelles persécutions ou d'impliquer d'autres personnes, les pratiquants qui ont été détenus ont souvent refusé de donner leur nom ou leur lieu de résidence. En conséquence, nombre d'entre eux ont été envoyés à Tianjin ou dans le nord-est de la Chine, où ils ont pu être victimes, contre leur gré, de prélèvements d'organes.

Le Tribunal indépendant (le China Tribunal) sur les prélèvements forcés d'organes sur des prisonniers d'opinion en Chine, dirigé par Sir Geoffrey Nice QC – un procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie – a été créé à Londres pour enquêter sur les accusations de prélèvements forcés d'organes sur des prisonniers d'opinion en Chine.

Le tribunal a annoncé ses conclusions le 17 juin 2019. Il a conclu que le PCC en Chine prélevait des organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants depuis de nombreuses années et que cette brutalité se poursuit encore aujourd'hui.

Alors que le PCC a annoncé publiquement en 2015 qu'il cesserait de s'approvisionner en organes auprès de prisonniers exécutés, les recherches montrent qu'il continue à falsifier les chiffres des dons d'organes. Le 14 novembre 2019, BMC Medical Ethics a publié un article intitulé « L'analyse des données officielles sur les dons d'organes de personnes décédées jette un doute sur la crédibilité de la réforme de la transplantation d'organes en Chine ». Les auteurs ont étudié les données officielles chinoises sur les dons d'organes et ont trouvé « des preuves très convaincantes qu'elles sont falsifiées ».

Remarques finales

Les mensonges du PCC continuent à ce jour avec la pandémie de coronavirus qui infecte plus de 200 pays et régions dans le monde.

Alors que de plus en plus de personnes commencent à réaliser les dommages causés par la dissimulation et les mensonges du PCC, le temps viendra où le régime s'effondrera.

Traduit de l'anglais